Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |


Vous êtes ici >> Accueil/Tests et conseils matos/Magazine Matos/Conseils matos/Astuces et conseils pour un bon kit de réparation en trek

Astuces et conseils pour un bon kit de réparation en trek

Rédigé le 17/07/2016 - Lu 2818 fois
Astuces et conseils pour un bon kit de réparation en trekC'est arrivé à tout le monde de partir en bivouac plusieurs jours, que ça soit en raquettes, à pied, avec des sacs à dos ou des pulkas, et d'avoir de la casse. Pas de la grande casse, juste des problèmes assez embêtant pour que cela soit galère pour la fin du séjour. Au fil de mes séjours à l'étranger, que ca soit en Afrique ou en Europe du nord, j'ai mis en place plein de petites astuces pour tout réparer avec pas grand chose. Il suffit d'avoir sur soit une trousse de petit matériel pour se dépanner.

La base : le couteau multi-fonctions

La base est d'avoir un Leatherman, ou un couteau multi-fonctions comme un couteau suisse. L'avantage du Leatherman est qu'il est très résistant et incassable. Et si jamais vous avez des soucis avec, il est garantie à vie, et le service après vente est très efficace. Il existe différents modèles, du plus simple au plus élaboré. J'en ai un très complet et très lourd (avec tout l'utile et le superflu). Au final dans 90% des cas, je n'utilise qu'une lame de couteau et la pince. Le couteau est toujours utile : couper une cordelette, une branche, son steak, ouvrir un pack de lait, ... Nous avons tous toujours besoin d'une lame en bivouac, c'est sûr. La pince est plus utile dans les réparations. Elle sert à serrer les ligatures, revisser un écrou, aider à faire passer la cordelette, desserrer un nœud... Bref, elle sert à nous sortir des pétrins.

 

Le fond de sac

Dans mon sac, j'ai toujours un fond de secours, une petite pochette que je met en début de saison et que j'oublie jusqu'au jour où une tente déchirée nécessite son utilité. Elle est composée du matériel suivant :

  • un briquet de secours
  • allumes feu
  • une bougie chauffe plat
  • un tube de superglue ou de seamgrip
  • fil et aiguille
  • cordelette très fine (assez fine pour passer dans les arceaux de la tente)
  • fil de fer
  • scotch américain comme du duct tape.
  • couteau type leatherman

 

Allumer un feu

Le kit d'allumage de feu est très important. Imaginé que vous tombez dans une rivière, qu'en montagne vous ne trouvez pas votre refuge ou simplement que vous avez décidé de faire un feu là et maintenant, il faudra être efficace dans l'allumage. L'écorce de bouleau est une merveille. Chaque année le bouleau perd son écorce. Il suffit donc d'en prélever un peu, une poignée suffit, pour allumer un feu. Ca se consume plus facilement que du papier mais en durant plus longtemps et en faisant de plus grosses flammes. Bref c'est du bonheur pour allumer un feu. Ou sinon n'oubliez pas que vous avez des allumes feu dans votre kit de secours.

Il existe des combines pour faire partir un feu. Si vous êtes dans la neige, il faut faire un socle à votre foyer, sinon votre feu va s'enfoncer et votre bois va être mouillé. Pour se faire, il faut ramasser le maximum de branches bien vertes (les branches d'épicéa sont tops) et les disposer à même le sol, sous vos écorces. Pour démarrer votre feu, penser aux branches basses des épicéas. Celle ci sont généralement mortes sur l'arbre et bien sèches. Sinon tout le bois au sol fera l'affaire.

La meilleure technique est à mes yeux celle du kappla. Il faut disposer ces buchettes de bois en carrée, avec l'écorce de bouleau à la base. Vous disposez ensuite des copeaux de bois (fait avec votre couteau) sur l'écorce. Enfin quelques buchettes plus grosses que vous avez préalablement entaillées avec votre lame. Une allumette (ou un allume feu, ou encore une pierre à feu pour les plus joueurs) et le tour est joué. Cette technique a la particularité de bien faire circuler l'air nécessaire à la combustion.

Dans le cas où vous êtes vraiment dans une situation délicate, imaginons que vous êtes coincé dans un endroit et que vous commencez sérieusement à avoir froid, mais qu'il n'y a rien pour allumer un feu. Afin de passer la nuit, il faut que vous vous enrouliez dans votre couverture de survie, et que vous allumiez votre bougie devant vous. Votre abris va se chauffer beaucoup plus vite car la couverture va stocker cette chaleur.

Réparer un vêtement ou une toile de tente

Pour réparer un vêtement, rien ne vaut qu'un peu de fil et une aiguille. Mais pour réparer une toile de tente, par exemple, mieux vaut utiliser de la seam grip ou de la super glue. Pour tout ceux qui ne connaissent pas, ce produit permet de souder deux matériaux entre eux et de garder l'étanchéité. C'est très pratique pour réparer une gore-tex, une toile de tente ou même une doudoune (sinon on perd toutes les plumes !). Pour se faire, rien de plus simple. Il faut simplement réunir proprement (le plus plat possible) les deux parties déchirées, et mettre un coup de colle grâce au pinceau. Si jamais vous n'avez pas de pinceau, un bout de papier fait l'affaire. Attention le temps de séchage de la seamgrip peut être long (24 heures minimum pour une veste ou une tente, 48 heures pour des chaussures).

Ou sinon, si on n'a pas de patience, un bon coup de scotch américain, on répare beaucoup de choses !

Autre souci que l'on rencontre souvent : les fermetures éclaires qui ne zippent plus. C'est très embêtant et pourtant facile à réparer. Il suffit, avec votre pince, de pincer la base de la fermeture pour la "resserrer" un peu. Ensuite réessayer de la fermer, et généralement, ça marche. Sinon il faut recommencer en serrant un peu plus fort. Attention cependant au fermeture éclaire de mauvaise qualité, elles peuvent casser sous la pression. Un peu de douceur et de patience pour réussir l'opération.

La cordelette de spare peut être utilisé pour changer une corde sur la tente, changer une tirette de veste... Bref on trouve toujours une utilité.

Réparer une pulka ou un arceau de tente

Il existe une façon simple mais cependant très solide de réparer un manche de pulka fissuré ou un arceau de tente avec seulement de la cordelette. Cela s'appelle une ligature. Le principe est simple : faire une attelle très serrée. Pour se faire, il faut de la cordelette fine, si possible sans plastique. Enfin on fait avec ce que l'on a. Commencez par placer votre cordelette en boucle le long de la partie à réparer, puis revenir sur ces pas en entourant le manche (et votre bout de cordelette déjà en place) en revenant vers la zone cassée. Il est important de serrer au maximum pour que rien ne bouge. Votre bandage doit commencer suffisamment en amont de la fissure et finir bien en aval pour que rien ne bouge. Pour finir, passer votre cordelette dans la boucle créée au début, puis tirer sur le brin libre (comme pour serrer une corde d'escalade). Ainsi votre ligature serra correctement serrer. Il suffit de couper puis brûler le brin qui dépasse. Avec ceci, vous pouvez continuer des jours entiers à forcer sur votre pulka sans problème.

  


Pour réparer un manche cassé en deux de façon net, il convient de faire la même procédure, seulement en rajoutant une pièce entre votre manche et la ligature (un bout de bois, de plastique... quelque chose de rigide qui tiendra vos deux pièces ensembles).

Les ligatures permettent également de solidifier des pièces, ou de rajouter sur une pièce en métal un grip agréable. Afin que votre nœud ne bouge pas, il est important de la vernir (le vernis marin est le mieux).

Si jamais vous devez changer l'élastique de votre arceau, n'oubliez pas que vous avez de la cordelette pour le remplacer (d'où l'importance de la prendre assez fine !).

Le stockage de votre petit matériel

Tout ce matériel, c'est bien, mais suivant comment, ça peut prendre de la place. Pour le stocker, il faut être également astucieux. Dans un tube à vitamine, vous pouvez mettre dedans des allumettes et seulement la zone à gratter, le kit de couture (une bobine de noir et l'aiguille plantée dedans, ça suffit), le fil de fer soigneusement rangé, les allumes feu, le briquet, la super glue). Autour du tube, vous pouvez entourer votre scotch américain (pas besoin d'en prendre des mètres et des mètres). La bougie va dans votre trousse de secours. Voila de quoi palier à pas mal de petites réparations que l'on peut rencontrer en itinérance. J'espère que ces astuces pourront vous servir un jour. N'oubliez pas de bien vérifier votre matériel avant de partir, cela évite bien des soucis!

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

svety

Maud
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 308 | Summits mois : 0 | Summits total : 493
     > Classement des I-Trekkeurs
J'ai eu la chance de faire de ma passion mon travail. Tous les matins, je suis contente d'aller travailler.  En même temps, mon travail consiste à vendre du rêve, et à emmener des petits groupes faire du chiens de traineau ou de la randonnée sur plusieurs jour...
Merci ; ca recoupe bien ce qui est dans mon sac toute l'année. A cette base, qui est complétée lors d'une activité spécifique (raquette par ex.), j'ai en plus 2 lumières clignotantes rouges, qui se voient de très loin la nuit, pour se signaler en cas de besoin. Ca coute 3 balles, et les piles durent longtemps. On mets cela sur les vélos je crois, et le long des trails de nuit.
 


Recevoir nos lettres de diffusion

 
 
Votre email :   
  *******    ******    **     **   *******    *******  
 **     **  **    **   **     **  **     **  **     ** 
 **     **  **         **     **  **     **  **     ** 
 **     **  **   ****  **     **  **     **  **     ** 
 **     **  **    **    **   **   **  ** **  **     ** 
 **     **  **    **     ** **    **    **   **     ** 
  *******    ******       ***      ***** **   *******