Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Carnets de Randonnée et de Trekking, reportages, diaporamas et vidéos/France/Pyrénées/Vignemale - Grotte à la Brèche de Roland

Vignemale - Grotte à la Brèche de Roland

Rédigé le 01/04/2007 - Lu 6295 fois
Vignemale - Grotte à la Brèche de Roland - Traversée des Pyrénées par la HRP

Vignemale - Grotte à la Brèche de Roland

+1250m/-1720m 8h

Après une mauvaise surprise dans la nuit, la descente du glacier tôt le matin est magique.
On quitte la HRP avant Gavarnie pour passer par la brèche de Roland et le Mont Perdu.
Sur ces lieux très touristiques on croise un florilège de tout ce que la montagne peut accueillir comme variété de randonneurs, ça contraste avec le désert du pays basque!

Enchaîner les lieux magiques: brèche de Roland.

Nico me réveille dans la nuit,
"C'est la merde, on est trempés !"
Je sors bout de bras de mon cocon en duvet. Effectivement, le tissu est recouvert d'une pellicule d'eau. Comme il n'a pas plut, c'est de la condensation. Zut je me dis. Mais iIl n'y a rien à faire qu'espérer que l'eau ne traverse pas trop le nylon, je me rendors donc aussitôt en me disant "au moins ça fera un bon test!".
Le soleil se lève à 6h20. On le regarde se lever enfouis dans nos duvets dégoulinants. Ca caille mais je trouve la force de sortir prendre une photo. Un petit vent se lève, il est frais mais pas froid, on étale nos duvets pour les faire sécher au maximum avant de partir. Mais c'est pas gagné: des plumes sont trempées, collées au nylon et les sacs ont perdu tout leur gonflant: "on dirait des crêpes !".
Les cailloux alentours sont également trempés, il a dû y avoir un sacré mélange de masses d'air chaudes/froides/humides cette nuit...
A 7h45 on part, la neige s'est un peu ramollie.

L'ambiance est magique, on dévalle le glacier en trottinant. Les quelques randonneurs matinaux qui nous voient passer avec nos sacs de pic nique et nos basquets s'arrêtent, l'air de se poser des questions (bis !).
Quand la pente devient plus importante, j'attache ensemble bâtons et piolet: le tout ressemble à une grande pioche. Celà me permettra de descendre en bâton ramasse et d'enrayer une glissade mal contrôlée grâce au piolet si nécessaire.
Nico fait de même.

S'en suivent de grandes glissades en ramasse (Nico s'y met enfin !) entrecoupées de traversées pour trouver des axes de descente dégagées de toute roche et de tout randonneur.
Je conseille à Nico de tenir l'ensemble piolet-bâtons en amont quand il traverse, technique de base. Mais il me répond qu'il a moins de force dans le bras gauche, c'est pourquoi il préfère toujours garder le matos côté droit. Je n'insiste pas sur le moment, mais en bas je veux en discuter. Je lui demande pourquoi il dit toujours non aux conseils techniques que je lui donne. Il me répond que s'il préfère comme ça, c'est mieux pour lui. Je tente de lui expliquer que ce sont des techniques de base, peut-être pas intuitives pour lui mais éprouvées. Il me reproche d'être prof. Ok, j'encaisse. Je lui demande alors "si c'était un guide qui te disait de faire autrement, tu le ferais ou pas?". Il me répond qu'il ferait à sa façon... Cette fois ça me rassure: en fait c'est lui qui a un problème! On finit par rigoler ensemble de nos différences de caractère et du fait que c'est dans les moments tranquilles qu'il y a des discussions vives. Plus on est en difficulté, plus c'est dûr (cf Islande) et plus le duo fonctionne à merveille. "Vivement qu'on en chie alors, parce que jusque là c'est la balade !". Les moments de doute ont été vite oubliés...

La descente au barrage d'Ossoue est longue et ennuyeuse donc on fonce, traversée de la rivière sous le barrage par une petite passerelle, on suit le GR10 en enchaînant la vallée du gave d'Ossoue sans s'arrêter. La chaleur est très pénible, devant un ruisseau je ne résiste pas, me désabille pour une baignade express dans une eau glaciale vu la température extérieure. On boit énormément.
Après la cabane de Lourdes (propre, simple), qu'on prend le temps de visiter, on sort de la carte. La prochaine carte commence en peu avant le Mont Perdu (N°23): la carte Gavarnie (N°5) était neuve, j'ai pas eu le courage de la découper !
Mais j'ai déjà parcouru l'itinéraire jusqu'à la brèche, après il faudra voir. Il faudra qu'on s'arrête au refuge de la brèche pour regarder leur carte de l'itinéraire Brèche-Mont Perdu.

Voici la cabane du Sausse-Dessus. A droite, plutôt que de continuer vers Gavarnie, on s'engage dans un petit cirque duquel il faut sortir par une immense pente herbeuse sans aucun sentier.
Sous la fournaise, on y va. C'est pénible, on est en nage, mais je me console en prenant plaisir à deviner et suivre un très vieux sentier dont ne subsistent que quelques cairns à peine visibles.
Enfin sortis de ce mini-cirque, un panorama sur les géants dominant le Cirque de Gavarnie nous saute aux yeux. Au milieu, la brèche.
Il faut maintenant longer la crête pour redescendre vers le col des tentes, puis rejoindre le Port Boucharo.
On hésite par moment: le sentier est parfois très étroit, déversant et à flanc sur un terrain qui semble instable. Ouf c'est passé.
La descente est elle aussi casse gueule, je la fait en bâton ramasse.
Après s'être trompé à un embranchement on arrive enfin à Port Boucharo à 14h30.
Un gigantesque orage est sur le Vignemale, ça tonne souvent et il vient vers nous.

On ne traine pas! Nos duvets sont plutôt humides, faudrait pas en plus qu'on se prenne une douche avant la brèche. Pas le temps de les faire sécher.
Beaucoup de monde revient de la brèche et on voit de tout: la nana en maillot de bain avec juste un petit T-shirt par dessus (arg...); le mec avec bob, banane, grosses lunettes multicolores, le GPS qui se balance attaché autour du cou; le lot commun de gros sacs qu'on surnomme maintenant les "caravanes"; l'ancien avec le sac tout cuir et le gros bâton de bois (rare!). On dit un grand bonjour à chacun avec le sourire et quand c'est un groupe "bien groupé" ils ont droit à un "Bonjour tout le monde !", auquels certains répondent avec humour "Bonjour vous deux !".
A la traversée du torrent du glacier du Taillon c'est la cohue, on trouve des passages alternatifs qui nous évitent pas mal d'attente. On fait le plein d'eau au refuge de la brèche pendant 20min... je rentre voir la carte de l'itinéraire entre la brèche et le Mont Perdu, mais l'échelle ne permet pas de distinguer grand chose. L'orage est proche maintenant.
On choisit de monter par la moraine. Surtout ne pas perdre le "sentier" principal, c'est très pénible à côté, genre je monte 1m et glisse 50cm.
Le glacier de la brèche comporte son habituelle ornière creusée par les randonneurs, on arrive à la brèche à 16h15 et on va s'abriter à la grotte (qui est super), juste avant quelques gouttes.
Finalement le gros de l'orage passe au nord, on ne verra que quelques éclairs.

On mange ce qu'il nous reste de la journée -ça commence à être insuffisant-, puis on retourne à la brèche. Le temps est gris mais le lieu n'en est pas moins impressionnant. Un groupe est en route vers Goriz pour monter au Mont Perdu demain et un autre (3 personnes) bivouaque à la brèche, côté espagnol. Demain ils vont aussi au Mont Perdu, comme nous par le Pas des Isards, peut-être qu'on marchera ensemble alors.
Dans la soirée, celui qui semble diriger le groupe vient de notre côté, c'est vrai que je préfère cette vue.
On l'aborde, apparemment c'est un vieux de la vieille! Le HRP il l'a fait bien sûr, il y a 30 ans. Tourné vers la vallée, les yeux dans le vide il nous en parle, entre autres:

- "L'Ariège, c'est le plus dur. Ici c'est bucolique, ça monte pas vraiment..." Dit-il en tendant la main et en mimant les courbes d'un relief à peine vallonné.
- "Vers la fin, la mer on la sent mais on la voit jamais."
- "Vous dormez là ?" "Et vous avez dormi au Vignemale ? C'est pas mal faire ça pendant une HRP".
On lui explique qu'on veut rejoindre le HRP à Bielsa en passant par le Mont Perdu, il acquiesce.
Apparemment comme nous il est un adepte des abris. "Mais oui c'est impec, on a ça aussi: une toile, des bâtons, ça suffit, c'est léger". Ca me fait plaisir: c'est le premier que j'entends dire ça!
On se dit peut-être à demain.
Je reste un moment seul apprécier le lieu. C'est tellement calme ici, pas de son de cloche des vaches !
Petite toilette avec l'eau qu'on a embarquée au refuge puis on s'enfile dans les crêpes qui nous servent de sac de couchage. Demain il faut absolument qu'on les fasse sécher...

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

RL

- -
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs


Page principale de l'article

Traversée des Pyrénées (HRP)
Carnet d'un trekking traversant les Pyrénées par la Haute Route Pyrénéenne (HRP) avec variantes par les sommets : Table des Trois Rois, Vignemale par la crête ...

Articles de l'univers Voyage

Haute Route Pyrénéenne
Carnet d'une randonnée en solitaire sur la Haute Route Pyrénéenne (HRP) qui traverse les Pyrénées. Ce journal, tout à fait fidèle, relate cette aventure réalisé...

Traversée des Pyrénées
La traversée des Pyrénées par ses plus beaux sommets. 60 jours de marche et autant d’ascensions réussies le long d’un itinéraire à la fois classique et insolite...

Traversée des Pyrénées
Traversée des Pyrénées de Banyuls à Hendaye par la HRP (Haute Randonnée Pyrénéenne). Une magnifique chevauchée d'altitude et une immersion de longue durée au c...

HRP de Laruns à Luchon
La Haute Route Pyrénéenne (HRP) est un itinéraire d'altitude non balisé qui navigue à travers les Pyrénées entre GR10 et GR11 en suivant les crêtes au plus près...

Gr10 ® de Cauterets à Fos
Retour sur le GR10 ! Nous décidons en cet été 2003 de poursuivre notre chemin pendant quinze jours, de Cauterets à Fos. Nous tenterons de nouveau le passage de ...

10 jours de randonnée au coeur des Pyrénées
J'ai réalisé cette randonnée du 26 juillet au 5 août 2007, de CAUTERETS à ARTIGUES-DE-GRIPP, en suivant partiellement le GR10, le GR10C, et différents chemins n...

GR10 ® d'Arrens à Oredon
Du 15 au 21 Juillet 2001, nous avons suivi le GR10 dans les Hautes Pyrénées, entre Arrens et Oredon. Quelques étapes superbes au programme, avec même de la neig...

Le trek des 3 vallées béarnaises
Récit du trek des 3 vallées dans le Béarn des Pyrénées. Un trek sportif de 5 jours au départ de Laruns dans la vallée d’Ossau. Il s’achemine par des chemins pas...

Randonnée autour du Carlit
Vidéo d'une randonnée de cinq jours autour du Carlit dans les Pyrénées-Orientales. Une belle boucle de cinq jours réalisée en tente au départ de Porté-Puymorens...

Tour des Encantats
7 jours de trek sur le tour des Encantats de refuge en refuge dans le Parc National d’Aigüestortes et Estany de Sant Maurici dans les Pyrénées Centrales en Espa...

Photos de l'univers Voyage