Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Camp 1- Camp 2 - Sommet du Marble Peak

Rédigé le 01/01/2008 - Lu 2299 fois
Camp 1- Camp 2 - Sommet du Marble Peak - Récit d'une expédition de 21 jours à l'assaut du sommet du Marble Peak (6238 m)

J 15: 17/08/04 : Camp 1- Camp 2

(WP n° 007)

E : 0438980

N : 4682526

Alt : 5710 m

Réveil et début de chauffe à 6 h 30. Départ à 9 h 30 après avoir démonté les deux VE 25. J'en prends une sur mon sac et le regretterai un peu plus tard quand il s'agira d'équiper en cordes fixes dans les schistes pourris et la neige profonde avec 20 kg sur le dos.

Nous laissons la Kangchenjunga en place les russes en ont une autre pour nous loger tous les 3 au C2.

Nous cassons la croûte au dessus l'endroit ou nous nous étions arrêtés la première fois à 5550 m. Je pensais que c'était le C2 mais pas du tout, il faut gravir le mamelon évident et raide que l'on voit de partout, qui se trouve sous l'épaule et un peu à gauche de la corniche qu'on voit également de partout (photos)  et qui présente un replat au sommet où l'on peut établir le camp 2 à 5710 m. Le camp 2 se trouve en fait juste à l'intersection des deux arêtes : celle qui domine le mur de marbre et celle que nous devons gravir qui est cachée depuis le bas. Sur un replat limité par des schistes ocres juste à gauche de la grosse corniche qu'on voit du bas.

Arrivé au pied de la chose (la dernière bosse avant le camp) je me lance à relayer les russes, qui ne semblent pas très motivés, dans l'installation des cordes -moi, j'aime bien- et c'est là que j'expérimenterai quelques équilibres étranges en crampons dans les schistes enneigés bien appuyé au sol par une charge un tantinet inadaptée à ces entrechats un peu spéciaux. Je remplace leurs pieux à neige trop courts et qui ne tiennent pas dans cette neige soufflée par les bons vieux corps morts "sacs inter marché" les moins chers et les plus léger du marché et qui ont fait leurs preuves en moult occasions.

200 m de corde plus loin on est au camp 2. Et c'est SPLANDIDE ! Qui a dit que c'était une petite expé, c'est une belle et grande expé engagée et physique avec prestation locale minimale et météo difficile oui et qui mérite de devenir classique après quelques mises au point !

Malgré les nuages au milieu desquels nous sommes nous apercevons,  le temps d'une éclaircie, notre sommet et le majestueux Kan Tengri (maître des esprits) et tant d'autres encore glaciers, séracs, sommets à perte de vue. Oui, vraiment les monts célestes n'ont pas volé leur nom !

Montée : 715 m

Temps : 6 h

Distance : 1,5 Km

J16 : 18/08/04 : Camp 2 - Sommet

(WP 008)-C2

E : 0439693

N : 4681351

Alt. : 6110 m

L'œil ouvert et l'esprit clair une bonne partie de la nuit grâce au thé des porteurs que nous avons siroté de 17 h à 22 h, j'ai pu entendre clairement les différents épisodes neigeux et venteux qui m'ont indiqué que nous n'étions pas vraiment dans le beau temps. Les Monts Célestes ne seraient-il pas le royaume du vent, de la neige et des nuages ? Il est vrai que nous n'avons eu depuis le début du séjour que 2 soirées sans précipitations. Et ma mémoire retiendra sûrement de cette belle expédition le doux bruit de la neige sur la toile de tente qui berce certes, mais qui inquiète celui qui doit conduire l'aventure en toute sécurité.

Au moment du départ (9 h 15) le Kan Tengri est dégagé et notre sommet est battu par les vents. Pour cette étape et contrairement aux deux précédentes j'utilise mes cordes d'attache de 30 m en 8 mm pour constituer une cordée de 5 et une cordée de 4.

L'arête se présente au départ comme une large croupe présentant une succession de montées et de descentes avec toujours la même structure : rocher (schistes) versant Kan Tengri et neige (corniches crevasses) versant chinois. Après quelques montagnes russes (sic) sans difficulté nous abordons un petit ressaut de 30 m (avec un gros rocher ocre a face plane a droite duquel il faut passer) où une traversée délicate donne quelques soucis à certains. Il y a une vieille corde fixe à demeure que je sortirai de la neige au retour qui permet de passer directement en main courante.

Après un replat on remonte sur la gauche une arête de schistes ocres formant escalier avec grosses corniches versant chinois (bien rester sur le rocher) puis quelques murs raides en neige mènent au premier sommet que l'on traverse jusqu'au col qu'il forme avec le deuxième sommet. Ce dernier présente une face de neige raide limitée à droite par une arête de schistes noirs sur laquelle on prends pied par une vire et un petit couloir, on reste versant Kan Tengri jusqu'a 6050 m où l’on reprends pied sur l'arête neigeuse jusqu'au sommet.

Nous y sommes à 13 h 30. Bonheur, célébrations, photos, casse-croûte. La visibilité est nulle, dommage ! au cours de la montée le vent a laissé place à la neige et au brouillard et nous redescendons dans une neige et un brouillard de plus en plus denses n'apercevant que de temps à autre nos traces de montée presque totalement effacées.

Montée/Descente : 565 m

Temps : 7 h 40

Distance : 1,4 km


Daniel Pétraud - Guide de Haute Montagne : Expédition & alpinisme dans les Alpes et dans le monde

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

petraud

Daniel Pétraud
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 230
     > Classement des I-Trekkeurs
Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trou...


Page principale de l'article

Marble Peak
Récit d'une expédition de 21 jours à l'assaut du sommet du Marble Peak (6238 m) dans le massif glaciaire des Tian Shan (monts célestes) au Kazakhstan et proche ...

Articles de l'univers Voyage

Photos de l'univers Voyage