Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |


Dohan - Poupehan - Bohan-sur-Semois

Rédigé le 05/07/2017 - Lu 76 fois
Récit de mes étapes 6 & 7 de ma randonnée sur le GR16 en Belgique entre Dohan - Poupehan - Bohan-sur-Semois.

Etape 6 : Dohan→Poupehan

  • 21 km
  • D+ : 562m
  • D- : 599m

Je ne suis plus habituée à dormir dans un lit : mon premier mal de dos au réveil ! Après quelques étirements, la gène disparaît.

Je quitte Dohan à 7h30, dès que j’ai pu prendre le petit-déjeuner (excellent !). Mon hôte m’indique que des coupes ont été faites, et que le balisage en a pris un coup, tout comme le tracé du chemin. Il m’indique une route désaffectée, longeant la Semois, me permettant de rejoindre le GR plus loin. Je suis ses conseils et ne me perds pas.

Je rattrape le GR avant la chapelle de Buhan, sur les hauteurs. Encore quelques chemins dans les bois, et je commence à descendre sur Bouillon. Ma première vue de la ville sera un beau panorama sur son château fort depuis la colline lui faisant face. J’attaque la Basse Semois, la partie la plus dénivelée du parcours.


Il est 10h30 lorsque j’achève mon aquarelle et descend en centre-ville. A la recherche d’eau, la gentillesse spontanée de la gérante de l’ING me permet de remplir mes bouteilles et faire une micro-pause au frais. Je traverse la ville, et passe la Semois sur le Pont de la Poulie, en cours de rénovation. A cause de la canicule, mon plan (lâche !) de louer un kayak pour quelques kilomètres tombe à l’eau : toute la rivière est interdite à la navigation par cruel manque d’eau. Avec les 35°C et la mi-journée entamée, je néglige le belvédère d’Auclun, que je connais bien, et longe la Semois jusqu’à l’abbaye de Cordemois où je rejoins le balisage. Les méandres me guident, et je fais une sieste au frais au bord de l’eau.

A peine repartie, j’attaque la montée de Botassart, et découvre le panorama sur le Tombeau du Géant. Je trouve un robinet enfiché dans le mur d’un bar désaffecté et remplis mes bouteilles vides.

Je continue le chemin, en hauteur puis le long de la rivière, et arrive à la confluence de la Liresse avec la Semois. Là, le GR se scinde en 2 : le tracé officiel monte vers Rochehaut, tandis que la variante dite « Des Echelles », va vers Poupehan avant de revenir vers Rochehaut. Le seul camping que j’ai trouvé dans le secteur est celui de l’Ile de Faigneul à Poupehan. Malgré que je me le sois fait déconseillé en étant seule, je tente la première moitié de la variante en prévoyant de la quitter pour une promenade locale devant me mener au camping.

Si les premiers mètres sont simples, la suite se complique un peu. Même en étant le long de la rivière, le chemin est étroit, escarpé, et des garde-corps, cordes de rappel et accroches sont prévus. Le temps à beau être à la canicule, mes pieds glissent sur les morceaux d’ardoises et la terre sèche, et je dois mettre mon bâton sur le côté de mon sac pour m’aider de mes deux mains. Enfin, je vois la première des 5 échelles que compte la variante. La cage de sécurité est assez grande pour me laisser de l’aisance avec le sac, et je la passe plus facilement que je n’ai commencé la variante. A un point de vue sur la Semois en contrebas, je quitte la variante pour continuer vers Poupehan.

Arrivée au camping, je savoure la fraîcheur qui arrive tôt ce soir-là.

Etape 7 : Poupehan→Bohan-sur-Semois

  • 25 km
  • D+ : 1142m
  • D- : 1173m

Je me réveille à 5h par habitude des derniers jours, déjeune au bord de l’eau et repars dans la fraîcheur. Les températures ont bien chuté (17°C), et je garderai mon pull une partie de la journée.

Afin d’éviter de repasser par les échelles avec la rosée, je choisis de longer la Semois jusqu’à Frahan, court-circuitant ainsi Rochehaut et son fameux point de vue. Tant pis.

Le temps frais me fait du bien, car la journée va être une alternance de montagnes russes : grimper pour mieux redescendre sur la rivière, mais ça en vaut la peine. Panoramas et points de vue se succèdent sans répit : chemin des Crêtes de Frahan et les ruines de son château, panoramas sur les villages de Mouzaive, Alle-sur-Semois, Chairière, etc.
A Alle, petit plaisir des papilles, je fais une petite halte chez le boulanger puis chez le boucher me faire un petit sandwich du pays que je me réserve pour le prochain belvédère.
 

A Chairière, on peut encore voir quelques anciens séchoirs à tabac.

Finalement, je ferai ma pause tant attendue les pieds dans l’eau à Vresse-sur-Semois, au pied du très beau pont Saint-Lambert. Après cet arrêt, je vais remplir mes bouteilles à l’office de tourisme, et en profite pour signer le livre d’or du GR 16. Je me renseigne sur la variante sud, passant à Laforêt, au sud de Vresse, car mon topoguide ne la référence pas. Je décide de rejoindre ce chemin, et profite donc du belvédère de la Roche à Saloru sur Membre-sur-Semois, avant de rejoindre le tracé principal à Membre.

Une dernière belle grimpette, et je vois Bohan-sur-Semois en contrebas.

Arrivée au camping, je me fait inviter à manger par la famille voisine et passe ma dernière soirée sur le GR en leur agréable compagnie.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

ManonQuiVagabonde

Manon
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 39 | Summits mois : 0 | Summits total : 39
     > Classement des I-Trekkeurs
Plutôt campagne que montagne, j'aime avoir mon minimum vital d'une randonnée par week-end (20 à 25km).  


Page principale de l'article

GR 16 : Le sentier de la Semois
Récit de randonnée sur mon premier GR, effectué en Juin 2017. Des sources de la Semois à Arlon (Belgique), à sa confluence avec la Meuse à Monthermé (France), 1...

Articles de l'univers Voyage

Photos de l'univers Voyage