Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

De Nice à Chamonix…

Rédigé le 01/03/2008 - Lu 10772 fois
De Nice à Chamonix… - Transalpine
De Nice à Chamonix… (France, Italie, Suisse)
Massifs traversés : Alpes Maritimes, Alpes Cottiennes, Alpes du Dauphiné, Alpes Graies, Alpes de Savoie
Temps de marche : 26 jours
Distances : 570 km
Dénivelé positif : 33600 m

Me voilà à Nice, le temps des préparatifs est terminé, il est maintenant l'heure de marcher. Mon premier jour sert de mise en jambes, je longe la Méditerranée sous un soleil radieux pour rejoindre la place du Palais princier de Monaco. Là, je l'avoue, j'ai vraiment
l'impression de passer pour un hurluberlu avec ma tenue de randonnée et mon gros sac à dos au milieu des voitures de sport, des yachts, des hélicoptères… Une bouse de vache au milieu d'un champ de fleurs.


Heureusement, dès le lendemain, je gagne les montagnes et passe rapidement la barre des 1000 mètres d'altitude. C'est sur cette place que je rattrape la « Via Alpina », le départ du premier des itinéraires que je compte suivre.

Je n'ai suivi aucun entraînement spécifique avant mon départ, car j'avais prévu de commencer en douceur. Mais bien sûr, une nouvelle fois, il en va tout autrement. Je suis des itinéraires peu fréquentés et sur certains la végétation est si dense que je dois utiliser mes bâtons de marche comme machette. Et surtout, ces sentiers n’étant pas balisés, je m'égare à plusieurs reprises. Ne souhaitant pas me mettre en retard dès le début, j'enchaîne de grosses journées de marche pour terminer aux étapes prévues. Cela me fatigue et le soleil de plomb qui règne dans les Alpes Maritimes l'accentue. La région est sèche, aride, je sens des vagues de chaleur s'élevant du sol qui étouffent et m'assèchent.

Malheureusement, je ne peux pas m'hydrater comme il le faudrait. L'eau est rare dans la région et je dois économiser les deux litres que je transporte. Je ne peux en porter plus, mon sac à dos est déjà suffisamment lourd. Il varie entre 15 et 20 kilogrammes. Composé de
6,5 kg pour le matériel de randonnée - sac à dos, tente, duvet matelas, réchaud, popote, trousse de toilette - 4 kg pour les vêtements et les chaussures - moins ce que j'ai sur moi - 1,7 kg de matériel d'orientation - topos, cartes, GPS, téléphone - 2,5 kg de matériel photo et vidéo et 4,5 de nourriture et d'eau. Il est si lourd qu'il me pèse jusqu'aux pieds, me valant une blessure à la malléole. Elle nécessiterait quelques jours de repos, chose que je ne peux pas me permettre, du coup la douleur s'intensifie. Elle s'aggrave au point que je ne supporte plus du tout ma chaussure gauche, m'obligeant à marcher pendant près de quatre jours en tongs jusqu'à 2200 mètres dans la rocaille. Un comble pour moi qui prône toujours le port de la chaussure de randonnée.


A mesure que je prends de la latitude et de l'altitude, le paysage change. Il devient plus vert, des cours d'eau font leur apparition. Je
traverse d'immenses espaces isolés m'offrant de premiers contacts avec les animaux. J'aperçois ainsi des dizaines de marmottes, des troupeaux de mouflons, de chamois et des bouquetins solitaires. Lors de la traversée des parcs nationaux du Mercantour, du Queyras, des Ecrins et de la Vanoise, des parcs qui baignent dans un décor de rêve, les montagnes sont revêtues de leurs couleurs printanières et sont encore imprégnées de nombreux névés. C'est pendant cette période de beau temps, mais sans chaleur étouffante due aux orages quotidiens que j'essuie, que je passe mes plus beaux bivouacs. En général, je me pose aux alentours de 17 heures, la plupart du temps au hasard du parcours, dès que je trouve un petit coin sympathique. J'installe ma tente, et mon petit habitat. Je prends un peu de repos, j'écris mon récit et prépare ma journée du lendemain. Vers 20 heures, j'allume le réchaud afin de préparer le souper pour remplir mon estomac vidé pendant la journée de marche.
Puis avant de me coucher, je sors mon téléphone pour laisser un message audio aux personnes qui me suivent sur internet et qui attendent de mes nouvelles.

Un jour, alors que je suivais un banal sentier, j'en perds la trace sans m'en rendre compte, m'engageant sur un itinéraire qui restera
certainement ma plus grande frayeur de cette traversée. Je me retrouve à remonter un couloir d'éboulis créé lors de la fonte des neiges. De plus en plus raide, aux pierres de plus en plus grosses, qui dégringolent à chacun de mes pas. Trop engagé pour faire demi-tour, je décide de le remonter jusqu'au point le plus haut, que j'aperçois. Bien entendu, comme toujours, quand je l'atteins, ce n'est pas encore le sommet, et je ne suis pas au bout de mes peines. Je finis par me retrouver à escalader une petite paroi de quelques mètres quasi verticale sur laquelle je reste bloqué… Après deux heures de galère, je tombe enfin sur la trace d'un sentier.

Je termine ma remontée vers Chamonix en faisant un petit tour par l'Italie, puis je rattrape le G.R. du Tour du Mont-Blanc en Suisse, me faisant ainsi remonter des souvenirs de ma première grande randonnée, le T.M.B, il y a 4 ans de cela maintenant.

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

simon

Simon Dubuis
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 665 | Summits mois : 25 | Summits total : 1978
     > Classement des I-Trekkeurs
Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les mer...
Bravo je découvre votre voyage le 11/02/2013 par hasard je trouve cela exceptionnel, courageux et donne un peu de bonheur dans ce monde hybride
Très beau itinéraire. J'espère un jour faire de même.
Merci pour tous les détails complets.


Page principale de l'article

Transalpine - La traversée des Alpes
Carnet d'un trekking exceptionnel de 2300 kilomètres en solitaire traversant l'arc alpin entre Nice et Vienne s'étendant sur huit pays : la France, Monaco, l'It...

Articles de l'univers Voyage

Transalpine : de Samoëns à Trieste
Carnet d'une randonnée itinérante de Samoëns à Trieste sur les chemins de nos voisins Suisses, Autrichiens, Liechtensteinois, Allemands, Italiens et Slovènes. ...

Tour des Ecrins (GR 54 ®)
Récit du tour des Ecrins (GR 54) entre Monetiers les Bains et Bourg d'Oisans en sept jours. A tour de rôle, François et Simon mettent des mots sur les journées ...

GR5 ®, de Larche à Modane
Deux ans après le tronçon Larche-Menton, nous avons cette anne décidé de suivre le GR5 sur le tronçon Modane-Larche, avec Michèle, Bruno et Olivier. Compte-tenu...

Tour du Mont-Blanc
Le Tour du Mont-Blanc, grand classique des Alpes est une des plus belles randonnée d'Europe. Nicolas revient sur sa randonnée réalisée en septembre et en solo....

Tour du Cervin
Carnet de Trekking du Tour du Cervin, sommet mythique des Alpes d'une hauteur de 4478 mètres situé sur la frontière italo-suisse. Son esthéthisme particulier en...

Tour des Aiguilles Rouges
Randonnée de 4 jours autour des Aiguilles Rouges entre le massif du Mont-Blanc et les rochers des Fiz dans les Alpes. Un itinéraire panoramique de toute beauté ...

Trois jours dans le parc national des Écrins
Randonnée de trois jours en boucle au cœur du parc national des Ecrins au départ de Bourg d'Arud. Cap vers le lac et le col de la Muzelle, Valsenestre, le lac d...

Tour du Mont Blanc
Le Tour du Mont blanc appartient aux randonnées mythiques. En 1767 Horace-Bénédict de Saussure le parcourut pour la première fois. Aujourd'hui, chaque année en ...

Tour du Cervin
Le Cervin, pyramide naturelle quasi parfaite, géant des Alpes, est la montagne de tous les superlatifs. Depuis 2002, on peut en faire le tour à pied. Le Tour d...

Haute route du Grand Paradis
Récit d'un combiné trekking / randonnée glaciaire du parc national de la Vanoise en France à celui du Grand Paradis en Italie, entre alpages et haute montagne, ...

Photos de l'univers Voyage