Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Actualités randonnées, trekkings et équipement du randonneur/Grande traversée trans-ethiopienne, du Simiens à Lalibela

Grande traversée trans-ethiopienne, du Simiens à Lalibela

Rédigé le 15/10/2010 - Lu 2729 fois

 Ce grand trek exceptionnel de 20 jours vous permet de traverser le massif et le parc du Simiens, avec les visites culturelles de Gondar et de Lalibela.

La randonnée de Terre d'Av commence dans un parc naturel, classé Patrimoine mondial par l'Unesco, habité par les babouins gelada, les chacals du Simiens et autres espèces endémiques. Vous aurez l'occasion de faire l'ascension d'un sommet de plus de 4000m, le Bwahit. Après une période d’adaptation, vous prendrez la route pour les plateaux, à la découverte de villages et populations particulièrement isolés. Immenses gorges, reliefs tourmentés, passage de la rivière Tekeze : vous serez dans un milieu très isolé.

► Vous apprécierez

• La traversée intégrale du Simiens
• La visite des châteaux de Gondar et des églises rupestres de Lalibela
• Un grand trek hors des sentiers battus
 

► Infos pratiques

Grande traversée du Simiens à Lalibela
20 jours / 13 jours de marche
Niveau 4 : 6 heures et plus de marche par jour - Très bonne condition physique requise - Pratique régulière d'un sport d'endurance de 2 à 3 mois avant le départ
Altitude 4 : de 4000 à 5000 mètres
A partir de 3165 € TTC
Prochain départ le 20/11/2010
http://www.terdav.com/terdav/produit/fiche.asp?codeProduit=ETH004

 

► Programme

Jour 1 Vol Paris/Addis-Abeba.

Jour 2 Accueil à Addis-Abeba. Journée culturelle (musées, mercato, city tour, artisanat…).

Jour 3 Vol pour Gondar, visite des châteaux et des bains de Fassilidas. Hôtel.

Jour 4 Transfert en véhicule (3 heures) vers Debark puis vers Sankaber dans la Parc National du Simiens.
Randonnée d’acclimatation dans l’après-midi sur le bord de l’escarpement ponctué de points de vue et de rencontres avec des groupes de babouins gelada ou d’oréotragues. Nuit au refuge de Sankaber (3230 m) que l’on peut qualifier de local.

Jour 5 Rencontre matinale avec la première équipe de mûletiers avant de découvrir les balcons spectaculaires du nord-ouest du massif. Les "basses terres" s’étendent à perte de vue mille mètres plus bas. La descente vers la cascade et la vallée de Djimbar est particulièrement intéressante du point de vue naturaliste ; la rose d’Abyssinie et les babouins trônant au milieu de nombreuses espèces endémiques. La marche se poursuit à travers les cultures de tef jusqu’au village de Gich puis jusqu’au bivouac.

Jour 6 Montée parmi les prairies et les lobélies géantes vers l’Imet Gogo (3926m), sommet qui s’élance tel une proue au dessus des falaises que fréquentent les gipaètes barbus. Le point de vue est exceptionnel. En longeant les crêtes, il est possible d’observer des ibex, et pour les plus chanceux le loup d'Abyssinie. L’Inatye est le premier 4000 du trek atteint avant de descendre vers le campement de Chennek (3600m).

Jour 7 Départ matinal pour entreprendre l’ascension du Bwawit (4430m) qui offre de superbes panoramas ; puis au col du même nom ce sont des rencontres inoubliables avec des familles ou des caravanes muletières. La descente vers la rivière de Mesha, bordée par d’impressionnants euphorbes, permet de traverser des hameaux et villages de ces vallées isolées. Vous installez le campement à côté de l’église du village de Ambiko, au pied du Rash Dashen.

Jour 8 Départ au petit matin. L’ascension du plus haut sommet d’Ethiopie, le Rash Dashen, a quelque chose de magique. Les contreforts embellis de lobélies géantes sont fréquentés par de nombreux rapaces, puis la dernière partie s’effectue dans un univers minéral. De jeunes bergers aiment à jouer de la flûte dans ces lieux, et parfois la neige est de la partie et ajoute une touche irréelle …
La descente se fait par le versant sud, à la pente plus douce. Le patchwork des champs et pâturages s’étale devant nous jusqu’au bivouac près du village de Karabo.

Jour 9 Descente de la vallée de Temey. Les huttes rondes bordent des chemins ancestraux qui serpentent entre les cultures ; les travaux s’étalent au gré des saisons dans une atmosphère intemporelle ; les bosquets sacrés entourent les églises. Marche jusqu’au bivouac de Beyeda, installé sous les eucalyptus. Après-midi de récupération et de rencontres.

Jour 10 Un sentier en balcon nous mène au pied du piton rocheux du monastère de Debre Maryam. Nous quittons le massif du Simiens pour le bassin de la Téguézé. Cette descente s’effectue par un passage escarpé et techniquement difficile mais la beauté du lieu compense et justifie les efforts. Les dicks volcaniques témoignent de la puissance de l’érosion et le labyrinthe géant des terres basses, vu de l’escarpement, offre un paysage inoubliable. Après la descente des contreforts couverts d’arbres pluriséculaires, vous entrez sur les terres des Agaos et arrivez enfin au bivouac de la vallée de Tchana.

Jour 11 Vous faites connaissance avec la deuxième équipe de muletiers. Cette longue journée vous permet de pénétrer dans le labyrinthe de nombreuses vallées et pitons où l’érosion a créé de véritables sculptures et monuments naturels ; le socle de grès est mis à nu sous son couvercle de roche volcanique ; les orgues de basalte joue la symphonie ; le sol, jonché de cristaux, brille… Exploration d’un canyon dans la Temey avant de poursuivre vers le campement au bord de la rivière de Kemkerna.

Jour 12 Après le passage d’un col, vous rejoignez un plateau parcouru de petits oueds. Cette ambiance minérale valorisent les vieux arbres épars : ficus, acacias ou baobabs qui abritent de nombreuses espèces d’oiseaux endémiques. Déjeuner au campement de la verdoyante vallée de Mesha, où les troupeaux de zébus et de chèvres se regroupent. Après-midi de repos ou d’exploration du canyon en amont. Bivouac de Mesha.

Jour 13 Marche vers un point d’eau où se regroupent les arbres, les bêtes et les hommes. Les gens qui gardent les troupeaux ou viennent chercher de l’eau sont curieux, et vous vous observez mutuellement. Vous rejoignez enfin la vallée de la Téguézé, la "Terrible", qui fait le tour du Simiens, draine presque toutes ses eaux, et les offre au Nil et à la Méditerranée… la descente se fait par un sentier qui défie des roches de toutes les couleurs. Vous atteignez 1000 mètres, le point le plus bas de ce trekking, où vous installez votre bivouac sur les berges du fleuve.

Jour 14 La traversée de la Téguézé est un moment intense, l’eau peut monter jusqu’au genoux. Vous remontez ensuite le fleuve par un chemin qui passe près d’un monastère troglodytique. Des pèlerins ou des moines se regroupent près d’un baobab à palabres, les crocodiles se chauffent sur les berges ou restent à l’affût entre deux eaux. Vous vous enfonçez ensuite dans les gorges d’un affluent puis rejoignez par des pistes le bourg de Tesska. Retrouvailles avec des boissons fraîches et bivouac sur une terrasse.

Jour 15 Une piste puis un canyon vous mènent jusqu’au village de Lelabayoris. Après un pique-nique aux sources de Lelabayoris, vous montez vers le plateau du Wollo. Vous retrouvez une région fertile et, selon la saison, les labours, les semailles, les épis, les moissons… L’injera, base de l’alimentation des haut-plateaux d’Abyssinie et la Tella, la bière locale, vous sont offerts par les villageois. Vous rejoignez le village de Siraïl près duquel le campement est installé.

Jour 16 Vous allez vers l’Eglise de Saint-Mikael par les chemins des champs. En plus des cultures de céréales comme le blé, le sorgho et le tef, vous découvrez également les lentilles et le petit chardon rouge… De fond de vallées en crêtes, de col en col, vous revenez doucement à la civilisation, en l’occurrence la ville de Sekota, petite capitale régionale. Vous rejoignez le bivouac près de la rivière de Weleh.

Jour 17 Après l’église de Wale Maryam, vous longez un canal d’irrigation puis suivez un itinéraire vallonné. De petits hameaux dominent des éperons rocheux, d’autres se cachent dans des trous de verdure. Vous montez vers le col au pied de la montagne de Bella avant de descendre vers le village d’Asketema que vous traversez pour rejoindre votre dernier bivouac, au bord d’une rivière, sous des arbres centenaires.

Jour 18 Transfert en véhicule à Lallibela (environ 3 heures), ville sainte des chrétiens éthiopiens. Visite des célèbres églises monolithiques, classées au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Jour 19 Vol pour Addis Ababa. Selon l’horaire du vol, temps libre à Lalibella ou Addis. En début de soirée, transfert à l'aéroport et vol pour Paris.

Jour 20 Arrivée à Paris.

 

audrey

Audrey
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 3648
     > Classement des I-Trekkeurs
Audrey, graphiste et photographe, je suis passionnée de voyages et d'art !