Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |

Randonner avec son chien

Rédigé le 14/09/2016 - Lu 2297 fois
Randonner avec son chienRandonner avec son chien, son fidèle compagnon, vivre avec lui ces moments inoubliables de bivouac ... Y a-t-il perspective plus réjouissante pour qui partage son quotidien avec le plus fidèle compagnon de l'homme ? Randonner avec son chien est indubitablement une expérience fantastique. Mais quelques précautions et préparatifs s'imposent quand il s'agit de passer aux choses sérieuses. Voici un petit mémo, validé par Pitch, Golden retriever de 10 ans qui partage mes randonnées au long cours.

 Randonner avec son chien

Apprendre à bien connaître son chien

Chaque maître tient en haute estime les capacités et qualités de son chien et je n'échappe pas à la règle. Mais chaque chien est un individu particulier avec ses forces et ses faiblesses. Est-il résistant ? Souffre-t-il rapidement du froid, du chaud ? A-t-il un moral d'enfer quand il s'agit d'affronter les difficultés ? Est-il téméraire, fugueur, peureux... Son instinct de chasse est-il très affirmé ? Est-il d'un caractère dominé, docile, dominant ? Avec les autres chiens, avec les humains ? Quelles sont ses peurs, ses petites fragilités physique ? Comment réagit-il aux ordres ? ... Autant de questions auxquelles il faudra répondre pour que ces moments se déroulent sans anicroche. Observer votre chien, passer du temps avec lui vous permettront peu à peu de répondre à ces questions.

Pour ce qui est de sa santé, c'est votre vétérinaire qui sera le mieux à même de répondre à vos questions et il n'est pas inutile de l'informer de vos intentions et vérifier la compatibilité de la santé de votre animal avec ces projets. Une bonne occasion de s'assurer également que vaccins et anti-parasitaires sont à jour, la nature pouvant ne pas être tendre...

Se préparer à la randonnée

« Un loup peut parcourir plus d'une cinquantaine de kilomètres par jour, ne pas manger tous les jours et dormir à même la neige ». On a souvent tendance à imaginer que notre compagnon, fier descendant du loup, est doté des mêmes qualités. Or voilà, le chien est autant capable des prouesses de ses ancêtres que nous le sommes des exploits des nôtres, chassant le mammouth à mains nues, ou presque ... Et ceci est d'autant plus vrai que nous avons sélectionné des races de chiens pour répondre à nos besoins (berger, chasse, compagnie, ...). Toutes ces races n'ont pas conservé de manière identique les capacités de marcheur du loup. Les chiens de taille moyenne et au nez allongé (de type husky, golden, labrador, ...) sont celles ayant le mieux conservé ces prédispositions. Pour les autres, gros chiens massifs, chiens aux pattes courtes ou au nez court rien n'est perdu. Il faudra simplement redoubler de précautions, adapter la balade aux capacités de l'animal et commencer progressivement. Car oui, votre chien à besoin d'entraînement et il n'est pas question de se lancer sur le GR65 pour un mois ou pour 1000m de dénivelés sans s'être progressivement préparé, sous peine de gros bobos. Enfin, rappelons que les capacités d'un jeune chien ou d'un sénior n'ont rien à voir avec celles d'un chien dans la force de l'âge. Là encore, le programme devra s'adapter ...

Le programme d'entraînement étant prêt, il n'y a plus qu'à s'assurer que l'animal est bien tatoué et que vos coordonnées sur le registre de la centrale canine sont bien à jour. Un chien qui se perd, ce n'est malheureusement pas si rare. A noter ici, et cela n'engage que moi, que je ne suis pas fan des colliers avec pendentifs. Outre le risque de perte du pendentif sur lequel figure votre adresse, le collier présente toujours le risque d'étrangler l'animal lorsqu'une branche s'y coince. Je préfère de loin le rappel du code du tatouage gravé sur le harnais.

Je suis également convaincu que la préparation à la randonnée passe par l'apprentissage de quelques mots et comportements simples. Rien de compliqué mais ces « [Marcher] aux pieds », « [sur le] chemin », à [ma] droite, à [ma] gauche, « Assis », « Attends » et « Non » (pour "ne pas manger) sont indispensables comme vous le découvrirez ci-après.

S'équiper

Il n'est pas question ici du joli Dog-Buff que j'ai récemment acquis pour Pitch - je sais c'est un tantinet ridicule ! Mais plutôt du matériel nécessaire à la santé et au confort minimum du chien qu'il va vous falloir porter pour l'essentiel. Eh oui, le chien n'est pas un animal de bât. Si l'on exclût le jeune chien au squelette en croissance, le chien sénior plus fragile, reste le chien dans la force de l‘âge dont les vétérinaires s'accordent à dire qu'ils ne peuvent porter plus de 10 à 15 % de leur poids, ... pour les chiens entraînés. Pour Pitch, cela nous amène entre 3 et 5 kilos. Si la chose s'entend pour une randonnée facile à la journée, ce poids est rapidement atteint par le harnais et l'eau. L'excédent rejoint donc mon sac pour les programmes plus ambitieux.

Voici donc une rapide check list :

  • un harnais (pour les chiens qui ne tirent pas), avec poches (pour les chiens qui portent).
  • une laisse non élastique (pour garder si besoin un parfait contrôle).
  • une gamelle pliable (pour boire quand l'eau et difficilement accessible et pour le casse-croûte.
  • un poche à eau (quand il n'y a pas d'eau sur l'itinéraire).
  • une trousse de sécurité avec pince à tiques, du désinfectant, le carnet de santé, ...
  • le casse-croûte ou une friandise si la randonnée est courte et facile.
  • Ces premiers articles constituent la base pour toute randonnée avec Pitch, chienne au poil long ne craignant pas le froid. Mais pour un chien frileux ou à poil ras, un « coat » s'imposera si les conditions sont difficiles. Que la randonnée se transforme en itinérance et il faudra songer, selon les besoins de l'animal à :
    • un matelas mousse pour la nuit
    • une couverture en cas de froid
    • des rations d'hydratation et d'alimentation conformes à l'effort à fournir.
    • un nécessaire de soin pour les coussinets (pommades, chaussons) si la randonnée est longue ou les sols abrasifs.

Veiller à la santé et à la sécurité de son chien

Et voilà, c'est parti sur les sentiers... Votre chien, en pleine forme et heureux de partager ce moment avec vous compte sur la protection du chef de meute que vous êtes à ses yeux. Mais protection contre quoi au juste ? Voici quelques points à surveiller :

Chaleur et déshydratation. Rappelons qu'un chien ne transpire pas. Les seules armes à sa disposition pour réguler sa température sont de se tremper les pattes - où un important réseau sanguin passe à la surface de la peau -, de boire et de haleter. Malheureusement le halètement provoque non seulement une importante consommation d'énergie mais aussi une grosse déshydratation par la respiration. Si le coup de chaud est affaire sérieuse chez l'homme, elle l'est bien plus encore chez le chien. Il faudra donc être extrêmement vigilant sur ce point, éviter les trop fortes chaleurs, prévoir de l'eau en abondance ainsi que de quoi mouiller pattes et tête pour éviter de gros soucis voire une issue tragique. Pour clore le chapitre de l'hydratation rappelons que pour boire, sans danger, sous nos contrées européennes, l'eau des flaques et rivières, les chiens doivent recevoir les vaccins les protégeant des virus et bénéficier de traitements anti-parasitaires internes réguliers que saura vous conseiller votre vétérinaire.

Froid. Que ce soit à la marche ou au bivouac et à des degrés très divers selon l'animal, le froid peut aussi être un danger sérieux. Petit « coat » étanche ou isolé pour les plus sensibles, serviette pour s'essuyer des pluies glaciales, tapis de sol et couverture pour les bivouacs froids, nuit sous l'auvent pour des conditions difficiles.

Les terrains difficiles. « Si le chef de meute passe, alors je le peux aussi. » Voilà grossièrement ce que pensent la plupart des chiens. Hors si leurs quatre pattes leurs confèrent des avantages pour se déplacer, certains terrains difficiles (rocheux ou verticaux, gués profonds, ...) seront infranchissables en toute sécurité ou nécessiteront votre aide. Le harnais constitue là un sérieux atout puisqu'il permet de soulever, déplacer ou guider l'animal plus aisément, pour peu que vous lui ayez appris à respecter vos consignes.

Faune sauvage. C'est sur ce terrain que l'obéissance du chien doit être sans faille et qu'il est important pour lui de ne pas quitter les sentiers. Un sanglier ou un cerf poursuivis peuvent se retourner contre votre chien, tandis que chamois et bouquetins auront tôt fait de l'entraîner dans la falaise ... Quand à la vipère qui se chauffe au soleil sur le bord du sentier, ne sous-estimez le danger qu'elle représente. Le chien pourrait, en voulant renifler, être mordu à la tête et il n'est pas difficile d'imaginer les conséquences. Sachez que vous vous épargnerez bien des soucis avec un chien marchant sur le sentier, derrière vous, vos pas faisant fuir les reptiles. Enfin, pour clore le chapitre de la faune, n'oubliez pas de vérifier et d'extraire impérativement chaque jour à l'aide d'une pince adéquate les tiques qui auraient franchi la barrière du traitement antiparasitaire externe que vous administrez à votre compagnon. Au delà de quelques heures ces sales bestioles ont la fâcheuse habitude de transmettre de biens vilains cocktails de bactéries et virus.
C'est à l'occasion de cette séance de caresses et de recherche de tiques que vous en profiterez pour vérifier l'absence de petites blessures sur le corps et les pattes et que vous pourrez anticiper des soins avant que les choses ne s'aggravent.

Respecter l'environnement

Randonner dans la nature avec un chien n'est pas anodin. Considéré - souvent à juste titre - par les animaux sauvages comme un danger, son approche provoquera la fuite des animaux sauvages (et donc la perte pour eux d'une précieuse énergie) ou l'abandon (temporaire ou définitif) de leurs progénitures. Apprendre à son chien à marcher en permanence aux pieds et à ne pas quitter le sentier sont des gages de tranquillité mais aussi de belles observations de la faune pour vous.

Ceci est à fortiori vrai dans les moins de 1% du territoire français qui font l'objet de protections réglementaires dignes de ce nom (Parcs nationaux, Réserves naturelles). Sur ces territoires abritant une faune partout en voie de disparition, se renseigner et se conformer aux restrictions et aux interdictions est indispensable pour que la randonnée avec chien ne se transforme pas en plaisir dévastateur et ... verbalisable.

Respecter les autres

Vous aimez les chiens, mais dites vous que ce n'est pas le cas de tout le monde. Et certaines personnes en ont même une peur panique ... Ou alors possèdent elles-mêmes un animal dont vous ne pouvez maîtriser les réactions. Pour ne pas gâcher la balade mais aussi pour éviter les tensions qui aboutissent toujours à des restrictions d'accès aux chiens, tenez votre animal au pied ou en laisse lors de croisements avec des inconnus. Ne pas laisser son chien vagabonder est également capital en présence de troupeaux, des dégâts collatéraux étant vite arrivés.

Respectez votre chien

Vous l'aurez compris, si randonner avec son chien apporte d'infinis plaisirs, il apporte également son lot d'obligations. A dire vrai, c'est le chien ou du moins son bien-être qui dictera l'attitude a adopter au cours de la randonnée. Respecter son chien c'est être attentif à son plaisir - quelques caresses et instants de jeu ne sont jamais superflus -, attentif à sa sécurité, à sa santé. Le chien est un merveilleux partenaire ... sans parole. Il faudra donc parfois, face à des signes de démotivation ou de fatigue, savoir s'arrêter pour une pause, abréger l'étape voire même renoncer. Il faudra anticiper, pour lui, les dangers du chemin et veiller aux risques qu'il représente.

Pas encore de chien ?

Vous n'avez pas d'animal mais l'idée d'avoir un chien vous tente. Ces quelques images ont fini de vous convaincre du bonheur qu'il y aurait à marcher avec l'un deux. Bien sûr, vous avez fait le point sur tous les aspects de cette relation, sur les contraintes quotidiennes et de congés que vous saurez gérer, sur le fait qu'un jour votre compagnon vieillira et qu'il faudra aussi gérer le fait qu'il ne pourra plus vous suivre, sur le budget nécessaire, sur le fait que le chien n'est pas un objet mais un être sensible : Bravo ! Bravo, car malheureusement ce n'a pas été le cas des maîtres des plus de 47 000 chiens abandonnés chaque année en France. 47 000 chiens parmi lesquels des jeunes et des moins jeunes, de toutes races, et même de parfaits compagnons de randonnée attendent votre adoption, … comme ce fut le cas de Pitch !

Cet article t'a plu ? Partage le sur tes réseaux sociaux

foudetrek

Henri
Rédacteur
Envoyer un mail
Summits année : 397 | Summits mois : 0 | Summits total : 731
     > Classement des I-Trekkeurs
Mammifère omnivore, pogonotrope et dromomane.
Merci Claude pour le commentaire. C'est un beau projet que vous avez.
N'hésitez pas à ajouter le site dans vos favoris ou à nous suivre sur Facebook.

Lien : http://www.facebook.com/itrekkings
Bonjour, c est ce que je prépare actuellement pour 2018 avec un berger Allemand.Traversée de la France d Ouest en Est.
Je découvre ce site et ne manquerai pas désormais de le suivre.
Merci pour votre article.
Cordialement, Claude 44
Excellent article ! Merci Henri... J'hésite encore à adopter... un compagnon plein de poils.
 


Derniers articles de l'univers Voyage

7 alternatives au Sahara pour les amoureux du désert
Amoureux du désert, voici 7 alternatives au Sahara pour continuer à voyager passionnément et en toute sécurité entre dunes, regs et oasis. Préparez votre chèche...

10 raisons indispensables de savoir utiliser une carte de randonnée
Une carte de randonnée est faite pour trouver son chemin et ne pas se perdre, mais pas seulement ! La bonne vieille carte papier garde un panel d’avantages face...

Raquettes et aurores boréales en Russie
Récit d'une semaine de raquettes à neige en Russie en Carélie vers le lac Oniéga puis dans le massif de Khibiny au niveau du cercle arctique où j'aurai la chanc...

La Grande traversée de la Haute Chaîne du Jura
Traversée de la Haute Chaîne du Jura en deux jours au départ de Thoiry et en passant par le Reculet et le Crêt de Chalam. Nuit à mi-parcours au gîte de Berbois

Raquettes en Russie : Carélie et massif de Khibiny
Direction la Carélie au bord du lac Oniéga et le massif de Khibiny à hauteur du cercle arctique pour une semaine de raquettes en Russie. A découvrir en vidéo.