Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Carnets de Randonnée et de Trekking, reportages, diaporamas et vidéos/Europe/Islande/Les idées de fainéant sont souvent les meilleures

Les idées de fainéant sont souvent les meilleures

Rédigé le 25/03/2009 - Lu 1873 fois
Les idées de fainéant sont souvent les meilleures - Trek entre Kerlingarfjöll et Dreki

journée de repos pour tout le monde.

Mon objectif aujourd'hui, est de me reposer en marchant sans sac jusqu'à vonaskarð pour voir si ça passe avec un sac. Ma logique est implacable. Et en rentrant mes coordonnées ce matin dans le gps, je constate que cette petite reco est d'une simplicité enfantine. Juste 20 bornes et je pense sept ou huit heures de marche en montagne. Parce qu'ici, je suis vraiment au pied de la montagne. ce n'est plus de la marche dans les collines. Voici donc comment j'envisage mes journées de repos.

 

Tout de suite, c'est la montée. Bien bien raide. Tout de suite aussi les premiers névés. Facile d'y marcher en revanche. la neige est assez dure pour ne pas s'enfoncer, mais pas transformée. Le risque de glissade est nul. Je domine le refuge avec ces toits tout rouges. Qu'il est accueillant. Pourquoi je m'étais fait cette mauvaise image de lui? La ballade surplombe la vallée de Jokuldalur. Elle est d'une beauté saisissante. Roches rouges. Mousses vertes fluorescentes. L'impression qu'un gamin y a balancé de grands coups de stabilo-boss. La régalade. Mieux que mon choco-pops. Lui aussi, il commence à me fatiguer tous les matins. A moins que ce soit la montée. Parce que c'est raide, bigre. Il peut pas, ce pays, pour une fois, être normal et faire en sorte de pas être exubérant? J'ai marché cent bornes jusqu'à maintenant sur du plat et d'un coup je me ramasse des pentes à plus de 45°.

Dès le premier sommet donnant une vue globale sur vonaskarð, je comprends aussitôt que ça va vraiment pas le faire. Beaucoup trop de neige pour envisager de passer cette année par ce col. Mais depuis mes premiers pas dans la neige à Setrið le premier jour, j'appréhendais que le passage soit bloqué. Même si le passage était mal exposé, je n'étais qu'à 700m d'altitude, alors qu'ici je dois marcher 20 km à plus de 1000m et certaines zones sont à 1200m. Donc on oublie Vonaskarð. J'ai vraiment eu le nez creux avant hier en décidant de ne pas passer par le sud. Je me serais mis dans une sacrée galère. Les idées de fainéant sont souvent les meilleures.

Quand je pense que tout mon trajet a été greffé autour de ce col. Mon ambition était vraiment de passer juste là. Le reste, c'était pour meubler, si l'on peut dire, bien que je me régale depuis le début (presque le début). Les sources chaudes, les zones de ryolithe et de palagonite...Ce sera pour l'an prochain. Plus tard dans la saison. Je me sens bien un truc dans le style Laugafell-Versalir en passant par ici et longeant Hagongulon.

En parlant palagonite, je passe en redescendant dans une zone truffée de cette roche. Ca donne toujours des résultats d'érosion spectaculaires. Puis je décide de descendre un névé à la ramasse jusqu'en bas pour rejoindre le fond de Jokuldalur où le cours d'eau scintille au milieu de la prairie. En fait, c'est pas tout à fait ça. Le cours d'eau scintille à gauche et les prairies verdissent à droite. Devinez où je suis. Bingo. Faut traverser. Sans mes chaussures d'eau pour cette excursion légère, je mets du temps à traverser sur les cailloux pieds nus. Frigorification de l'individu.

Mais une fois traversé, je me suis promis un casse croute de rêve, le premier vrai depuis que je suis parti. Bien réchauffé, étendu dans l'herbe, sans insectes, je me fais un caviar de noix de cajoux, des toasts de peperonni, une côte de chocolat au lait avec des grains de raisin et des myrtilles et une coupe d'eau du torrent.

Amusant, des versants de la vallées, s'élancent de jeunes oies dont je pense que c'est le baptême de l'air. L'assiette n'est pas stable, les cris affolés, le train d'atterissage déployé dès le départ, ils vont s'écraser dans les prés autour de moi. J'entends leurs parents qui, au choix, les engueulent parce qu'ils se sont vautrés devant leurs amis et qu'ils leur font la honte grave ou alors ils se fendent la poire avec ces mêmes potes après l'apéro à voir leurs mioches se fracasser la tronche, espérant gagner une caméra à video-gags.

C'est le paradis. Que c'est beau. Les couleurs vives et éclatantes, le bruit du torrent qui court. Les plaques de neige de ci de là. Qu'il fait beau.

Qu'il faisait beau. Ici ce que l'Islande te donne, elle te le reprend aussitôt. Il faut trouver juste les bons moments. Plus bas, donc entre le refuge et moi, j'ai pas l'impression que les nuages vont jouer au ping pong comme hier. Plus qu'à me couvrir et à affronter le machin qui m'attend. en fait, il m'attend pas, il vient à ma rencontre, et en courant. Je m'en prends une magnifique sur le coin du museau. La plus belle depuis que je suis parti. Je ne suis pas loin. Juste une petite heure. Bien sûr, il faut retraverser le torrent pieds nus. Pas évident d'être sec avec ce qui tombe pour remettre les chaussures. Pas d'aventure particulière. J'arrive juste trempé.

 

Cet après midi, repos avec mes dos compadres (phonétique, je parle pas un mot d'espagnol non plus). Ce voyage offert par leurs parents en cadeau pour leurs vingt ans. Qu'est ce que je pourrai leur offrir, moi, aux miens pour leurs vingt ans? Pour Hugo, l'intégrale des cartes pokemon et à Adam une descente de lit en peau d'épagneul breton?

Je remarque qu'ils ont le visage brûlé par le soleil. Donc le soleil ça existe. Ils ont brulé dans le champ de lave de l'Askja sous un soleil resplendissant sur les névés. Ca risquait pas de m'arriver là l'an dernier avec la tempête que j'avais ramassée dans le cratère. Je leur donne un peu de ma crême solaire pour la fin de leur voyage. Lui a un bon gros problème existentiel vers la France. En appelant pour donner des nouvelles, il apprend qu'il a peut être un boulot pour la rentrée mais que la nana qui veut l'embaucher exige qu'il soit le 4/7 à Lyon pour son entretien. C'est couillon, parce que les vols de Nyidalur à Lyon sont plutôt rares. Ils se voient obligés de raccourcir leur trek de plusieurs jours et de s'arrêter à landmannalaugar et d'abandonner leur projet de rallier la mer à Skogar. S'il est pris, ça lui fera un sacré souvenir d'entretien téléphonique.

Gros repas ce soir pour tous. Longue journée demain pour tout le monde. Petite photo souvenir. Et dodo.

Je finis mon bouquin et l'abandonne au refuge pour le plus grand plaisir, j'espère, d'un futur amateur de polars francophone qui sera coincé plusieurs jours à Nyidalur. Ce serait marrant qu'un jour, on se rencontre...

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

siagne

david abadie
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs


Page principale de l'article

Trek entre Kerlingarfjöll et Dreki
Trekking de 15 jours en Islande en solo et autonomie totale entre Kerlingarfjöll et Dreki à travers le Þjorsarver, Mulajökull, Sprengisandur jusqu'à Nyidalur pu...

Articles de l'univers Voyage

Islande, terre des extrêmes
Récit d'une traversée de l'Islande, terre de feu et de glace, du Nord-Est au Sud-Ouest. Une île à la terre volcanique, désertique et sauvage, dominée par le ven...

Traversée de l'Islande
Récit d'un trekking de 17 jours traversant l'Islande du nord au sud. 17 jours et 450 kilomètres de randonnée en autonomie dans des conditions météo abominables ...

Trek du Laugavegurinn
Carnet Trek du Laugavegurinn, un des trekkings les plus courues en Islande et aussi réputé pour être le plus beau. D'un longueur de 55 km entre le massif rhyoli...

Trek sur les hauts plateaux du centre de l'Islande
Carnet d'un trek en solo et autonomie totale sur les hauts plateaux du centre de l'Islande. Mon projet était de rallier à pied Myvatn à Egilstadir via le volca...

Trekking de Þorsmörk à Skaftafell
Récit d'un trek en Islande de Þorsmörk à Skaftafell. Complètement dingué des étendues désertiques de l'Islande, David s'y rend chaque été pour un trek d'envergu...

Guide Randonnée Islande
Fiche Pays d'Islande : Carte d’identité - Formalités - Transports - Santé - Sécurité - Climat - Zones de trekking - Liens internes - Contacts. Des informations...

Hornstrandir : rando wilderness dans les fjords oubliés de l’Islande
La péninsule d’Hornstrandir au nord-ouest de l’Islande est le paradis des randonneurs. Le wilderness prend ici tout son sens : pas de route ni de ville et des f...

Islande : Nordurland
Randonnées / découverte de l'Islande avec ses phénomènes géothermiques sources de catastrophes ; mais aussi ses mystères, ses chutes d'eau - les plus grandes d'...

Traversée du désert islandais
Traversée de l'Islande du nord au sud d'Akureyi à Thormork. Sylvain et Kevin nous emmènent au coeur de l'Islande et de ses paysages lunaires uniques. Et si la m...

2 jours de trek dans le Hornstrandir
Vidéo de mes deux jours de trek au départ de Hesteyri dans la péninsule de Hornstrandir aux confins des fjords de l’ouest de l’Islande. Découvrez les images du ...

Photos de l'univers Voyage