Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |


Vous êtes ici >> Accueil/Tests et conseils matos/Magazine Matos/Conseils matos/Quel équipement pour randonner en hiver ?

Quel équipement pour randonner en hiver ?

Rédigé le 28/12/2015 - Lu 5662 fois
Quel équipement pour randonner en hiver ?Marcher dans la poudreuse, admirer les flocons tomber, installer son bivouac dans la neige… La randonnée hivernale a son charme, mais elle demande de disposer d’un équipement adapté. Que faut-il prévoir comme vêtement ? Quel matériel change par rapport à l’été ? Découvrez notre check-list !

La randonnée hivernale fait rêver, traverser des paysages entièrement blancs, faire sa trace en raquettes dans la poudreuse, regarder la neige tomber depuis la fenêtre du refuge… Mais randonner en hiver demande un équipement spécifique, que ce soit pour une sortie à la journée ou un itinéraire de plusieurs jours. En premier, il faut penser à prendre des vêtements isolants pour se protéger du froid. Car même lors d’une simple balade, il est possible de se retrouver sous des conditions météorologiques difficiles. Le matériel doit lui aussi être préparé avec attention, surtout celui destiné au bivouac.

L’équipement varie bien entendu suivant la destination choisie, des températures qui seront rencontrées, des risques d’avalanche, de la durée de la randonnée… Vous souhaitez organiser votre première randonnée sous les flocons de l’hiver, voici un article qui vous aidera dans la préparation de votre équipement pour être sûr de ne rien oublier et d’avoir pensé à tout.

Quel équipement pour randonner en hiver ?

Les vêtements

Comme pour la randonnée estivale, en hiver le système de couches est à privilégier pour se couvrir. Pour s’adapter au froid, elles sont généralement plus isolantes et à manches longues dès la première couche (voir l’article i-Trekkings : Vêtements de randonnée : Le système des trois couches). En hiver, il est plus difficile de maintenir une température corporelle constante, car dès que l’on fourni un peu moins d’efforts, le corps se refroidit très vite. La laine mérinos offre un excellent compromis chaleur thermorégulation tout en ne proliférant pas les odeurs.

Pour cela, la technique de l’oignon qui consiste à mettre et à enlever des petites couches isolantes suivant ses besoins permet d’y remédier. Il peut être intéressant d’opter non pas pour une seule couche isolante épaisse, mais pour deux couches plus fines, soit un système 4 couches et non 3 couches comme en été. Avoir en plus une doudoune en complément dans son sac à dos n’est pas négligeable. Compressible, elle prendra peu de place et saura vous garder au chaud durant les pauses. Son pouvoir isolant est incontestable. Pour les randonnées itinérantes avec des nuits en refuge non/peu chauffé ou sous tente, elle devient alors indispensable.

Il est indispensable de bien s'équiper pour randonner l'hiver

Pour le bas, il est important d’avoir un pantalon adapté à la neige, imperméable et isolant ou à défaut, de prévoir un surpantalon étanche et une paire de collants. Même si les prévisions météorologiques annoncent un grand ciel bleu le jour de votre randonnée, vous n’êtes pas à l’abri d’une glissade ou d’une bataille de boule de neige. Pour les pieds, il faut privilégier des chaussures chaudes et imperméables, tels des moon boots, qu’il est important de compiler avec des chaussettes épaisses. Si votre pantalon n’a pas de guêtres intégrées, il faudra en prévoir. Il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir de la neige dans ses chaussures.

Il est également important de bien couvrir sa tête avec un bandeau oreille, un bonnet, un tour de cou et/ou une cagoule suivant le froid et le vent. Pour les mains, les moufles restent la meilleure protection mais ont une préhension moindre qu’une paire de gants, elles peuvent être aussi doublées avec des sous-gants fins pour permettre de manipuler son équipement (prendre une photo, ouvrir son sac…).

Le matériel

La randonnée hivernale nécessite du matériel spécifique. Compte-tenu des conditions météorologiques qui peuvent être délicates, il est important de bien préparer son équipement et de l’adapter à sa sortie. En premier, il ne faut pas oublier le risque d’avalanche. Pour toutes sorties exposées (en montagne hors station), il est impératif que chaque personne du groupe s’équipe d’un pack de sécurité comprenant un arva (appareil de recherche de victimes d'avalanche), d’une sonde et d’une pelle. Bien entendu, avoir cet équipement avec soi n’est pas suffisant, il faut absolument savoir s’en servir ! Un rappel sous forme de jeu avant le départ est des plus ludiques. Voici une check-list, non exhaustive, d’équipements indispensables, conseillés ou pour le confort/plaisir que nous vous proposons pour une randonnée en raquettes.

Pelle, arva, sonde : le pack sécurité pour randonner l'hiver en montagne

Un pack de sécurité (arva, pelle, sonde) qui est indispensable pour toutes les sorties exposées aux avalanches (en montagne hors station). Cet équipement doit impérativement rester à portée de main en permanence. L'arva doit même être porté systématiquement en hors-piste, à ski comme en raquettes à neige, et le plus près du corps. Il peut être complété pour les skieurs hors-piste par un sac ABS à déclencher en cas d’avalanche.

Une paire de raquettes est l’élément principal de la randonnée hivernale, elle permet de ne pas s’enfoncer dans la poudreuse. Il existe de nombreux modèles spécifiques suivant sa pratique, pour bien les choisir, ne manquez pas l’article du mois prochain : Comment choisir sa paire de raquettes à neige ?

Une paire de bâtons que l’on équipera de ses rondelles neiges, souvent en forme de flocon. La majorité des bâtons de randonnée sont fournis avec des rondelles interchangeables été/hiver. Un bâton sans sa rondelle n’a aucune utilité dans la neige.

Une pulka (traîneau de randonnée) pour les randonnées itinérantes peut se révéler très utile pour le transport du gros du chargement. C’est un équipement qui peut être mutualisé au sein du groupe. Pour les petits budgets, une luge bricolée peut être une solution économique. Voir la vidéo de Grégory de ses 3 jours de raquettes pulka dans le Vercors.

La pulka permet de transporter bien plus qu'un sac à dos

Une lampe frontale puissante avec des batteries de secours car la nuit tombe vite l’hiver. Elle sera plus utilisée qu’en été, généralement dès la fin d’après-midi. Même pour une randonnée à la journée, il est préférable d’en avoir une, il est facile de se faire piéger par la nuit.

Une petite luge pour s’amuser dans la descente ! En forme de pelle, elle pourra être également utilisée pour aménager la zone de bivouac ou comme assise dans la neige pour ne pas se mouiller les fesses.

Un thermos permet de garder au chaud une boisson qui sera toujours un petit moment de réconfort lors des pauses fraîches. Il peut également servir à garder son eau à une température par grand froid. Attention aux pipettes des poches à eau, des gourdes non isolantes, elles gèleront lorsque la température chutera sous les 0°c.

Un tapis isolant (petit carré de mousse) pour les randonnées à la journée permet de s’asseoir au sec dans la neige et d’isoler du froid lors des pauses.

Un GPS… même pour une journée ? Attention, l’orientation en hiver est plus délicate. Tout est blanc ! Les sentiers et parfois le balisage sont recouverts par la neige, il est plus délicat de trouver son chemin. Et lorsque le brouillard s’en mêle, on peut vite se retrouver complètement désorienté. Il est important de se renseigner pour savoir si l’itinéraire dispose d’un balisage adapté à l’hiver.

 

Pour les randonnées itinérantes

La tente, de préférence 4 saisons, doit pouvoir résister au poids des chutes de neige durant la nuit, et être bien fixée dans la neige au sol. Attention, les sardines ne sont d’aucune utilité, il faut prévoir des ancres à neige (voir l’article i-Trekkings : Comment bien choisir sa tente de randonnée ?).

Le matelas n’a plus la simple vocation de confort l’hiver, mais surtout d’isolation avec la neige. Il faut opter pour un matelas ayant un R-value (coefficient d’isolation) suffisant pour des températures négatives.

Le sac de couchage doit être d’une « température de confort » adaptée aux températures négatives qui seront rencontrées. Même pour les nuits en refuges (non chauffés), cabanes, il faut prévoir un duvet grand froid.

Le réchaud à essence est généralement conseillé, car celui à gaz est plus sensible aux températures négatives, même s’il reste utilisable. Le plus important est surtout de prévoir une quantité de carburant suffisante pour cuisiner, mais aussi pour faire fondre la neige. Car les sources habituellement utilisées en été peuvent être gelées.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

simon

Simon Dubuis
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 665 | Summits mois : 25 | Summits total : 1978
     > Classement des I-Trekkeurs
Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de je...
 


Recevoir nos lettres de diffusion

 
 
Votre email :   
 **    **  ********   ********   ******         ** 
 ***   **  **     **  **        **    **        ** 
 ****  **  **     **  **        **              ** 
 ** ** **  ********   ******    **              ** 
 **  ****  **         **        **        **    ** 
 **   ***  **         **        **    **  **    ** 
 **    **  **         ********   ******    ******