Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Informations pratiques

Rédigé le 19/11/2009 - Lu 2115 fois
Informations pratiques - Traversée du Désert Libyque

De l’Egypte Nilotique au Désert Libyque

A cheval entre l’Afrique et le Proche Orient, l'Egypte est un vaste pays, constitué essentiellement de déserts, traversé du sud au nord par un fleuve puissant et majestueux, le Nil. Les contrastes y sont saisissants : l’hyper aridité des lieux est soudainement interrompue par l’eau, la verdure, les champs et une terre des plus fertiles qui soient. L'Egypte aurait pu n'être qu'une terre aride, hostile et pratiquement inhabitée, mais le Nil a totalement transformé le caractère et l'histoire du pays. Voyager en Egypte, c’est parcourir l’histoire de la méditerranée, des civilisations qui marquèrent de manière indélébile la destinée des peuples dont nous sommes issus.

Le Désert Libyque

Le désert Libyque est le prolongement oriental du Sahara, peu connu et très peu parcouru, hormis l’axe reliant les grandes oasis de l’ouest égyptien que sont Kharga, Dakhla, Farafra et Baharya. Les Egyptiens le nomment Désert de l’Ouest.

Une des caractéristiques essentielles du désert Libyque est son extrême aridité, la plus marquée de l’ensemble du Sahara. En recevant moins de 5 mm d’eau par an, nous pouvons dire qu’il ne pleut jamais sur le Désert Libyque.
Le désert Libyque, pays à l’ouest du Nil, était considéré par les anciens égyptiens comme le royaume de la mort. Pourtant, comme l’attestent les nombreuses traces laissées, par les lourdes caravanes, dans les très nombreux sites préhistoriques et les récits historiques, ces lieux si inhospitaliers de nos jours furent occupés par des chasseurs et des pasteurs faisant paîtrent leurs animaux à l’ouest du Nil. Ce fut le pays des Tebus, dont nous côtoyons une branche ethnique au Tchad ; ce peuple parfaitement adapté au désert, s’étendait du Ténéré nigérien au désert Libyque en Egypte.

Information pour les voyages parcourant le désert Libyque

Attention : Ce voyage est soumis à autorisation du gouvernement égyptien, vous devez impérativement vous inscrire le plus tôt possible (minimum 21 jours avant la date de départ) et nous faire parvenir dans les plus bref délais la photocopie de votre pièce d'identité afin que nous puissions déposer la demande d'autorisation dans les délais.
Taxes : Hommes et Montagnes inclue dans le prix de ce voyage la taxe mise en place par les autorités égyptiennes qui sont de 100 $ par nuit et par groupe circulant entre la zone de Siwa et la zone du Désert Blanc. Sans ces autorisations nous serons dans l'obligation de rester dans la zone fréquenté du Désert Blanc et de Siwa.

Le voyage

En 18 jours en randonnée chamelière, nous traversons le désert Libyque entre le désert Blanc et l’oasis de Siwa. Ce voyage au long cours, ambitieux, s’adresse aux personnes ayant une très bonne endurance, averties aux grands voyages d’explorations. Le manque d’eau potable et de pâturage pour nos animaux sera une constante en ces lieux désolés. Nous reprenons un axe caravanier historique qui, venant du Soudan, traversait le désert de l’ouest égyptien vers les oasis du nord, pour rejoindre la Méditerranée.
Ce voyage nécessite faculté d’adaptation et patience car ces pistes caravanières ne sont plus fréquentées, et peu de personnes aujourd’hui ont connaissance de ces environnements.

Etapes et horaires

Ce voyage est un renouveau, personne de mémoire d’homme n’ayant effectué cette traversée en caravane chamelière. 20 à 35 km par jour sont effectués à pied. Le matin, lever entre 5h 30 et 7h. Départ entre 7h 30 et 8h 30. Halte entre 11h et 12h. L'après-midi, départ vers 13h ou 14h. Soit environ, 6 à 8h de marche par jour. La journée peut être faite en continu, sans halte de milieu de journée ou avec un simple arrêt casse-croûte. Ces horaires n'ont qu'une valeur indicative car les haltes de mi-journée et les bivouacs se font en fonction de la saison, des rares pâturages et des points d'eau.
Ces différents impératifs donnent à cette randonnée une ampleur particulière, une ambiance d'isolement sérieux. Il en résulte obligatoirement un souci constant de prudence et d'économie de tous nos moyens concernant l’eau, les chameaux, nos forces physiques et morales...

Renseignements complémentaires

FORMALITES
Passeport valable 6 mois après le retour du voyage.
Visa (collectif) obligatoire, inclus dans le prix du voyage. Il est délivré à l’arrivée.
Participants autres que CE et suisses : renseignements auprès des consulats respectifs.

SANTÉ
Vous devez être en parfaite santé. Pour ces voyages, il est difficile d'obtenir du secours pour une évacuation d'extrême urgence : les liaisons radio sont inexistantes et les centres de soin sont très souvent éloignés. En cas de besoin, H&M possède une pharmacie de première urgence. Prévoyez néanmoins une petite pharmacie personnelle.
Vaccinations : pour entrer en Egypte aucune vaccination n’est obligatoire. Comme pour la plupart des voyages que nous organisons, nous vous conseillons d’être à jour des vaccins
ordinaires (diphtérie, tétanos et polio).

LA RANDONNÉE CHAMELIÈRE
Voici comment se déroule, en principe, une journée de randonnée chamelière : Réveil avec le lever du jour, puis petit déjeuner. Bouclage des sacs et préparation des charges.
Pendant que les chameliers s'occupent de charger les bêtes, nous nous mettons en route avec le guide-accompagnateur. Les participants marchent à pied, les bagages étant transportés par des chameaux de bât. Vous n'avez à porter dans votre sac à dos que les effets indispensables pour la journée (chandail, chapeau de soleil, lunettes, crèmes solaires, gourdes), ainsi que quelques vivres de marche et, exceptionnellement, un petit casse-croûte collectif. Arrêt de midi (11h ou 12h). Repas froid. Reprise de la randonnée en milieu d’après-midi. Arrivée au bivouac en fin d’après-midi.
Un ou deux chameaux de secours sont prévus en cas de fatigue, malaise ou maladie, et ne seront employés que dans ces cas. Si vous êtes en forme, vous ne devez pas compter faire une partie des étapes à chameau.

LE CLIMAT
Il est difficile de donner des précisions sur les températures d'une saison car elles dépendent vite d'un nuage passant devant le soleil, de l'altitude ou du vent. En général, aux périodes durant lesquelles nous organisons les voyages, on a plus souvent à combattre le froid qu'à se protéger du soleil ou de la chaleur, sauf en fin de saison.
Les nuits sont toujours fraîches, même au printemps. En hiver, il n'est pas rare que la température descende aux environs de -5°. Un bivoua c est supportable grâce à la sécheresse de l'air.

LES NUITS ET LES BIVOUACS
Les bivouacs à la belle étoile : chacun s'installe où il veut et dispose d'un matelas mousse (avec housse en toile et tapis de sol en plastique). Vous devez prévoir, pour tous les voyages, un sac de couchage chaud et un drap permettant de se couvrir légèrement par nuit chaude et de s'abriter en cas de léger vent de sable et de moustiques.

L'EAU, LA BOISSON
L’eau est le véritable enjeux de ce voyage d’exploration. L'itinéraire évolue dans la partie la plus aride du Sahara.
Il y a de l’eau potable le 4ème jour de marche, puis ensuite c'est l'autonomie totale jusqu’à El Bahrein où une voiture amènera suffisamment d’eau pour poursuivre le voyage jusqu’à Siwa.
L’autre enjeu est l’absence totale de pâturage pour les chameaux.
A ces latitudes basses l’exposition à une forte insolation, même si la température n’est pas particulièrement élevée peut provoquer la déshydratation ou un coup de chaleur plus ou moins grave. Il n’y a souvent pas de signe avant-coureur et la gêne peut fortement nuire au bon déroulement du séjour, tant pour soi que pour les autres. La prévention est essentielle ; la règle est simple : avoir le minimum de peau exposée au soleil, garder la tête couverte, boire suffisamment. La protection des yeux ne doit pas être oubliée. Lorsque la chaleur devient importante, il est important d’apprendre à distinguer la pépie de la soif. La bouche sèche n’est pas forcément synonyme d’un besoin physiologique d’eau. Si on est attentif, on se rend compte que l’organisme s’adapte et les réflexes de comportements changent ; le besoin de boire diminue. Un excès de consommation d’eau, comme le manque, amènent des dysfonctionnements.

LA NOURRITURE ET LES REPAS
Compte tenu du climat et de notre mode de déplacement, on ne peut pas transporter, pendant plusieurs jours des légumes et des fruits frais pour un groupe de 6 à 12 personnes.
Petit déjeuner : pain, confiture, nescafé, thé, chocolat, lait, sucre et céréales. Des vivres de marche sont distribués le matin (barres, fruits secs).
Repas de midi : il est froid. Salades variées (pommes de terre, lentilles, riz, etc.)
Repas du soir : il est préparé au gaz. Potages, riz, pâtes, couscous, ragoût de pommes de terre, purée, viande fraîche ou séchée, fromage...
Les desserts : mandarines ou oranges, dattes, fruits au sirop, compotes.

Le pain est transporté pour tout ou partie du voyage. Nous le conditionnons afin de le conserver au mieux, ce que nous parvenons à faire assez facilement en hiver. En période chaude, la conservation du pain est plus délicate car il sèche et prend l'aspect de la biscotte ! Il faut alors savoir manger des morceaux et non des tranches, savoir le tremper dans le bol du déjeuner ou de la soupe.

La cuisine est un gros travail. Le cuisinier a donc beaucoup de travail et il est heureux de bénéficier de votre aide. Les chameliers, en plus du travail que leur donnent leurs chameaux, s'occupent de l'approvisionnement en eau et aident parfois au ramassage du bois.

VOUS, VOTRE APPAREIL PHOTO ET LA POPULATION
La tentation est toujours grande de fixer sur la pellicule les personnes rencontrées ; et bien souvent ce désir est d’autant plus fort que la rencontre est brève. Or ce devrait être le contraire. Il est plus acceptable, pour l’autochtone de se faire photographier par l’étranger s’il y a eu un réel échange. La moindre des choses est de demander l’autorisation, et si on vous la refuse, n'insistez pas.
En Egypte, les prises de vue sont réglementées sur les lieux publics. Il est vivement déconseillé de photographier dans les rues des villes et sur les marchés, les aéroports, les terrains d'aviation, les casernes et les postes de garde ou de contrôle Les prises de vues au flash des peintures rupestres sont interdites (dégradation supposées) mais
autorisées sans flash. Les espaces du désert Libyque sont grands…Prévoyez une paire de jumelles, tant pour les paysages que pour la faune. Pensez aussi que la seule protection de vos optiques est la multiplication des sacs plastiques. Pensez à les secouer souvent.

OBJETS PREHISTORIQUES
Il est INTERDIT de ramasser et d'emporter les outils ou ustensiles de pierre et de métal (pointes de flèches, bifaces, racloirs, meules, etc.). Toute personne prise en flagrant délit engagerait sa seule responsabilité.

UN PEU D'ECOLOGIE...
L'équilibre écologique des régions désertiques est précaire et la dégradation des ordures est quasi nulle. Chaque visiteur est responsable de la propreté et de l'état des sites qu'il traverse et où il bivouaque. Ainsi faut-il s’appliquer à laisser le paysage aussi vierge que l’on a eu le plaisir de le découvrir. Nous ne sommes pas habituer à gérer nos propres déchets mais il faut bien ici le faire. Chacun doit donc se munir d’un briquet ou d’une boîte d’allumettes pour brûler papier toilette, lingettes (vérifiez qu’il soit bien consumé car ce n’est pas toujours facile).

Les autres déchets ne doivent pas mélanger le biodégradable et le reste. Les reliefs de cuisine profiteront toujours à quelques chèvres, insectes ou petits mammifères. Les autres déchets doivent être brûlés, avec un peu de bois, puis il faut récupérer le métal, le verre et l’aluminium, les stocker et les rapporter en ville. L’expérience montre que l’on ne peut pas confier cette tâche, et qu’il faut absolument s’en charger soi-même.

Sachez aussi, que dans toutes les régions du Sahara, on ne jette jamais un noyau de datte dans le feu.


Cette traversée du désert Libyque a été confectionnée par Hommes et Montagnes, spécialiste du Tourisme d'Aventure et des Explorations dans les déserts et les montagnes du monde.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

sylvainphilip

SYLVAIN PHILIP
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs
Très intéressant, captivant, on a envie de faire ce périple, jusqu'aux "détails pratiques" qui nous obligent à nous demander si finalement on veut réellement s'imposer pareil régime !!

Donc excellente idée ces "détails pratiques", dont chacun devrait s'imposer la lecture.


Page principale de l'article

Traversée du Désert Libyque
En décembre 2004, l’équipe Hommes et Montagnes et ses partenaires égyptiens ont effectué la première traversée entre l’oasis de Farafra (Désert Blanc) et la mys...

Articles de l'univers Voyage

Désert Blanc
Carnet d'une randonnée d'une semaine au coeur du Désert Blanc en Egypte. Du Caire, nous avons rejoins le Désert Blanc pour une randonnée dans les paysages lunai...

Dunes et oasis du sud marocain
S’évader une semaine dans le sud marocain pour découvrir le Sahara, ses dunes, ses plateaux désertiques et ses bivouacs étoilés. Une randonnée d’une semaine ent...

Randonnée dans l'Atakor
Carnet d'une randonnée chamelière dans le Hoggar en Algérie, de l'Atakor à la Taessa. Vaste désert l'Atakor regroupe les plus hautes montagnes d'Algérie, ce qu...

Randonnée rupestre au tassili Tadjélahine
Situé au cœur du tassili N’Ajjer dans le désert algérien, le plateau de Tadjélahine cache des peintures rupestres parmi les plus belles du Sahara. Bien qu’Henri...

Tassili de Maghidet et erg Titersine
Carnet d'une randonnée chamelière dans le Fezzan en Libye, entre la tadrart Akakus et le tassili N'Ajjer. D'Indinane, nous avons rejoint le tassili de Maghidet ...

Randonnée chamelière dans l'adrar Ahnet
Récit d'une randonnée de 11 jours dans l’adrar Ahnet dans le Sahara en Algérie. Vastes étendues de sable et de roche, l'Ahnet est une région au nord du Hoggar e...

Tibesti : de l'Émi-Koussi aux lacs d'Ounianga Kébir
Carnet d'un voyage exceptionnel dans une région peu fréquentée du Sahara : le Tibesti. Imposant massif montagneux du Sahara oriental, le Tibesti occupe le nor...

Dunes et Oasis du Drâa
Carnet d'une randonnée chamelière dans la vallée du Drâa au Maroc, entre dunes de sable et palmeraies chatoyantes de couleurs. Durant une semaine, nous avons ch...

Essendilène, entre oasis et tassilis
Carnet d'une randonnée chamelière à travers les tassilis n’Ajjer situés au nord de Djanet en Algérie. Six journées de randonnée offrant les différentes facette...

4 jours à pied dans le désert marocain
Histoire d'un voyage au Maroc, du premier au dernier jour sinon ça n'aurait pas eu de sens... Marrakech... puis quatre jours à pied dans le désert, seule avec...

Photos de l'univers Voyage