Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |


Vous êtes ici >> Accueil/Tests et conseils matos/Magazine Matos/Conseils matos/Sous-vêtement technique : Synthétique ou Mérinos ?

Sous-vêtement technique : Synthétique ou Mérinos ?

Rédigé le 10/09/2013 - Lu 30335 fois
Sous-vêtement technique : Synthétique ou Mérinos ?Depuis quelques années, les sous-vêtements en laine mérinos viennent concurrencer les produits synthétiques dans les magasins de sports. Autour de 9 critères de comparaison, I-Trekkings lève le voile sur les deux types de fibre. Quelle est la meilleure matière pour les odeurs, la thermorégulation, le confort, le look, le prix, le temps de séchage, l’impact écologique, l’entretien et la durée de vie du produit ?

Elle est bien loin l’époque où en première couche le randonneur portait un t-shirt en coton sous un gros pull en laine (plus d’infos sur Vêtements de randonnée : le système des 3 couches). Les matières synthétiques ont pris le relais. Depuis quelques années, les rayons des boutiques spécialisées outdoor donnent de plus en plus d’espace aux sous-vêtements techniques en laine mérinos. Alors mérinos ou synthétique , that is the question ?

Sous-vêtement Odlo  Evotion Warm Greentec

Sous-vêtements techniques en synthétique

La plupart des sous-vêtements techniques en fibres textiles synthétiques sont fabriqués à base de polyester connu pour son excellente capacité d’évacuation de l’humidité. Une minorité des sous-vêtements est réalisée à base de polyamide. A ces matières, la composition du produit peut en ajouter d’autres : l’élasthanne pour obtenir un vêtement « stretch » prêt du corps, l’acrylique pour plus de douceur et éviter les plis (pas de repassage), le polypropylène pour sa résistance et son hydrophobie.

  • Quelques marques (liste non exhaustive) : Odlo, Millet, Patagonia, Quechua, Eider, Lafuma, Helly Hansen, Mizuno, Craft, Falke, Schoeffel, Jack Wolfskin, Columbia, The North Face...

© Icebreaker

Sous-vêtements techniques en mérinos

La laine mérinos est une fibre 100% naturelle produite à partir de la race de moutons mérinos. A l’origine ce mouton est espagnol mais la production de laine pour l’industrie du textile provient pour l’essentiel d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Argentine, d’Afrique du sud, de Chine et des anciens pays de l’ex-URSS.

L’épaisseur de la laine d’un produit s’exprime en g/m², généralement de 150 à 260 g/m² pour un sous-vêtement technique.

  • De 150 à 160 g/m² : sous-vêtements réservés à des randonnées et des trekkings soutenus pour un usage 3 saisons. Apport de chaleur assez faible.
  • De 200 et 250 g/m² : Produits réservés à des randonnées et des trekkings soutenus par temps froids ou au bivouac. Usage 4 saisons. Apport de chaleur important.
  • Plus de 250 g/m² : Vêtements réservés à des randonnées et des trekkings soutenus par temps très froids ou au bivouac. Usage principalement hivernal ou d’altitude. Apport de chaleur très important.

Existe t-il différentes qualités de laine mérinos ? Toutes les marques se l’accordent. « Les fabricants, en règle général, se réfèrent lorsqu'ils parlent de qualité au diamètre moyen de la fibre constituant un fil de laine. Plus la différence entre les diamètres des fibres constituant un tissu est faible, plus le diamètre moyen des fibres est petit, plus le tissu sera doux au touché. » précise Alexandre Landreau de la boutique Merino-Sport. Sous les 23 microns, la fibre est dite de qualité et ne gratte pas. Mais, « c’est une différence mesurable en microns donc peu perceptible sans microscope » ajoute Clothilde Drouet-Domancy, manager press chez Quechua. Pour Pascal Darré, Directeur Commercial Outdoor chez ESM Sport, distributeur de la marque Devold, « il ne faut pas faire de la taille de la fibre un élément de comparaison car suivant le résultat qu'on veut obtenir on utilise des fibres de différentes tailles mais plutôt un élément discriminant si jamais la fibre est vraiment grosse ou si il n'y pas d'indications de taille ». Il faudrait aussi prendre en compte le « tissage et vérifier en regardant de près s’il n’y a pas des irrégularités quand on étire le vêtement » ajoute t-il. A titre d’exemple, le diamètre de la fibre Quechua est de 18/19 microns, celui de Bergans of Norway entre 16 et 18 microns, celui d’Aclima et de Devold principalement de 17,5 microns.

  • Quelques marques (liste non exhaustive) : Icebreaker, Smartwool, Devold, Bergans of Norway, Aclima, Woolpower, Ortovox, Patagonia , Quechua...

La laine mérinos pour les sous-vêtements techniques : effet de mode ou réel besoin ?

En parallèle de ce dossier, lisez notre test comparatif de 11 sous-vêtements en laine Mérinos.

Fibres polyester, mérinos et laine classique © Icebreaker

Le match : synthétique ou mérinos ?

La question de l’usage des fibres synthétiques ou mérinos est posée. J’ai défini 8 critères de comparaison pour déterminer quel est le type de sous-vêtement idéal. Qui aura l’avantage ?

Gestion des odeurs

C’est bien connu, le synthétique, ça pu ! Les marques utilisent des apprêts contre les bactéries à base de sels d’argent (Polygiène® par exemple), d’ions d’argent (Meryl Skinlife® par exemple) ou de Cocona® pour lutter contre les mauvaises odeurs. Si les apprêts sont aujourd’hui beaucoup plus efficaces et durent plus longtemps, force est de constater qu’en trekking, les odeurs prennent le dessus si vous gardez le sous-vêtement technique pendant plusieurs jours sans le laver. Si vous souhaitez rester ami avec vos compagnons de trek, lavez votre vêtement.

Les sous-vêtements en laine mérinos sont naturellement anti-odeurs, donc tout le temps. Sceptique au départ sur cette affirmation, j’ai pu constater à plusieurs reprises qu’après une semaine de ski de randonnée et même 11 jours de marche avec le même vêtement et sans aucun lavage, aucune odeur corporelle n’était à déplorer.

  • Avantage : Mérinos

Thermorégulation

Les vêtements en fibres synthétiques évacuent efficacement la transpiration vers l’extérieur mais ne permettent pas à l’organisme de conserver une température constante. S’il fait très chaud, le randonneur transpire. Le corps se refroidit alors très vite après l’effort.

La laine mérinos quant à elle joue le rôle d’un tampon entre le corps et l’extérieur. Elle maintient une température du corps stable car elle isole l’organisme des températures ambiantes. Par températures élevées ou lors d’efforts importants, le corps transpire peu. Le mérinos a aussi l’avantage de capter l’humidité jusqu’à 30% de son poids et de le transférer vers l’extérieur tout en maintenant le corps au chaud même mouillé. C’est un climatiseur naturel.

  • Avantage : mérinos

Sous-vêtement en mérinos Devold

Temps de séchage

Le temps de séchage d’un sous-vêtement en synthétique est excellent. Celui des vêtements en laine mérinos est globalement 50% moins rapide.

  • Avantage : Synthétique

Confort

Le confort des sous-vêtements en fibres synthétiques varie d’un produit à un autre. Les vêtements en élasthanne seront appréciés des adeptes des produits « élastiques » prêt du corps. J’apprécie particulièrement les sous-vêtements en Polartec® Power Dry® pour leurs mailles aérées et gaufrées très agréables à porter, d’autant qu’elles respirent bien et évacuent efficacement la transpiration. Mais, il est vrai qu’il est difficile d’être confortable dans son sous-vêtement quand celui-ci sent la transpiration. C’est hélas trop souvent le cas en trekking.

La laine, ça gratte mais pas la laine mérinos. Pourquoi ? Parce que c’est du diamètre de la fibre que va dépendre la sensation de « picotement » sur la peau. La laine mérinos ne gratte pas car le diamètre de sa fibre ne dépasse pas 23 microns. Autre avantage des fibres fines : elles augmentent l’élasticité du vêtement et offrent des produits plus près du corps. Par contre, « 3% des utilisateurs peuvent être sensibles à la laine » me confiait Alexandre Landreau.

  • Avantage : Mérinos

Look

Voilà un critère qui intéresse plus de randonneurs qu’on ne croit, et pas uniquement mesdames. Pendant de nombreuses années, les marques ont délaissé le marché féminin et tout le monde portait plus ou moins le même sous-vêtement noir en synthétique. Aujourd’hui, les choses ont changé : la couleur s’immisce de plus en plus et les coupes masculines et féminines sont aussi plus saillantes.

Côté mérinos, le constat est à peu prêt identique. Le gros de la collection propose encore des couleurs traditionnelles mais quelques marques commencent à mettre sur le marché des coloris plus gaies.

  • Avantage : Match nul

Sous-vêtement mérinos Icebreaker et Bergans of Norway

Entretien du produit

Les produits en synthétiques sont très faciles à entretenir et lavable en machine à 30 ou 40°. Mais attention, bien lire l’étiquette du vêtement car pour l’usage d’un fer à repasser ou le séchage en machine, ça diffère selon la composition des produits.

Pour la laine mérinos, les recommandations sont identiques. Bien lire l’étiquette du produit car selon les marques, les consignes d’entretien diffèrent. Notez cependant que les sous-vêtements en laine mérinos n’ont pas besoin d’être lavés aussi fréquemment que le synthétique puisque la fibre ne produit pas de mauvaises odeurs.

  • Avantage : Match nul

Durée de vie du produit

Les sous-vêtements en synthétique ne bougent pas à l’usage, même après plusieurs années de pratique assidu du trekking. Le synthétique est en outre antibouloche et indéchirable.

Les vêtements en laine mérinos sont résistants. Smartwool affirme même que « les fibres de laine peuvent être courbées, pliées, étirées dans tous les sens de nombreuses 30 000 fois sans être endommagées ». Mais après de nombreux lavages, des peluches peuvent parfois se former. Autre bémol, la laine attire les mites même le mérinos et le produit est plus sujet aux accrocs qu’un sous-vêtement technique en synthétique.

  • Avantage : Synthétique

© Onidji - Fotolia.com

Impact écologique

Des efforts sont réalisés chez certaines marques pour utiliser des matières recyclées dans la confection de leurs produits en synthétique. Patagonia est sans aucun doute la marque qui joue le plus la carte de la transparence au sujet de l’empreinte écologique des produits. Reste que globalement sur le marché il y a de gros efforts à réaliser pour diminuer l’impact écologique de la production du textile synthétique en utilisant moins d’agents pétrochimiques.

La laine mérinos est biodégradable et naturelle. Elle provient pour l’essentiel de la production de Nouvelle-Zélande (Icebreaker, Devold Smartwool...), d’Australie (Bergans of Norway, Ortovox, Mizuno...), de Patagonie (Woolpower, Patagonia...), et d’Afrique du sud (Quechua...). Ça n’est pas la porte à côté mais son impact énergétique reste moindre que le synthétique. La laine mérinos fait aussi débat quant à l’usage du mulesing. L’association PETA (Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux) dénonce les « mutilations infligées aux moutons australiens » et diffuse une vidéo de sensibilisation à sa cause. Plusieurs entreprises de textile ont déclaré un moratoire sur la vente de laine mérinos australienne comme Etam, Abercrombie & Fitch, American Eagle ou Timberland... Les fabricants outdoor s’engagent quant à eux contre la technique du mulesing « impliquant de retirer la peau autour de la queue pour empêcher les mouches de pondre des œufs et de provoquer des infections douloureuses. » comme le précise le site internet d’Icebreaker. C’est le cas par exemple de Devold, Woolpower, Bergans of Norway, Patagonia, Quechua et Icebreaker qui ont bien voulu répondre à mon enquête.

Patagonia travaille de son côté en collaboration avec « The Nature Conservancy » et le réseau d’éleveurs argentins « Ovis XXI » pour la conservation et la régénération de plus de 6 millions d’hectares de steppes, dévastées par une centaine d’années de surpâturages. « Le recours à ces nouvelles pratiques d’élevage profite à la bonne santé des cheptels et produit une laine mérinos de qualité bien supérieure à celle utilisée auparavant. Tous les traitements et apprêts chimiques des sous-vêtements techniques de Patagonia ont été contrôlés pour s’avérer totalement exempts de substances toxiques et sans chlore. » précise Florence Lesouef, Responsable de la Communication chez Patagonia.

Certaines marques confectionnent leurs produits en Europe : Woolpower (Suède) et Devold (Lithuanie).

Bergans of Norway a élaboré une « charte très stricte d'entreprise par rapport au respect des personnes qui travaillent dans nos usines afin qu'ils aient des conditions de travail optimales, décentes et en toute sécurité. Pour les animaux nous avons signé une charte d'engagement pour sélectionner les fermes qui nous fournissent la laine. Pas d'élevage intensif, ni stressant et pas de brutalité sur les moutons » me confie Claire Muzart, Directrice France chez Bergans of Norway.

  • Avantage : Mérinos

Prix

La gamme de prix des sous-vêtements en synthétique est très large, d’environ 5,00 à 150,00 € et celle en laine mérinos est comprise entre 25,00 et 150,00 €.
Les sous-vêtements techniques en laine mérinos sont globalement plus chers que le synthétique, encore que sur les vêtements hauts de gamme en synthétique, l’ordre de prix est à peu prêt identique.

  • Avantage : Synthétique

Sous-vêtements hybrides des marques Woolpower et Mizuno

Les vêtements hybrides

On voit de plus en plus de sous-vêtements hybrides composés de laine mérinos et de synthétique comme les produits Woolpower constitués de 80% de laine mérinos et de 20% de polyamide ou ceux de Patagonia possédant 20% de Capilene et 80% de laine mérinos.

D’autres marques inversent totalement la répartition des matières. Certains produits Lafuma sont confectionnés de 20% de laine et de 80% de fibre synthétique alors que certains sous-vêtements Mizuno sont réalisés avec 72% de polyester, 17% de laine mérinos et 11 % de polyacrylate (fibre Breath Thermo).

A chaque fois, l’idée est simple : allier le meilleur du mérinos et du synthétique.

Et vous, vous êtes plutôt synthétique ou laine mérinos ?

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

itrekkings

Grégory Rohart
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 968 | Summits mois : 0 | Summits total : 10252
     > Classement des I-Trekkeurs
Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences f...
Je suis un adepte complet du Merinos notamment Icebreaker depuis que je suis passé à la Marche Ultra Légère. Deux tee-shirt en laine Merino (un manches longues, un manches courtes), une doudoune légère et un coupe vent suffisent pour le sac à dos d'un trek de plusieurs jours. Le confort pour la marche est génial. Pour moi, le synthétique, c'est définitivement fini !
100% pour le mérinos (Icebreaker) depuis plusieurs années.
Sans odeur, facile d'entretien et super confortable. Idéal pour les trek en itinerance.
Moi qui refusais d'acheter notamment des sous-vêtements en merinos à cause de cette fameuse technique du mulesing, ton paragraphe sur le sujet m'intéresse particulièrement! Je vais donc me renseigner avant de décider ;-)

Lien : http://twolittleredcats.com
D'accord avec toi Paulo. C'est le GROS avantage du Mérinos pour l'itinérance...
De mon côté je suis complètement FAN du mérinos et en particulier de Icebreacker.
Quel bonheur de limiter les vêtements utilisés, sans sentir le bouc après 15 jours en altitude pour une expé.
Paulo
Partage l'avis de Moutmout, même si les 100% laines sont un peu fragile à la longue (Icebreaker notamment).
Par contre, je trouve les mérinos de D4 mal taillés et par conséquent pas du tout agréable à porter. J'ai préféré racheter dans d'autres marques même si le prix est plus élevé.
Personnellement, je trouve que la laine donne de meilleurs résultats que le synthétique. Bien que les critères présentés soient très nombreux, je ne suis pas sûr qu'ils aient le même impact en fonction de la pratique de la randonnée que l'on peut avoir. Dans mon cas, en pratique de groupe et essentiellement estivale, la question de l'odeur est primordiale.
J'essaie presque d'imposer l'usage du Mérinos aux personnes de mon groupe (c'est ce que je leur conseille quand ils me demandent quel type de vêtement acheter) dans le but d'éviter le calvaire du t-shirt qui pue encore de la veille ... De plus, un T-shirt Merinos plein de transpiration roulé en boule dans un sac ne pue pas, même après 2 jours de marinade !
Pour terminer, il existe de très bons t shirt en Merinos à moins de 25€ chez D4, ce qui facilite l'accès pour le novice qui n'a pas envie d'investir.
 


Articles de l'univers Matériel

Les boutiques de randonnée sur internet
Les sports outdoors et la randonnée en particulier ont le vent en poupe. C’est donc tout logiquement que les boutiques de vêtements et de matériels de randonnée...

Vêtements de randonnée : le système des trois couches
En randonnée, il est important d’appliquer le système des trois couches. Cette règle permet de se protéger des intempéries, d’évacuer la transpiration tout en r...

Test comparatif de 11 sous-vêtements en Mérinos
Si le Mérinos présente certains avantages sur le synthétique, tous les sous-vêtements ont-ils les mêmes qualités ? Voici un test comparatif de 11 sous-vêtements...

Test sous-vêtement Odlo Cubic light
Test du sous-vêtement technique Odlo Cubic light logo line manches courtes en Corse, en Catalogne, dans le Valais et en Chartreuse. Léger, il est aussi doté d'...

Test sous-vêtement Patagonia Capilene 4 Expedition Weight 1/4-Zip Hoody
Test du sous-vêtement technique Patagonia Capilene 4 Expedition Weight 1/4-Zip Hoody en tissu Polartec® Power Dry® High Efficiency™. Testé en condition hivernal...

Test T-shirt Baroudeur Globerry
Test du t-shirt Baroudeur de Globerry. Conditions du test : Le T-shirt Baroudeur a été testé lors d’un voyage de trois semaines en Asie du Sud est en fin de pé...

Test sous-vêtement Icebreaker Oasis Long Sleeve Crewe
Test du sous-vêtement Icebreaker Oasis Long Sleeve Crewe en laine 100 % mérinos. Réputé anti-odeur, je l’ai porté au Pérou 24h/24 durant un trek en haute altitu...

Test T-shirt Cimalp Venturi
Test du t-shirt Cimalp Venturi lors de plusieurs randonnées et trekkings à Tenerife et à la Réunion. 17 jours de marche pour tester le transfert d’humidité, le ...

Test sous-vêtement Bandavej Half-zip Long Sleeve Mock Turtleneck
Test du sous-vêtement Bandavej Half-zip Long Sleeve Mock Turtleneck en laine mérinos. Une marque italienne qui utilise sa propre technologie brevetée qui associ...

Test sous-vêtement Odlo Evolution Light Greentec
Test du sous-vêtement Odlo Evolution Light Greentec lors d’une randonnée de 6 jours sur lîle de Santo Antão au Cap-Vert. Confectionné dans un tricot 3D très ext...

Recevoir nos lettres de diffusion

 
 
Votre email :   
 ********      ***        ***      *******   ********  
 **     **    ** **      ** **    **     **  **     ** 
 **     **   **   **    **   **   **     **  **     ** 
 ********   **     **  **     **  **     **  **     ** 
 **   **    *********  *********  **  ** **  **     ** 
 **    **   **     **  **     **  **    **   **     ** 
 **     **  **     **  **     **   ***** **  ********