Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Randonnée au pays Dogon

Rédigé le 25/12/2009 - Lu 12063 fois
Randonnée au pays DogonCarnet d’une randonnée de trois jours dans le Pays Dogon au Mali. Au départ de Bongo (Sangha), nous partons explorer les villages Dogon et en apprenons chaque jour un peu plus sur la culture Dogon et la cosmogonie mise en lumière par Marcel Griaule.
Cet article se compose de plusieurs pages à retrouver à la fin de l'article !

Le Pays Dogon est une région du Mali, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1989, qui s'étend de part et d'autre de la falaise de Bandiagara. On peut le diviser en trois zones distinctes :

  • Le plateau, au relief accidenté, se compose essentiellement de tables de grès ferrugineux. Il est limité à l’ouest par le fleuve Niger et à l’est par la falaise.
  • La falaise, la partie la plus touristique, concentre les plus beaux villages. Sa hauteur varie de 300 à 600 m.
  • La plaine est une région sableuse où les Dogon sont présents depuis récemment. Bien qu’aride, elle bénéficie des eaux de ruissellement de la falaise.

Les Dogon sont arrivés sur la falaise de Bandiagara au XIV siècle depuis les montagnes de Manding près de Bamako pour échapper à l’islamisation. Cette falaise était alors habitée par les Tellem dont on rencontre encore les vestiges archéologiques.

Après une arrivée à l’aéroport de Mopti au petit matin, nous prenons la direction du cercle de Bandiagara. 70 km nous sépare de Sangha. 3 heures sur une route goudronnée jusque Bandiagara puis sur une piste jusqu’au village de Bongo dans la commune de Sangha.

Nous nous installons dans le gîte d’Ali Inogo Dolo, le maire de Sangha, et partons explorer le village de Bongo en compagnie de Moïse Témé, notre guide.

Je suis surpris de voir le paysage si vert. Arbres et champs d’oignons contrastent avec l’aridité ambiante. Moïse me confie que d’ici quelques semaines, tout aura bien changé. Le paysage, depuis le haut de la falaise sur la plaine du Séno-Gondo, est tout simplement ahurissant. Des cordons dunaires commencent à se former. Pour lutter contre la désertification galopante, les villageois plantent des euphorbes. Dans les champs d’oignons, ce sont les femmes qui sont au travail. Nous apprenons qu’elles travaillent pour se payer ce dont elles ont besoin. Le plus souvent, elles sont exploitées par leur créditeur qui leur impose ensuite des bas revenus. Pour lutter contre cette pratique, La Balaguère, par le biais de son réceptif local, a créé des micro-crédits sans intérêt.

Dès le premier jour, j’ai compris que le rapport à l’image est extrêmement délicat chez les Dogon si vous n’avez pas l’intention de monnayer votre cliché. Personnellement, je me refuse à payer une photo mais m’engage systématiquement à les envoyer si la personne le souhaite. J’ai reçu de nombreux refus, plus que partout ailleurs où j’ai voyagé. Mais qu’importe… puisque le voyage n’est pas dans les images qu’on ramène mais dans les rencontres réalisées.

Ceci étant dit, place au récit de ses trois jours de randonnée pédestre au pays Dogon.


Randonnée au Pays Dogon organisée par La Balaguère, spécialiste des voyages et randonnées dans les Pyrénées et dans le monde

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

itrekkings

Grégory Rohart
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 968 | Summits mois : 0 | Summits total : 10252
     > Classement des I-Trekkeurs
Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien s...
 


Articles de l'univers Voyage

Photos de l'univers Voyage

Actualités de l'univers Voyage

> Mali : Voyages solidaires !