Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Carnets de Randonnée et de Trekking, reportages, diaporamas et vidéos/Amérique/Le trek de Choquequirao et le Machu Picchu

Le trek de Choquequirao et le Machu Picchu

Rédigé le 04/11/2014 - Lu 645 fois
Direction les cités Inca de Choquequirao et du Machu Picchu que nous atteignons après 6 jours de marche depuis Cachora.

Nous arrivons à Abancay à 9h du matin. Nous devions arriver à 7h mais un accident sur la route et le « quart » d’heure péruvien ont eu raison de la ponctualité du bus (on apprendra bien vite qu’il y a une heure approximative de départ mais jamais d’heure d’arrivée…). Initialement nous voulions partir d’Abancay à pied mais l’aspect peu engageant de la ville et de ses alentour nauséabonds nous ont vite découragés.

Après quelques renseignements, nous trouvons un taxi qui nous emmène jusqu’à Cachora, départ de notre trek. Cette course de taxi s’avèrera être comme la plus chère du Pérou. En effet, en plus des 40 soles demandées (tarif spécial Gringos…), j’ai oublié ma caméra à l’arrière du taxi. C’est donc en version light (-400g de caméra…) que nous prenons la direction de Choquequirao à seulement 2 jours de marche.

Le trek de Choquequirao

Nous découvrons enfin les paysages majestueux dont nous rêvions. La glace des sommets et la profondeur du canyon de l’Apurimac effacent nos mésaventures du début. Un premier bivouac au pied de du Rio Apurimac, puis un passage original dans une nacelle suspendu à un câble et nous sommes entrain d’attaquer une interminable ascension afin de rejoindre le camp de Choquequirao. Nous montons rapidement nos tentes et nous prenons la direction des vestiges de l’ancienne cité Inca.

C’est complètement fou de se dire qu’il y a quelques centaines d’années les Incas ont eu l’idée de bâtir dans un endroit si escarpé. Le site est remarquablement restauré, l’isolement du site et l’accès qui n’est possible qu’à pied, donne une ambiance vraiment particulière. Il y a à la fois un côté intime et monumentale dans ces ruines. Elles sont entourées d’un canyon d’une profondeur abyssale. Nous profitons de l’après-midi pour flâner et nous imprégner des lieux. Après les débuts chaotiques de notre aventure, nous vivons un véritable moment de bonheur. Comme quoi en patientant « un peu » et en forçant « légèrement » on y arrive !

Direction le Machu Picchu

Le lendemain matin, nous quittons le camp et prenons la direction d’Aguas Caliente que nous espérons rejoindre d’ici 4 jours. Nous nous retrouvons bien seul sur le sentier. A cette saison la majorité des touristes qui font l’effort de marcher jusqu’à Choquequirao le fond en aller/retour. De plus, il est encore tôt dans la saison, ce qui nous laisse le champ libre !

Dans la matinée, la pluie qui nous boudait depuis le début du voyage nous rappelle que la jungle est son territoire ! Ce fut notre meilleure amie pendant 3 jours. La pluie vint avec son amie la boue, ce qui entama quelque peu notre moral fraîchement revigoré. Une journée, en cherchant à nous abriter près d’une ferme, la propriétaire à qui nous voulions acheter un peu de nourriture, se propose de nous faire à manger. Quel bonheur de manger de vraies frites bien chaudes et qui plus est à l’abri !! Ce fut aussi l’occasion de faire connaissance avec un met prisé des Péruviens : le cochon d’inde !! Pas directement dans notre assiette mais en « rayon » (c’est à dire se promenant sur la terre battue de la cuisine). Pour une première approche, on s’en contentera.
Nous continuons sur la lancée des bonnes nouvelles, nous apprenons que le soleil sera de retour demain. Enfin ! Ces 3 journées « légèrement » humides commencent peu à s’éterniser.

C’est sous le soleil que nous reprenons la direction de Cuzco. Nous sommes abasourdis au moment où nous commençons à apercevoir le PUMASILLU (5991 m), nous courons malgré nos sacs, afin de se désaltérer de ce spectacle. Une moraine gigantesque nous fait face. On imagine aisément la taille que devait avoir le glacier il y a quelques dizaines d’années. Derrière la moraine, des faces d’un blanc immaculé, toutes plus abruptes les unes que les autres, ressemblent à des guimauves géantes ! (il est vrai que les repas un peu trop léger des derniers jours nous ont fait un peu tourné la tête…)

C’est rassasié de paysage que nous prenons la direction de La Playa pour y passer une nuit porcine et canine. Le Machu Picchu n’est plus qu’à une (très très …) longue journée de marche. On attaque par une piste avant de reprendre l’ascension dans la jungle. La matinée est chaude et humide, on ne tarde pas à transpirer à grosses gouttes. Comme d’habitude, nous décidons de manger au sommet et une fois n’est pas coutume nous arrivons à midi pile sur un tout petit site inca qui offre une vue impressionnante sur le site du Machu Picchu, la chaine du Nevado Veronica et sur le Salcantay. Tout simplement magique ! En explorant un peu la ruine, nous remarquons que la rigole qui en sort est parfaitement dans l’axe du Machu Picchu !!!!
Un groupe d’Anglais avec leur guide sont déjà sur place et profite du panorama. A cet instant, il est difficile de trouver un meilleur endroit pour manger. Nous nous faisons confirmer par le guide la possibilité d’arriver à Aguas Caliente le soir même et nous repartons pour un après-midi qui va s’avérer être très très long. Après la descente vers le Rio Urubamba et l’interminable voie ferrée, c’est complètement éreintés que nous arrivons à Aguas Caliente. Mais ça n’est pas totalement terminé nous devons trouver un hôtel. Le premier où nous mettons les pieds est à 125 $ la nuit … le second 250$ mais avec le petit déjeuner précise la patronne (Ah ! Heureusement que vous précisez, nous ne comprenions pas pourquoi c’était si cher !!!). Finalement, après quelques tours et détours, nous trouvons un petit hôtel à 35 soles (environ 10€) la nuit ce qui est un plus accessible.

Demain c’est repos pour visiter le site de Machu Picchu. Bien qu’extrêmement fréquenté le site est vraiment impressionnant et mérite le détour. Nous sommes ébahit par la taille du site, son emplacement improbable et l’architecture des différents bâtiments qui la compose. Physiquement nous sommes bien marqués suite aux derniers jours et les 3 heures que nous passons sur le site de Machu Picchu suffisent à nous épuiser.  Quelques conseils à ceux qui souhaiterais visiter ce chef d’œuvre : Depuis Cuzco, 3 possibilités pour se rendre à Aguas Caliente :

  • Longer à pied la voie ferrée qui serpente le long du Rio Urumba. Depuis Olantaytambo il faut compter au moins deux bonnes journées de marche. Pas très passionnante mais les paysages restent quand même sympathiques.
  • La seconde solution est d’emprunter le très onéreux train de la Compagnie Peru Rail depuis Cuzco (qui au passage est une compagnie Chilienne…). De ce que nous avons entendu il faut avoir un portefeuille ministériel …
  • La dernière solution peut intéresser les routards qui voudraient alléger la note : il faut, depuis Cuzco, trouver un bus ou un taxi qui vous transporte jusqu’à Santa Theresa et de là il faut à peu près 2 à 3h pour rejoindre Aguas Caliente sans saigner votre porte feuille.

Des bivouacs surprenants

Cette journée de repos c’est aussi l’occasion de faire le plein de vivre avant les 4 jours qui nous attendent le long de la voie ferrée qui mène à Cuzco. C’est aussi le début d’une partie de cache cache avec le train, où nous découvrons l’envers du décor du fameux « Trek de l’Inca ».

Dès 6h du matin nous commençons à croiser des péruviens anormalement chargés qui courent le long de la voie !!! Ce sont des porteurs, dont certains auraient l’âge d’être à la retraite chez nous, qui se dépêchent de rejoindre le Machu Picchu pour monter les camps des « aventuriers » du trek de l’Incas qui évoluent sur le sentier quelques centaines de mètres plus haut. Et dire que nous nous plaignons du poids de nos sacs.

Notre arrivée à Aguas Caliente est bien moins passionnantes que les journées qui ont précédé. Les 4 jours de marche qui nous séparent de Cuzco nous aurons quand même apportées quelques surprises (enfin surtout les 3 nuits…) .

Tout a commencé par l’envie soudaine d’un agriculteur, de labourer à 3h du matin à 100 m de notre bivouac… Puis nous avons enchainé la nuit suivante avec deux muletiers qui nous déconseillent de bivouaquer « so peligrosso ! », nous les suivons en direction de leur ferme qui soit disant est à 150 m… En réalité, elle s’avère être beaucoup plus loin, nous insistons un peu pour leur faire comprendre qu’on est trop fatigué pour continuer. Nous nous séparons par une chaude poignée de main. La nuit tombe quand nous commençons à nous afférer à la cuisson de nos pâtes. C’est aussi le moment choisis par deux autres muletiers pour venir nous questionner. Nous discutons rapidement tout en essayant de leur faire comprendre qu’on espère manger avant que le repas soit froid. Nous aurons toutes les peines du monde à nous débarrasser d’eux. C’est finalement dans la nuit noire que nous installons les tentes, sans frontale, afin d’éviter de se faire d’autres copains pour la soirée.

C’est une surprise de taille qui nous attend pour la dernière nuit avant Cuzco. Nous sommes à la recherche d’un lieu de bivouac pas loin de Chinchero au bord du lac Puray. En questionnant deux ou trois personnes, nous apprenons que le Senor Plassido à un « camping ». Il existe bien et il est paradisiaque !! Petit plus non négligeable, nous sommes tout seul !! On ne peut pas perdre tout le temps !

Notre arrivée sur Cuzco n’est pas passionnante. Après avoir quitté le dernier village, nous reprenons le safari bidonville durant lequel nous pourrons augmenter lourdement notre compteur du jeu de combat : Chiens VS Bâtons.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

auriandig

Nicolas HEBINGER
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 105 | Summits mois : 15 | Summits total : 361
     > Classement des I-Trekkeurs
C'est toujours difficile de se présenter... Grand brun, yeux bleux... Bon ok moyen brun futur chauve ça me correspond mieux !!! ^^ Sinon je pratique pas mal de sport en général. Course à pied, rando, vtt... Et surtout u...


Page principale de l'article

Licupa : du Machu Picchu au Huayna Potosi
Licupa, c'est le projet d'expédition de Nicolas et Rudi, pour LIma CUsco La PAz. Un voyage de deux mois alliant treks et alminisme au Pérou et en Bolivie. Au pr...

Articles de l'univers Voyage

Cordillère Vilcabamba
La cordillère Vilcabamba est située au Pérou, dans la région de Cusco. Elle est parcourue par un réseau d'antiques sentiers Incas qui relient entre eux les vest...

Cordillère Royale
Carnet d'un trekking dans la Cordillère Royale en Bolivie. Située au Nord de La Paz, la Cordillère Royale est formée de nombreux sommets d'altitude supérieure à...

Huayna Potosi
Ascension de l'Huayna Potosi (6088 mètres) en Bolivie. Connu pour sa structure monolithique pyramidale, cette montagne fait partie de la cordillère Royale et re...

Trek en famille dans la Cordillère des Andes
Carnet d'un trek en famille de deux mois et 1000 km à travers la Cordillère des Andes Bolivienne. Nous sommes accompagnés par 3 ânes et 5 lamas pour le portage ...

Chemin des Incas
Carnet d'un trekking de quatre jours sur le chemin des Incas, menant à la cité de Machu Picchu classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO. Découverte en 1911 p...

Cordillera Real
Carnet d'un trekking dans la Cordillère Royale en Bolivie avec ascension des sommets Huayna Potosi (6088m) et Nevado Sajama (6552m). Coincée entre le lac Titic...

Trekking dans la Cordillère Royale
La cordillère Royale est située en Bolivie, dans la région de La Paz. Elle est très isolée et s'ouvre lentement aux touristes et aux alpinistes. Peu de locaux p...

Tour de l'Ausangate
L'Ausangate, le point culminant de la cordillère de Vilcanota au Pérou, se dresse majestueusement au cœur d’un massif glaciaire sauvage. Pendant 7 jours, le tre...

Guide Randonnée Pérou
Fiche Pays du Pérou: Carte d’identité - Formalités - Transports - Santé - Sécurité - Climat - Zones de trekking - Liens internes - Contacts. Des informations p...

Alpamayo et Chopicalqui
Récit d'une expédition au Pérou de trois semaines pour faire l'ascension de l'Alpamayo (5947 m) et du Chopicalqui (6354 m) dans la Cordillère blanche.

Photos de l'univers Voyage