Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Carnets de Randonnée et de Trekking, reportages, diaporamas et vidéos/Moyen-Orient/Israël/Maison de la paix et Israël national trail

Maison de la paix et Israël national trail

Rédigé le 16/12/2010 - Lu 2268 fois
Maison de la paix et Israël national trail - Randonnée dans le Neguev

En octobre 2010 je participais, à la maison de la paix, à un séminaire de yad beyad (main dans la main) sur 2 jours. Cette assemblée regroupe régulièrement des Israéliens et Palestiniens avec à chaque fois des thèmes différents de discussions sur la situation du pays. Le sujet cette fois ci est la Naqba. La Naqba, le désastre en arabe, désigne les faits survenus en 48 et 49 lors du premier conflit Israëlo-arabe : l’exode des palestiniens et la destruction des villes et villages. Cet épisode de l’histoire n’étant pas ou peu enseigné dans les écoles israéliennes ( on évoque seulement une guerre d’indépendance), certains israéliens n’ont pas conscience des évènements terribles qui se sont produits durant cette période.
Nous regardons un diaporama montrant des villages arabes avant 48 et une jeune israélienne réalise qu’un de ces village se trouvait à l’emplacement de la ville où vivent ses parents « je n’avais jamais pensé que d’autres personnes vivaient ici avant…dit-elle ». Bon nombre d’israéliens affirment que avant 48, on ne trouvait ni ville ni village en Palestine, seulement des bédouins avec leurs troupeaux. Dans l’optique de démontrer le contraire, nous allons visiter Ein Karem, village qui se situe près de Jérusalem, où l’on trouve des traces d’un village arabe qui se trouvait ici avant la création de l’état d’Israël.

 

La question des réfugiés et de leur droit de retour est abordé. A savoir que les réfugiés (qui ont quitté la Palestine après 48 et 67 principalement) sont estimés aujourd’hui, avec leur descendance, au nombre de 7 millions, répartis entre Jordanie, Syrie, Liban. S’ils revenaient, ils seraient plus nombreux que les israéliens, leur retour semble donc utopique ; Et où vivraient ils ? De quel travail ?
Leur retour ne serait possible que dans le cas de la création d’un état unique. Pas envisageable actuellement. Un jeune israélien me confit en parlant des arabes « quand je vois comment leurs femmes sont habillées, je n’aimerais pas que ces gens soient majoritaires dans mon pays » Je lui demande son avis sur une éventuelle solution, « retirer les colonies des territoires palestiniens, me dit-il aussitôt, et leur accorder un état autonome digne de ce nom avec Jérusalem-est comme capitale » et il ajoute « ça fait 60 ans qu’on écrase les palestiniens, ils nous haïssent, ils veulent nous tuer et ils ont raison… Il est temps que ça cesse. »

Il y aurait encore beaucoup à dire à ce sujet. Il est impossible d’aller en Israël et d’ignorer ces cruelles réalités, même si certains israéliens eux-mêmes ferment les yeux et mène leur vie sans se soucier de ce qui se passe ” de l’autre côté”.
L’existence de séminaire comme celui de Yad beyad montre que des citoyens, palestiniens et israéliens, croient en la possibilité d’une paix et œuvrent dans le but de trouver une issu à cette impasse, même si ce n’est qu’une goutte d’eau.

Israël national trail

Lors de mon premier séjour dans la maison de la paix, je rencontrais des participants du « walk about love »( http ://www.walkaboutlove.org.il/). Le groupe « walk about love » effectuent la totalité de l’Israël National Trail (environ 1000 km) à pied en 3 mois. Chacun est bienvenue quelque soit sa nationalité, sa religion, son age. Lors d’arrêt en ville, le groupe défile en chantant et dansant pour la paix. Je rejoignais ce groupe pendant 2 jours et campait avec eux à Tel Aviv près de la plage.
De cette rencontre, me venait l’idée d’effectuée moi-même, seule, des parties de l’Israël national trail.

Le livre de Jacob Saar “ hike de land of Israêl “ (contenant des cartes au 1/50 000 ième, et des descriptifs détaillés des parcours) dans mon sac, je me lançait sur les chemins début novembre 2009, mais ne disposant que de peu de temps, je partais, pour 4 jours seulement, de Yatir forest direction jérusalem. J’étais un peu déçu par les paysages (sentier longeant parfois la voie rapide…), cependant, le mauvais temps étant de la partie, j’eus la possibilité de dormir dans des Kibboutz.
Je décidais donc, en mars 2010, de m’attaquais à une partie plus sauvage : le désert du Neguev., et d’effectuer la partie nord en reliant la ville d’Arad à celle de Mitzpe Ramon.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

annecuzin

anne cuzin
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs
Pour infos on pourrais intituler ce post Israel et Palestine

merci


Page principale de l'article

Randonnée dans le Neguev
Carnet d'une randonnée de 7 jours en autonomie dans la région du Neguev en Israël. D'une superficie de 13 000 km², le désert de Neguev couvre 60% de la surface ...

Articles de l'univers Voyage

Israël : Pérégrinations pédestres
Vidéo d'une petite semaine de randonnée en Israël sur le chemin de Jésus en Galilée mais aussi dans le wadi Qelt et le désert de Maktesh Ramon sans oublier un p...

7 alternatives au Sahara pour les amoureux du désert
Amoureux du désert, voici 7 alternatives au Sahara pour continuer à voyager passionnément et en toute sécurité entre dunes, regs et oasis. Préparez votre chèche...