Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Youga Piri – Yendouma Sogol

Rédigé le 25/12/2009 - Lu 5405 fois
Youga Piri – Yendouma Sogol - Randonnée au Pays Dogon
  • 11 km – 3 heures de marche

Nous quittons le très beau village de Youga Piri pour reprendre pied sur la plaine. Nous passons à proximité de la table des divinations. Chaque village en possède une un peu à l’écart des habitations. Sur une surface de sable, le devin dispose des brindilles selon la question posée par le villageois et fait des offrandes de bouillie de mil et d’arachide. La nuit, le renard passe. Selon ses empreintes et le déplacement des brindilles, le devin interprète la réponse à la question et peut donner l’avenir.

Le paysage prend des allures de savane semi-désertique dans laquelle le sable prend de plus en plus de place. Nous grimpons une dunette toisée d’herbes folles.
Nous prenons vers l’ouest et suivons une piste sablonneuse pour le village de Yendouma Atô niché sous un monumental porche rocheux. Par de nombreux aspects, ce village illustre le riche mode de vie dogon, l'histoire de ce peuple, ses croyances. Pour beaucoup, Atô est considéré comme le plus beau village du pays Dogon.

Avant de venir sur la falaise de Bandiagara, j’avais en tête l’image de ces maisons coniques en toit de chaume. En réalité, ce sont des greniers qu’on appelle gè ou go. Ils sont construits généralement en pierre recouvert d’un crépi en banco. Ils sont fermés par une porte en bois sculptée.
Chaque quartier possède également sa case pour les femmes mentruées. Déclarées impures pendant cette période, les femmes doivent y rester entre elles. Les hommes n’ont pas le droit d’entrer dans la case.

Alaye Kene Atô, originaire du village de Yendouma Atô, est devenu dessinateur suite à un accident de fusil où il perdit un bras. Les peintures d'Alaye témoignent d'une grande originalité, peuplées de génies terrifiants et de scènes sacrificielles. C’est le seul artiste dogon à participer à des expositions d’arts africains en Europe et à avoir publié un livre en France.
A regret, nous quittons le village d’Atô pour rejoindre Yendouma Sogol par la plaine. Nous suivons une piste sablonneuse en compagnie de femmes se rendant au marché de Yendouma pour y vendre leur culture ou y acheter des condiments.

Installation au campement communautaire de Yendouma Sogol dans la partie basse du village. Comme cinq autres campements communautaires, celui-ci a été construit à l’initiative du réceptif local de la Balaguère, l’Harmattan Solidaire.

L’après-midi, c’est la découverte du marché de Yendouma Sogol. Sous les arbres nimes, les commerçants s’installent pour vendre leurs marchandises : noix de cola, viandes envahies de mouches, poissons, légumes et fruits mais aussi des produits de premières nécessités (sucre, lait, vêtement) et des beignets, boulettes de cézame, galettes de mil et autres condiments pour tenir la journée. Le marché est aussi un lieu de rencontre. On y vient pour prendre des nouvelles des autres villages. Son rôle social est primordial.

Pour la fin de journée, nous montons sur les hauteurs du village de Yengouma Sogol. Plus traditionnelle que la partie basse du village, elle est surtout l’occasion de partir à la rencontre des notables sous la case à palabres. Construite sur huit piliers en bois sculpté, la case à palabres ou toguna est le lieu de rencontre des anciens du village, uniquement des hommes. Les notables s’y réunissent pour discuter des affaires du village. Son toit est anormalement bas pour obliger les villageois à s’asseoir et éviter tout excès de colère.
A travers le discours des anciens, c’est une société patriarcale qui se dessine. Le Hogon, chef spirituel du village, en réalité le patriarche, n’existe plus à Yendouma Sogol pour le moment. Musulman, il a refusé de devenir le Hogon. Doucement, la société Dogon change et s’ouvre sur l’extérieur : d’autres religions, le commerce, les technologies, l’éducation…
A chaque village Dogon correspond un nom de famille. Ici à Yendouma, c’est Témé, Dolo à Sangha, Dara à Koundou, Doumbo à Youga, etc. C’est pratique pour savoir d’où vient votre interlocuteur.

La nuit venue, nous partons rejoindre notre emplacement pour la nuit. J’opte comme tous les soirs pour la terrasse. Il y fait moins chaud et le spectacle de la voie lactée y est chaque jour plus merveilleux.

« Si tu te maries avec une femme Bozo, tu mourras, et si tu te maries avec un femme Peulh, tu seras toujours pauvre. » (Proverbe Dogon)


Randonnée au Pays Dogon organisée par La Balaguère, spécialiste des voyages et randonnées dans les Pyrénées et dans le monde

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

itrekkings

Grégory Rohart
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 983 | Summits mois : 15 | Summits total : 10252
     > Classement des I-Trekkeurs
Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien s...


Page principale de l'article

Randonnée au pays Dogon
Carnet d’une randonnée de trois jours dans le Pays Dogon au Mali. Au départ de Bongo (Sangha), nous partons explorer les villages Dogon et en apprenons chaque j...

Articles de l'univers Voyage

Photos de l'univers Voyage

Actualités de l'univers Voyage

> Mali : Voyages solidaires !