Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Randonnée dans le Connemara

Rédigé le 09/10/2016 - Lu 8021 fois
Randonnée dans le ConnemaraEté 2013. Une randonnée dans les grands espaces verdoyants du Connemara. Située à l’ouest de l’Irlande, cette région mérite vraiment sa réputation. Superbe terrain de jeu pour randonneur amoureux de la nature !

Voici le topo d’une randonnée irlandaise pour ceux qui souhaiteraient aller trainer leurs guêtres dans le comté du Connemara.

Située à l’ouest de l’Irlande, cette région très touristique mérite vraiment sa réputation. Une côte Atlantique rocailleuse, des prairies à perte de vue, du vert, du vert, et encore du vert ! Et bien sûr, ses fameux et innombrables lacs. Si le Connemara est aussi vert c’est probablement grâce (ou à cause) de l’humidité permanente. Ici, ne vous y trompez pas, même quand le soleil pointe le bout de son nez, la pluie ne se fait jamais trop attendre. Le Connemara c’est aussi une gigantesque éponge. Le sol dégouline d’une eau jaunâtre. Elle ruisselle à travers la tourbe, tombe des massifs dans de jolies cascades et cours d’eau. Attention où vous mettez les pieds, le sol est instable. Autant dire que planter une toile de tente est parfois un défi !

Itinéraire choisi

  • Galway : porte d’entrée du Connemara.
  • Clifden : un peu plus au nord, sur la côte.
  • Letterfrack : Parc National du Connemara.
  • Western Way : circuit de grande randonnée qui traverse les massifs du nord au sud.

Niveau de difficulté

Facile

  • Galway et Clifden se situent sur la côte. Le relief est plutôt plat, ou tout juste vallonné.
  • Le Parc National du Connemara, un peu plus à l'intérieur des terres, mène au Diamond Hill qui culmine à 445 m.
  • Quant à la Western Way, longue de 55 km avec un dénivelé de 533 m seulement, elle se fait tranquillement en 2,5 jours.

Organisation

  • Arrivée à Dublin par avion.
  • Dublin – Galway par le train, depuis Heuston Station à Dublin.
  • Déplacements dans Galway à pied et en bus (1,80€ le ticket – oui, c’est cher !).
  • Déplacements régionaux par bus : il y a 2 compagnies de bus : Bus Eireann (cie nationale) et City Link (cie privée). Les horaires sont complémentaires. Informations à l’Office de Tourisme de Galway.
  • Gaz pour le réchaud : acheté à Dublin dans une boutique qui s’appelle « Capel Camping », à l’angle de Mary Street et Capel Street. Ils ont plusieurs modèles de plusieurs marques. Un repaire pour randonneurs. En fin de voyage, avant de reprendre l'avion, il est parfois possible de rapporter les cartouches chez le marchand (qui se charge de les recycler), ou de les laisser à l'accueil du terrain de camping.
  • Ravitaillement en nourriture : Galway, Clifden, Letterfrack, Leenaun, Oughterard. Rien à Maum ni à Maam Cross !
  • Eau : elle coule en abondance. Et même si sa couleur un peu jaune peut faire douter, je n’ai jamais été malade. Et en plus, elle est très bonne ! Cependant, j’ai prélevé l’eau dans les ruisseaux où il y a du courant (elle stagne moins et elle est moins colorée). De plus, je mettais des pastilles de décontamination (en pharmacie à France).
  • Vêtements : une veste imperméable de qualité, un pantalon qui prend l’eau mais qui sèche vite, des chaussures montantes (c’est mieux dans la tourbe). Quant au poncho, je m’en suis servi une fois, mais avec le vent, il envoyait l’eau partout, faisait parachute… pas convaincu. Du moment que la housse de protection du sac à dos enveloppe bien le sac, ça suffit.
  • Divers : si comme moi vous mettez votre carte dans la poche du pantalon, prévoyez un sachet en plastique pour la protéger de l’eau une fois le pantalon mouillé. Ca vous évitera de la faire sécher le soir au campement et de la rafistoler avec du sparadrap !
  • Les cartes justement : Discovery 37 et 45 (achetées sur internet avant départ).

Où dormir ?

A Galway, j’ai opté pour le camping les deux premières nuits et la dernière (une bonne douche chaude – payante – ça fait du bien). Il y en a 2 qui sont en réalité à Salthill (prononcez Sôlthill, sinon le Irlandais ne comprennent pas !). Depuis Galway (Gôlway donc…) prenez le bus 402 (ou 401 + 10 min de marche). A pied c’est franchement loin. Les deux campings sont l’un à côté de l’autre. J’ai préféré celui qui n’est pas au bord de la route.

A Clifden, il y a aussi un camping à 2 km de la ville. Pas utilisé.

Le camping sauvage est autorisé en Irlande. Les bonne pratiques du randonneur sont de mise : ne laisser aucune trace de son passage !

Météo

En début de séjour, j’ai eu beaucoup de pluie. Puis progressivement le temps s’est amélioré offrant d’excellentes journées. Mais le temps change vite. J’avais pris l’habitude de mettre mes affaires imperméables à portée de main (extérieur du sac). Quant aux températures, elles devaient avoisiner les 20-25°C en fonction de l’ensoleillement. Les nuits peuvent être fraiches du fait de l’humidité. J’ai aussi connu du vent fort, voire très fort une nuit. C’était à Galway, et au petit matin, certains c’étaient réfugiés dans leur voiture, d’autres constataient les dégâts (tentes effondrées, arceaux pliés). Ma tente 4 saisons Ferrino s’est montrée très efficace.

Conclusion : pluie, soleil, fraicheur, chaleur, et vent. Il faut s’adapter. Consulter les prévisions météo est sans intérêt. Ca change d’heure en heure. Partez du principe qu’il va pleuvoir !

Galway

Jolie ville très touristique. Le train vous débarque dans la gare austère en plein centre ville. Beaucoup de monde dans les rues. Beaucoup d’animations (musique, danses, art de rue). On retrouve la même ambiance que dans le quartier de Temple Bar à Dublin. Les pubs sont une institution ici aussi. Laissez-vous déambuler dans les rues. C’est très beau.

Clifden

Petite ville touristique également. C’est le point de départ de plusieurs randonnées côtières, dont notamment la Sky Road. C’est une bouche d’une vingtaine de kilomètres qui offre de magnifiques paysages, surtout sur sa partie sud.

Mon expérience : Parti trop tard de Clifden, j’ai campé en cours de route. Il m’a fallu marcher plus d’une heure sur la partie nord pour trouver un endroit plat et sec pour planter la tente. C’est dans un champ de moutons, au pied d’une maison en ruine, que j’ai passé la nuit.

Letterfrack

Petit hameau où on trouve grosso-modo une superette, un bar et un hôtel. Mais c’est le point d’entrée du Parc National du Connemara. A l’accueil, vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur les 3 randonnées balisées. Le tour complet, qui permet de monter en haut de Diamond Hill (442m – wow !) vous prendra 2h30. La vue y est magnifique. On y voit même Keylemore Abbey au bord du lac (je n’ai pas eu le temps d’aller visiter cette abbaye qu’on voit sur toutes les cartes postales).

Mon expérience : Le monsieur de l’accueil m’a dit qu’il était interdit de camper dans le parc… « officiellement » m’a-t-il soufflé à l’oreille. Je pensais pouvoir redescendre de l’autre côté de Diamond Hill, justement pour rejoindre Keylemore Abbey. Mais il y a une rivière à traverser, et aucun pont n’existe. Je suis donc revenu au point de départ, comme tout le monde. Dans la montée de Diamond Hill d’ailleurs, une averse mémorable est tombée. Même ma veste a eu un peu de mal, et mon t-shirt commençait à être mouillé. Mais le soleil est revenu quelques minutes après et j’étais totalement sec en arrivant à la sortie du parc. Il faut affronter la pluie.

La Western Way

C’est l’Office de Tourisme de Galway qui m’a parlé de ce circuit. Ils conseillent de faire ce qui peut s’apparenter à un circuit de Grande Randonnée chez nous, depuis Oughterard (bus depuis Galway) vers Leenaun. C’est donc dans l’autre sens que je l’ai fait ! Non pas par esprit de contradiction, mais simplement parce que j’étais plus près de Leenaun. Ce circuit est parfaitement balisé (à un endroit prêt). Il traverse le Connemara par l’intérieur des terres. La partie la plus belle est celle située entre Leenaun et Maum. La piste passe entre les Twelve Bens et les Maumturk Montains, deux massifs montagneux. Des paysages comme on en voit à la télé ! Aucun ravitaillement possible une fois sur la piste.

Mon expérience : Depuis Letterfrack, il y a des bus pour Leenaun. Ayant loupé le dernier, j’ai fait du stop (comme me l’a conseillé le monsieur de l’accueil du parc national). Ce sont des gens de Belfast, en camping car, qui m’ont déposé près de Leenaun, au point de départ de la Western Way. Premier campement au beau milieu du chemin, seul endroit plat et sec. En plus, la vue était géniale : le fjord de Killary Harbor dans le soleil couchant. Le second campement, je l’ai monté près de la chapelle Maumeen (Doire Bhéal an Mhama) entre 2 massifs. Là encore, vue magnifique et beau temps pour la soirée, après 8 heures de marche. Le second jour de marche, départ du campement à 10h seulement. J’ai profité du soleil du matin pour lire un peu et me reposer. Les petites douleurs de la veille n’ont pas totalement disparu dans la nuit.

Descente vers le hameau de Maum. Nous sommes lundi 5 août, et c’est un jour férié ici. Le petit office de tourisme est fermé et nous sommes dans la vallée où l’eau ne coule pas fort. Elle ne m’inspire pas (presque marron). Je décide de sonner à la porte d’une maison face à l’Office de Tourisme. Très gentiment et avec un grand sourire accueillant, la dame me donne 2 litres d’eau claire.

C’est après le déjeuner, en sortant de Maum, que les choses se gâtent. Un panneau indique la Western Way sur la gauche. Je quitte donc la grande route qui relie Maum à Maam Cross et je suis le chemin. Un autre panneau parle d’une ancienne et d’une nouvelle piste. Je ne comprends pas bien ce panneau et continue. A postériori, je pense qu’il y avait un autre marquage à ce carrefour. Car il fallait rester sur la route (avec les voitures). Le nouveau sentier se trouve à quelques kilomètres de là. Mon soucis : je n’ai pas la carte Discovery 45 qui couvre ce secteur. Depuis mon départ de la chapelle, je suis « aveugle ». Au bout d’une heure de marche, sur un sentier davantage tracé par les moutons que par les randonneurs, je me retrouve en haut d’une falaise qui surplombe le lac. Je décide de prendre de la hauteur pour rejoindre l’autre versant du massif dans lequel je suis, en passant par le col. Je suis dans la tourbe. Je m’enfonce parfois jusqu’au genoux. La progression est infernale et épuisante. Cette fois, c’est sûr, je ne suis plus sur la piste. Vers 17h30, après 5 heures de marche, je suis enfin sorti de la tourbe. J’ai regagné le bord du lac. Un joli terrain sec près d’une ruine, avec une jolie vue, me permet de monter le camp. Je vois à peu près où je suis, mais je n’ai aucune idée de la façon dont je vais me sortir de là. Cette carte me manque terriblement ! Je décide donc d’utiliser un joker et de faire appel à un ami ! (merci Guillaume). J’ai ma position GPS (merci l’iPhone dont j’ai économisé la batterie). Et grâce à Google View, Guillaume à réussi à localiser un pont qui enjambe une rivière non loin de là. Qui dit pont, dit chemin ! Le lendemain matin, après 1h30 de tourbe, j’arrive sur ce fameux pont, et eureka, je suis de nouveau sur la piste de la Western Way ! Et toujours parce que je n’ai pas de carte, et que j’ai (une fois n’est pas coutume) confondu l’est et l’ouest, j’ai pris la piste dans le mauvais sens. C’est ainsi qu’en arrivant à midi dans un hameau que je croyais être Oughterard, je découvre que je suis en fait à Maam Cross. Depuis la veille, j’ai tournée en rond !!! J’étais tenté faire demi-tour, et revenir au pont, pour reprendre le sentier dans le bon sens, mais il ne me reste que quelques pâtes et peu de gaz. Rien pour le petit déjeuner. Aucune épicerie ou superette à Maam Cross. Je n’ai donc pas le choix, j’attends le bus pour Galway et rentre en ville. Sur la route du retour, le bus traverse donc Oughterard, et je constate que le paysage est plat, sans grand intérêt compte tenu de ce que j’avais vu jusqu’alors.

En guide de conclusion

Alors dans quel sens faire cette piste : idéalement dans le sens sud-nord. Partir d’Oughterard dans un paysage un peu monotone, puis voir les massifs arriver progressivement pour terminer au bord du fjord Killari Harbor à Leenaun. Prendre ensuite un bus pour rentrer à Galway, ou s’il vous reste du temps, montez à Achill Island dans le comté de Mayo. Plusieurs personnes que j’ai rencontrées m’en ont parlé. Il paraît que c’est très beau !

J’espère que ce topo servira à des randonneurs qui souhaitent vivre le Connemara de l’intérieur.
 

Quelques liens :

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

symphoman13

Dominique Martin
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 11
     > Classement des I-Trekkeurs
Passionné par les régions polaires que je découvre peu à peu, je suis fasciné à la fois par la beauté des paysages et par l’hostilité de ce milieu. Comment l’Homme s’adapte-t-il dans cet environnement ?...
 


Articles de l'univers Voyage

Rando photo en Irlande : Plein cadre sur le Connemara
Le Connemara est la région la plus sauvage d’Irlande avec des paysages grandioses. Elle se prête à merveille à la randonnée et à la photo. Pourquoi ne pas combi...

Guide Randonnée Irlande
Fiche Pays de l'Irlande: Carte d’identité - Formalités - Transports - Santé - Sécurité - Climat - Zones de trekking - Liens internes - Contacts. Des informatio...

Itinérance sur le Wicklow Way
8 jours de randonnée sur le Wicklow Way en Irlande. Depuis Clonegal, nous rejoignons Dublin en dormant chaque soir dans un hébergement en dur (B&B, ferme, petit...

Photos de l'univers Voyage