Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

En route pour la Yuleng Cabin

Rédigé le 28/10/2015 - Lu 327 fois
Première journée de trek dans le parc national de Taroko en direction du refuge de Yuleng à 2620 m. Une belle étape de forêt tropicale nous attend.
  • D+ : 1140 m
  • D- : 440 m
  • Distance : 9,4 km
  • Temps de marche : 5h30

Une borne sur le chemin indique où le réseau téléphonique passe

Vers 10h30, je démarre ma randonnée sur le bord d’une route de montagne au sud de Yilan en compagnie de Marion et de Chen, le responsable de la section foreigners de la Chinese Taipei Alpine Association, l'équivalent de notre fédération française de la randonnée. Nous sommes à 1875 mètres d'après le GPS. Très vite, le chemin qui monte en lacets laisse les plantations de choux derrière nous pour nous immerger en pleine forêt tropicale. Le taux d’humidité est important et il fait très chaud. Le couvert forestier me protège finalement du soleil. C’est une bonne chose.

Les balises sont en taïwanais

Des bornes tous les 100 m

Le sentier est jalonné de bornes tous les 100 mètres de façon à bien se repérer. Aux intersections des panneaux indiquent les chemins mais tout est écrit en taïwanais. Voilà pourquoi l’usage d’un guide peut s’avérer nécessaire même s’il ne semble pas être obligatoire. Aux yeux du parc national de Taroko, il est essentiel de montrer sa capacité à réaliser l’itinéraire seul ou avec un guide. Certaines bornes disposent aussi d’un pictogramme pour informer que le réseau téléphonique passe.

Boite aux lettres pour le permis de trek dans le parc national de Taroko

Au point 6.8 km, nous laissons le permis du trek dans la boite aux lettres prévue à cet effet. Un ranger du parc passe tous les jours pour relever les documents et vérifier les entrées et sorties du parc national de Taroko.

Par endroit, le chemin est très raide. Il faut s’aider des arbres et des lianes pour avancer.

Panorama sur la mer de nuages qui montent avec nous

A partir d’ici, les choses sérieuses commencent. Tout en montant, nous croisons de nombreux taïwanais et quelques japonais sur le sentier. Ils sont curieux de nous voir. C’est que les européens et encore plus les français qui s’engagent sur ce sentier sont très rares. A trop regarder notre Mont-Blanc, deviendrons-nous nombrilistes ? Par endroit, le chemin est très raide. Il faut s’aider des arbres et des lianes pour avancer. Chen peine lorsque la pente est raide. Du haut de ses 66 ans, il porte un sac à dos bien trop lourd pour lui. Mais qu’a t-il bien pu mettre dedans ? Car si nous portons la nourriture pour le midi et nos vêtements, nous ne trimballons ni tente, ni réchaud, ni les petits-déjeuners et les dîners puisque nous avons un porteur-cuisinier que nous rejoignons tous les soirs au refuge. A regarder les autres taïwanais marcher, je me dis que la plupart emporte bien trop de chose. Ils superposent les couches comme un enfant tartine sa crêpe avec du Nutella. Peut-être n’avons-nous pas le même rapport aux températures et à l’humidité !?

Randonneur taïwanais rencontré sur le sentier. Toujours le petit geste pour poser devant la caméra

Premier sommet : le mont Duojiatun

En chemin, nous faisons l’ascension de notre premier sommet, le mont Duojiatun qui s’élève à 2 795 m. Sa cime est sur le sentier, entourée d’arbres cachés par la mousse, et si nous nous sommes rendus compte que nous étions en haut du mamelon, c’est qu’une petite stèle indique le lieu, sinon, nous serions passés sans nous y arrêter. Quelques trouées dans la forêt permettent de voir le panorama sur la chaîne de Xueshan et sur les massifs qui plongent vers la mer de Chine orientale. Une mer de nuages s’est formée depuis notre départ. Elle semble monter avec nous.

Yuleng cabin, parc national de Taroko, 2620 m

Nous arrivons finalement à la Yuleng Cabin (2 620 m) un peu avant que la nuit ne tombe. Le refuge comporte un grande dortoir et des dortoirs annexes, pouvant accueillir environ 40 personnes. Il est aménagé un peu comme un refuge d’hiver de chez nous car il est non gardé mais en un peu moins confortable car il n’y a aucune table pour manger ni aucun banc à l’intérieur pour s’assoir. Il faut donc venir avec sa nourriture et son gaz. De l’eau est disponible. Un peu jaunâtre mais potable. Le refuge est plein.

20h00. C’est l’extinction des feux. Le jetlag agit encore sur mon organisme. Je ne me fais pas prier pour aller me coucher. 

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

itrekkings

Grégory Rohart
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 983 | Summits mois : 15 | Summits total : 10252
     > Classement des I-Trekkeurs
Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien s...


Page principale de l'article

Parc national de Taroko : Ascension du mont Nanhu
Récit de l’ascension du mont Nanhu dans le parc national de Taroko au nord de Taïwan. Un trek de 4 jours hors des sentiers battus et exotiques qui figure parmi ...

Articles de l'univers Voyage

Trekking à Taiwan : Objectif mont Nanhu (3742 m)
4 jours de trekking à Taïwan dans le parc national de Taroko. Objectif du trek : l'ascension du mont Nanhu (3742 m).

Photos de l'univers Voyage