Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

ETAPE 1 : Combeau - Chaumailloux

Rédigé le 04/03/2007 - Lu 3856 fois
ETAPE 1 : Combeau - Chaumailloux - Traversée du Vercors à Ski

Faire sa trace du sud au nord du massif. Trace éphémère… A la découverte de l’univers unique du Vercors. Progression au rythme de la nature entres combes, plaines, forêts de pins à crochets, de sapins…


ETAPE 1 : Samedi 11 février 2006 : Combeau - Chaumailloux

07 heures : Réveil. Préparation des affaires. La pulka est fin prête depuis une semaine. Avec Sophie, nous avons finalisé hier soir, tout ce qui concerne les vivres…1 kg de nourriture par jour, soit 4000 calories ! Dernier petit déjeuner avec Sophie.
Jean Paul dit « Le Viok » vient me chercher à 8 heures. Grâce à sa bonne humeur, le départ est facilité, le matériel est vite descendu, les « adieux » avec Sophie sont moins difficiles ! Je la sens confiante et c’est tant mieux. Le timing est parfait. Départ de Grenoble à 8 h 30 pour une première dépose (de la Peugeot 106) à Corrençon…Trente secondes sur le parking des hauts plateaux me permettent de me rendre compte qu’il fait froid ! Et dire que je vais passer trois nuits sous la tente à 1600 mètres d’altitude. Echanges de mots avec le Viok sur la température.

Le temps est magnifique et stable. Une légère bise souffle, chassant les derniers nuages.
Ce matin, mon objectif est d’entamer le raid aux alentours de onze heures afin de jouir un maximum de cette première journée. De Corrençon, nous nous engageons en direction de la Drôme en passant par les gorges de la Bourne, St Agnan en Vercors et le fameux col du Rousset, barrière climatique entre le nord et le début de la Provence !
La vue est remarquable et plongeante sur le Diois.

Passage à Die, arrêt chocolat chaud dans un petit bistrot de Châtillon en Diois.
Nous changeons d’univers.

La vue de ces magnifiques paysages a été agrémentée par de longues discussions et de nombreux éclats de rires lors du trajet. Nous voilà débarqués sur le parking de l’auberge du Vallon de Combeau, point de départ de la traversée du Vercors 2006 ! La place ne manque pas dans la ZX break du Viok….J’ai entassé tout le matériel utile à la progression des prochains jours.

Zoom sur le matériel utilisé : Ski de randonnée nordique Snowbound Crown, Fixation voile Heavy Duty Montaineer, Peau de phoque 50 mm Pomoca, Chaussures Scarpa T4, Pulka Fjellpulken 185 litres avec bras rigide (Voir la liste complète du matériel)

Le ski de randonnée nordique est le matériel idéal pour la progression en terrain vallonné…le must pour cette traversée du Vercors 2006. Le Viok prépare son matériel pour m’accompagner un bout de trajet. Pour ma part, je commence à prendre mes automatismes : rangement rigoureux de la pulka, vérification que rien ne manque…La coupure dans ma tête est faite, lorsque j’entame un raid, je suis dans un état concentré…un état actif.

Gestes réfléchis et utiles sans protocole inutile. Mon psychique devrait s’organiser de la même façon ! Aller à l’essentiel et ne pas se perdre au détour d’une pensée…Nos premiers pas s’effectuent face au vent du nord. Le temps est clair et la neige porte très bien.
Quelques doutes parcourent mon esprit.
Face à nous se dressent les pentes de la tête de Praorzel. Je m’imagine découvrir ce remarquable parcours en crête.
Après une heure d’effort, de prises de photos…(merci le Viok pour tes talents de photographe ! Il a couru dans tout les sens ! Mais d’habitude c’est moi le chien fou…), nous parvenons à la cabane de l’Essaure, véritable point de départ du raid.
Casse croûte au soleil, dernières élocutions du Viok…

Je me sens libre et prêt. Lors de cette montée jusqu’à la cabane, j’ai beaucoup cogité mais à présent je me sens apaisé.
Un groupe de chamois gambade sous le sommet de la Montagnette. C’est de bon augure !
13 h 20, Départ de la Traversée du Vercors 2006. Salutations au Viok (A cet instant on se demande mutuellement et intérieurement : pourquoi on ne fait pas la traversée ensemble ?)…Je commence ma progression par une légère ascension en direction du col du Creuson , tandis que le Viok retourne sur ses pas (sans skis et sans raquettes, heureusement que la neige porte…enfin un peu !). Gestes de la main.
De nombreuses traces sont visibles au départ du pas de l’Essaure en direction de la tête Chevalière.
C’est avec appréhension, que j’entame la montée, sans vraiment savoir comment va se comporter la pulka sachant qu’elle contient 35 kg de matériel.
Physiquement je sens que j’ai « une caisse d’enfer » et que je suis « au taqué »…grâce à mon entraînement physique ! J’avale les premières montées sans réelles difficultés…Mentalement je suis « béton ».

J’ai réalisé ces huit dernières semaines un entraînement spécifique de manière intensive. Dernier plan d’entraînement fournit par les deux Bernard du club de course à pied « CMI Tullins » ! Musculation, sorties longues et repos. Je me sens en pleine forme malgré mon rhume et ma côte que j’ai fêlé un mois auparavant ! Premier passage en dévers, j’enclenche mes cales de montée et je tracte la pulka tout en vérifiant la trajectoire. C’est un passage que je connais bien, régulièrement lorsqu’on passe à cet endroit à ski avec Sophie, je vérifie qu’elle ne glisse pas. Ce n’est pas risqué, mais ce n’est jamais agréable de se retrouver cinq mètres plus bas.

Je continue ma progression, lorsque brusquement je me sens attiré dans la pente ! Les trente cinq kilogrammes de la pulka m’attirent vers le bas. Blocage des bâtons dans cette neige croûtée tout en retenant la charge. Les muscles sont tendus au maximum. J’essaye de m’extirper de cette situation en reculant, puis en faisant une conversion. Je stabilise la situation et décampe sans réfléchir pour trouver un autre passage. Je trouve une autre passe plus raide mais moins en dévers. Je dois forcer pour tracter la pulka dans cet entonnoir, je monte parallèlement à la pente pour gravir au sommet de cette difficulté. J’avais évalué correctement les difficultés de cette première étape et maintenant je glisse aisément vers le Col du Creuson. Face au col premier, questionnement : gauche ou droite ? J’ai le choix de l’itinéraire entre un long dévers (80 – 100 m) à droite ou de passer à gauche sous des pentes pas très engageantes ! (Je fais référence aux avalanches qui sévissent actuellement dans les Alpes). La cotation avalanche dans le Vercors est de 2 aujourd’hui. Il est inhabituel de parler d’avalanche dans le Vercors sauf sur les pentes orientales et très inclinées, mais il s’avère que certaines se sont déroulées dans des lieux plus anodins.

On peut lire sur certains forums Internet des randonneurs évoquant des coulées ci et là… Je préfère le long dévers qui cette fois-ci est tracé. La pente paraît bien stabilisée. Je m’engage sans effort dans cette traversée. Je débouche au Col.
Pose photos. La vue est panoramique ! Derrière moi, l’Obiou et le Grand Ferrand, à ma gauche le plateau dénudé du sud Vercors. Des cairns sont érigés sur les hauteurs…quelques pins à crochets résistent aux variations du climat.

Heureux.

Les cairns plantés sur les collines se dressent en direction du ciel.
Je rêve régulièrement de ces cairns qui peuvent atteindre deux mètres. De loin, on imagine des hommes qui surveillent, observent le marcheur s’aventurant sur ces hautes terres. Silence, rien ne bouge…ils donnent une direction ? délimitent un terrain ? A chaque sorties ils m’accompagnent et j’ai la sensation d’être observé, détaillé. Je reste humble face à cette nature, ce Vercors me touche. Je le remercie de m’accueillir, de m'admettre…Respect.

Des groupes de randonneurs en raquettes s’attardent sur les pentes qui mènent à la Tête Chevalière…Quelques-uns dormiront sans doute dans les refuges avoisinants.
Je m’approche de la bergerie de Chamousset. Le soleil est au plus haut, la bise a diminué. Quelques instants après, j’aperçois le Mont Aiguille, symbole du Trièves. C’est pour moi, le moment des descentes techniques. Cette année, j’ai acheté mon matériel et j’ai opté pour le système d’attaches rigides pour la pulka. Je ne souhaite pas réitérer les erreurs de la traversée du Jura 2004. Première descente en dévers….Quelques traces partent dans tous les sens, je me fie à mon instinct et choisi celle situé à l’est…impossible de passer, je tire à droite pour me retrouver dans de l’agréable poudreuse. Je vais vite…je trace sur cette neige immaculée.

Zigzag entre les pins à crochets. Je discerne des traces de renards et écureuils…. Je plonge en direction des Chaumailloux, mais c’est précisément le problème. Les pentes se relèvent…je ne suis plus dans la bonne direction, il faut remonter….Les pentes ne sont pas très encourageantes….Je force pour remonter, puis une petite descente. Un grand bruit, je suis immobilisé net, le corps en avant. Les bras de la pulka sont croisés, mon traîneau de 35 kg est sur le ventre ! C’est la première fois que cela se produit…Le raid est-il fini ? Est- ce que les bouteilles d’essence C se sont renversées au fond de la pulka ? Y a t’il de la casse ? J’ôte le harnais, et retourne le traîneau. Sans examiner l’état intérieur de mon embarcation, je continue ma navigation. Le terrain me chahute. C’est la seconde secousse de la journée…Je m’interroge concernant les futurs passages techniques du raid. Je reste confiant…nous sommes le milieu d’après midi et le but est proche. Je n’ai rien ingurgité depuis le départ du Viok. Cette progression me coupe la faim.

Se servir du terrain pour progresser, c’est l’enseignement que je tire de cette journée. Les Chaumailloux sont à vues ! Une bonne descente m’attend. Je fais de larges courbes avec mes skis, je file à flanc et profite de la poudreuse pour atteindre sans effort le refuge.

A l’approche des abris, j’ai pris l’habitude de faire un arrêt afin de me ravitailler…barres de céréales, et quelques gorgées de thé brûlant.
L’étape du jour est terminée…je me repose un peu et décide après quelques bavardages avec des marcheurs, d’aller installer mon bivouac hivernal.

J’avais lors de mon précédent passage en janvier repéré un fameux spot face au Mont inaccessible ! Le mont Aiguille.
Il se situe en direction des rochers du Parquet, sur une falaise au dessus du pas de l’Aiguille.
Les habitudes reviennent vite…délimiter, creuser, déplacer des mètres cubes de neige pour parfaire son emplacement, tasser, monter la tente…arrimer la tente aux poids morts. Après plus d’une heure d’effort, je peux enfin me glisser dans mon duvet…Quelques longues heures en perspectives….
Ranger, faire chauffer de l’eau, manger, réchauffer, installer sont des actions qui vont se répéter.

Environ 17 heures, le célèbre renard des Chaumailloux tente une incursion dans mon bivouac. Je l’aperçois quelques instants…Après s’être fixé quelques secondes, il prend rapidement la direction du refuge…Lieu sans doute plus attirant !
J’apprécie le face à face. Je l’ai reconnu, est-ce réciproque ?

-7°C cette nuit…Longue nuit.
07 heures du matin, il fait beau. Ciel bleu.
Lever, chauffer, déjeuner, ranger.
9 h 45 départ pour la seconde journée, direction le Nord.

Visitez www.skirandonnenordique.com, le site officiel de Régis Cahn - Ski de randonnée nordique en tractant une pulka - Raid et treks à l'étranger- Bivouac hivernal

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

RegisCahn

Régis Cahn
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 9
     > Classement des I-Trekkeurs
www.skirandonnenordique.com : Ski de Randonnée Nordique - Pulka - Tests matériel outdoor


Page principale de l'article

Traversée du Vercors à ski - GTV
La traversée du Vercors est un projet en soi. C’est aussi une phase d’entraînement, de validation, avant de fouler les terres du grand nord. La Grande Traversé...

Articles de l'univers Voyage

Les hauts plateaux du Vercors en pulka
François Quiquet, en préparation pour son raid nordique en Laponie, est allé se préparer sur les hauts plateaux du Vercors. Objectif : s'entraîner en autonomie...

Ski de randonnée nordique sur les hauts plateaux du Vercors
Vidéo de trois jours de ski de randonnée nordique sur les hauts plateaux du Vercors. François, Florent et Michel gagnent la cabane du Pré-Peyret et explorent l...

Le bassin d'Arcachon à pied
Carnet de randonnée du tour du bassin d'Arcachon : par le sentier du littoral et la route, en passant par les 10 communes du bassin : Arcachon, La Teste-de-Buch...

Tour du Queyras (GR 58 ®)
Carnet de trekking du Tour du Queyras (GR 58) à pied réalisé en solitaire. Ce sentier de randonnée dans les Alpes du sud passe par une des plus belles régions d...

Mare a Mare sud
Carnet de Trekking en solitaire sur le Mare a Mare sud entre Propriano et Porto-Vecchio. Ce sentier de randonnée, d'une mer à l'autre, au coeur de l'Alta rocca,...

Sentier des douaniers (GR 34 ®)
Récit d'une randonnée sur le célèbre sentier des douaniers (GR 34) entre le Mont Saint Michel, porte de la Bretagne, et Saint Brieuc. 11 jours de marche et 245...

Tour de la Hague
Carnet d’une randonnée itinérante qui fait le tour de la Hague (GR 223 et GRP). Cinq jours de marche en boucle au départ de Cherbourg, sur les bords de mer, ent...

Toulon - Saint Tropez
Carnet d'une randonnée pédestre entre Toulon et Saint Tropez par les GR 99, 4 et 49, en passant par l'intérieur du pays (Gorges du Verdon, villages et paysages ...

Tour des Ecrins (GR 54 ®)
Récit du tour des Ecrins (GR 54) entre Monetiers les Bains et Bourg d'Oisans en sept jours. A tour de rôle, François et Simon mettent des mots sur les journées ...

Tour de Belle île en mer
Tour de Belle île en mer à pied en 4 jours en campings et gîtes d'étape. Située dans le sud de la Bretagne à 14 km au large de la presqu'île de Quiberon, Belle...

Photos de l'univers Voyage