Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Parc national des Pyrénées

Rédigé le 18/12/2011 - Lu 2085 fois
Parc national des Pyrénées - Traversée des Pyrénées

 23 septembre: Parzan – refuge de Barroude

  • + 1265m - 210m 5h

En remontant l'impressionnante vallée de Barroso je ressens fortement l'ambiance automnale: le silence n'est troublé que par quelques sonnailles et quelques sifflements de marmottes, les pentes se teintent de roux et l'air a cette limpidité caractéristique des belles journées d'automne. La montagne semble sur le point de se recroqueviller avant que le froid ne prenne le dessus. Cette nuit, orage, vent, pluie et peut être neige s'annoncent et le confort du refuge de Barroude sera appréciable.

L'intérieur est chaleureux avec ses boiseries et son coin bibliothèque qui m'occupera une partie de l'après midi. Nous sommes les seuls occupants et Rozenn, la gardienne nous offre une délicieuse part de far breton, douceur particulièrement appréciée après notre traditionnel plat de pâtes. Je deviens un peu sauvage et n'apprécie guère les refuges surpeuplés, mais quand les lieux sont calmes c'est un grand bonheur de profiter de l'ambiance de la haute montagne à l'abri des intempéries.

24 septembre: refuge de Barroude – Héas

  • + 520m - 1325m 5h

Une petite bruine bien fraîche a succédé aux averses de la nuit et semble bien tenace. Par chance, elle cesse quand nous nous mettons en marche au lever du jour. Les crêtes sont poudrées de neige et le ciel partagé entre brumes et éclaircies. Je suis toujours fasciné par ces atmosphères matinales de nuages échevelés qui disputent au soleil la conquête des crêtes et des cols. Les lumières filtrant au travers des espaces abandonnées par les brumes sont magiques et la montagne n'est jamais aussi belle que dans ces instants fugitifs. C'est un combat incertain et aujourd'hui le soleil perd la partie.

Nous sommes bien vite enveloppés dans un voile ouaté, mais le soleil, opiniâtre, ne s'avoue pas facilement vaincu et tentera, sans succès, de nouvelles percées tout au long de la journée. Ceci ne nous empêche pas d'avancer vers la hourquette de Charmentas autour de laquelle gambadent de nombreux isards puis vers la hourquette de Héas dont les gradins rocheux fort humides et glissants demandent un peu d'attention. Face à ce temps toujours incertain et à l'humidité ambiante le bivouac ne nous tente guère et nous préférons l'abri simple mais sec de la grange.

25 septembre: Héas – Gavarnie

  • + 1000m - 1130m 6h30

Nous partons à la nuit sous un ciel scintillant d'étoiles en empruntant la route qui conduit au barrage des Gloriettes. Une magnifique journée s'annonce et la paisible remontée de la vallée d'Estaubé au milieu des pelouses rases parsemées de gros blocs rocheux est un enchantement. Malgré la pente douce ou peut être à cause de ce sentier qui n'en finit pas de parcourir de larges lacets la forme n'est pas au rendez-vous. J'avance à petite allure et ressens un certain manque d'énergie. Sans doute, est-ce dû au fait que j'ai épuisé toutes mes provisions et que le repas hier soir était un peu maigre. Heureusement, l'habitude aidant, je sais que la motivation est un puissant soutien lorsque le physique vient à faiblir et qu'il suffit d'avancer patiemment et lentement pour surpasser ce genre de difficulté. Je rejoins donc tranquillement la hourquette d'Alans, belvédère incontournable sur le cirque de Gavarnie et la vallée d'Ossoue dominée par le Vignemale. Vient ensuite la descente vers Gavarnie au milieu des pâturages.

Nous n'avions pas vu autant de monde et de boutiques depuis bien longtemps et nous sommes bien surpris quand nous découvrons que le camping a déjà fermé ses portes. Nous nous dirigeons alors vers le gîte d'étape où, deuxième surprise du jour, le responsable me déclare d'un ton peu amène qu'il n'a pas le temps de s'occuper de nous !!! Heureusement, la maison Passet – Cumia toute proche dispose encore d'une chambre et nous sommes accueillis de manière fort aimable dans l'atmosphère un peu surannée de cette demeure évoquant les grandes figures du pyrénéisme.

26 septembre: Gavarnie – refuge de Baysselance

  • + 1555m - 265m 7h30

Mon sac à dos est à nouveau rempli à ras bord de vivres pour plusieurs jours et un examen de la carte montre que notre objectif du jour est loin et haut perché. Je me suis donc préparé pour une rude journée. Mais je suis à nouveau requinqué et, malgré le sac alourdi, j'avance sans faiblir sur le sentier pentu qui gravit les flancs de la vallée d'Ossoue. C'est une lumineuse journée que l'automne offre à la montagne et j'apprécie ces instants où le rythme régulier se maintient sans aucun essoufflement. A la manière des coureurs de fond une sensation de bien être quasi euphorique s'est installée en moi.

27 septembre: refuge de Baysselance – refuge Wallon

  • + 670m - 1420m 6h45

Quand le Vignemale s'embrase sous les rayons du soleil levant les souvenirs reviennent. C'est ici, qu'il y a 40 ans, jeune apprenti randonneur j'avais gravi mon premier « 3000 », tout fier de cet exploit et c'est, sans doute là, que le virus de la montagne s'est instillé en moi sans jamais faiblir. Durant cette traversée des Pyrénées j'étais impatient de retrouver ces paysages marquants et la chance me sourit puisque l'anticyclone solidement installé garantit une nouvelle journée de grand ciel bleu. Je redécouvre donc avec grand plaisir cette vallée des Oulettes de Gaube dominée par la majestueuse et impressionnante face nord du Vignemale avant de basculer dans la vallée du Marcadau par les cols des Mulets et d'Arratille. A proximité du refuge Wallon dalles de granit, gazons épais, pins noueux et torrents cascadants composent un décor de carte postale au milieu duquel nous profiterons d'une fin d'après midi contemplative avant d'installer notre tente pour la nuit.

28 septembre: refuge Wallon – refuge d'Arrémoulit

  • + 1385m -945m 9h

Une longue étape nous attend à nouveau pour contourner les contreforts du Balaïtous. Après une remontée paisible du versant est du col de la Fache entre mamelons herbeux et laquets, la descente sur le versant ouest est délicate dans un environnement sinistre d'éboulis raides à l'ombre de parois sombres. Mais les paysages sont changeants et, bientôt le grand plat de Campo Plano offre une vision bucolique et reposante qui ne durera pas bien longtemps puisque la remontée vers le col d'Arriel nous permettra d'apprécier une nouvelle fois le « plaisir » de parcourir des chaos de blocs et des pentes terreuses raides.

En fin d'après-midi, la raideur du couloir donnant accès au col garantit de bons étirements des mollets un peu tétanisés par les heures de marche dans les pierriers. Quand je le remonte je trouve en moi une énergie insoupçonnée et je constate avec plaisir qu'après 35 jours de marche je ne ressens aucune lassitude.

29 septembre: refuge d'Arrémoulit – refuge de Pombie

  • + 805m - 1085m 5h30

Nous approchons de la fin des difficultés mais ce matin il reste à franchir le passage d'Orteig, sans doute le plus délicat de toute notre traversée. L'étroite vire, heureusement équipée d'un câble, descend dans des schistes extrêmement glissants qui dominent un à-pic d'une bonne centaine de mètres et c'est donc avec une concentration extrême et pas à pas que je traverse cette zone. La suite de la descente sera presque une promenade de santé sur un agréable sentier dans un vallon pastoral dominé par le pic du midi d'Ossau curieusement illuminé par les étranges lueurs du soleil naissant. Après une courte pause méridienne auprès du gave de Brousset il faut s'ébrouer pour emprunter le sentier qui rejoint le refuge de Pombie. Cette agréable montée en refuge par une douce après-midi me donne l'envie de flâner pour profiter du calme des lieux en ce début d'automne. Quel bonheur de pouvoir ainsi profiter jour après jour de l'atmosphère limpide et paisible des montagnes, loin de toute agitation. Je me sens envahi d'un grand bien être et l'esprit très léger.

Du refuge le contraste est saisissant entre les sombres parois verticales de l'Ossau et les riants vallonnements verdoyants des alpages. La fin de saison approche et le refuge est peu fréquenté ce qui permet de discuter longuement avec la gardienne de notre itinéraire. De manière fort sympathique elle nous offre l'apéritif pour fêter notre arrivée imminente au col du Somport qui marque la fin de la haute montagne et la dernière partie de la traversée, mais il ne faut pas vendre la peau de l'ours pyrénéen...

30 septembre: refuge de Pombie – col du Somport

  • + 775m - 1160m 6h45

Sur le conseil avisé de la gardienne du refuge nous empruntons le chemin du col de Doum de Pombie et du col de Llou qui évite une traversée pénible d'une zone de blocs. Le paysage est attrayant sur ce sentier balcon « roulant » avec une vue très dégagée sur les sommets encore nimbés d'un léger voile brumeux. Au passage, nous surprenons une harde d'isards qui détale pour chercher le soleil en haut de la pente. Après une descente dans une zone d'alpages le sentier remonte en lacets vers le lac Casterau puis le lac Paradis, le bien nommé où nous faisons une longue pause.

La halte de milieu de journée est généralement assez courte pour éviter de casser la dynamique de la marche, mais, devant un tel endroit paradisiaque, il faut vraiment faire un bel effort pour se remettre en route. Cependant, la perspective d'atteindre ce soir le col du Somport me motive: c'est en quelque sorte une frontière symbolique au-delà de laquelle il me semble que les étapes seront plus aisées et, sauf accident, nous devrions atteindre Hendaye dans une dizaine de jours. Nous repartons donc sur de vastes étendues de gazon souple sous la surveillance de l'Ossau qui domine tous les sommets voisins avec superbe. Au cours de la descente vers le Somport nous traversons la station de ski d'Astun dont les bâtiments massifs à l'esthétique contestable me paraissent vraiment hideux. Malgré le renfort de nombreux canons à neige je reste dubitatif sur les conditions d'enneigement à cette altitude et je me demande si ce merveilleux paysage n'a pas été gâché un peu rapidement.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

jpg

Jean-Pierre Gouret
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 90 | Summits mois : 0 | Summits total : 801
     > Classement des I-Trekkeurs
La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir pour de longues itinérances. Une ré...
Je suis admiratif. Ca donne envie !


Page principale de l'article

Traversée des Pyrénées
Traversée des Pyrénées de Banyuls à Hendaye par la HRP (Haute Randonnée Pyrénéenne). Une magnifique chevauchée d'altitude et une immersion de longue durée au c...

Articles de l'univers Voyage

Traversée des Pyrénées (HRP)
Carnet d'un trekking traversant les Pyrénées par la Haute Route Pyrénéenne (HRP) avec variantes par les sommets : Table des Trois Rois, Vignemale par la crête ...

Haute Route Pyrénéenne
Carnet d'une randonnée en solitaire sur la Haute Route Pyrénéenne (HRP) qui traverse les Pyrénées. Ce journal, tout à fait fidèle, relate cette aventure réalisé...

Traversée des Pyrénées
La traversée des Pyrénées par ses plus beaux sommets. 60 jours de marche et autant d’ascensions réussies le long d’un itinéraire à la fois classique et insolite...

HRP de Laruns à Luchon
La Haute Route Pyrénéenne (HRP) est un itinéraire d'altitude non balisé qui navigue à travers les Pyrénées entre GR10 et GR11 en suivant les crêtes au plus près...

Gr10 ® de Cauterets à Fos
Retour sur le GR10 ! Nous décidons en cet été 2003 de poursuivre notre chemin pendant quinze jours, de Cauterets à Fos. Nous tenterons de nouveau le passage de ...

10 jours de randonnée au coeur des Pyrénées
J'ai réalisé cette randonnée du 26 juillet au 5 août 2007, de CAUTERETS à ARTIGUES-DE-GRIPP, en suivant partiellement le GR10, le GR10C, et différents chemins n...

GR10 ® d'Arrens à Oredon
Du 15 au 21 Juillet 2001, nous avons suivi le GR10 dans les Hautes Pyrénées, entre Arrens et Oredon. Quelques étapes superbes au programme, avec même de la neig...

Le trek des 3 vallées béarnaises
Récit du trek des 3 vallées dans le Béarn des Pyrénées. Un trek sportif de 5 jours au départ de Laruns dans la vallée d’Ossau. Il s’achemine par des chemins pas...

Randonnée autour du Carlit
Vidéo d'une randonnée de cinq jours autour du Carlit dans les Pyrénées-Orientales. Une belle boucle de cinq jours réalisée en tente au départ de Porté-Puymorens...

Tour des Encantats
7 jours de trek sur le tour des Encantats de refuge en refuge dans le Parc National d’Aigüestortes et Estany de Sant Maurici dans les Pyrénées Centrales en Espa...

Photos de l'univers Voyage