Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Actualités randonnées, trekkings et équipement du randonneur/Voyage chromatique intense au Costa Rica

Voyage chromatique intense au Costa Rica

Rédigé le 31/05/2011 - Lu 2540 fois

Baigné à la fois par l’océan Pacifique et la mer des Caraïbes, ce pays peu connu, paradis écologique, offre les dernières grandes réserves naturelles de la planète, une jungle tropicale luxuriante et des volcans impétueux. Ici les nombreux parcs nationaux s’emparent de richesses biologiques peuplées de centaines d’espèces d’oiseaux et de refuges animaliers…


 

 

• Ce voyage est jalonné de balades faciles et d'observations naturalistes qui vous feront découvrir forêts prodigieuses de sensualité et canopée. Celles aux feuilles humides, grasses, épaisses, odorantes, aux fleurs et formes géantes, ces forêts que l’on apprivoise du dessous mais aussi du dessus et lentement.

• Cette aventure majoritairement pédestre, programmée à 4 km à l’heure, permet de jeter un œil à l’intérieur de volcans encore actifs, et de laisser l’autre ouvert sur un cône rougeoyant.

• L’itinéraire s’offre les sites naturels les plus prestigieux du pays, comme le Monteverde, la région des gauchos dans le Guanacaste, les volcans Arena, Poas, Rincon de la Vieja et d'autres lieux plus secrets et tout aussi passionnants, royaumes peuplés d’étonnants animaux, insectes ou oiseaux rigolos. 

• Vous allez observer de minuscules grenouilles, celle réputée fort toxique nommée " blue jeans " qui semble avoir enfilé un pantalon étriqué avec un débardeur coquelicot et que les indiens utilisaient pour empoisonner leurs flèches ou celle tout aussi redoutable aux yeux grenadine dans sa robe jade aux mains gantées de safran. La grenouille de verre, si transparente que l'on voit ses organes, ou encore le sapo borracho, littéralement le “ crapaud bourré ”, qui sort rarement pour pousser un redoutable cri d'amour qui ne laisse aucun doute sur l'origine de son nom.

• Pour des mammifères à la personnalité singulière, vous pourrez voir le tapir, ce plus gros mammifère d'Amérique tropicale affiche 300 kilos et la beauté étrange d'un éléphant à courte trompe avec de petites oreilles et est capable d'évoluer avec la discrétion la plus totale sur ses pattes à trois doigts, le coati avec une tête de chien sur un corps de singe se déplace en bande à la queue-leu-leu sur les arbres et au sol, le tatou toujours affairé, bruyant et miraud au point de heurter vos pieds si vous êtes immobile, le fourmilier, genre petit ours vêtu d'un élégant gilet noir et orange, crochets au bout des pattes susceptible de tirer une langue interminable de son museau en entonnoir, le paresseux, animal très bien adapté à la vie arboricole, arrimé de ses deux ou trois doigts selon l'espèce), qui vit la tête en bas, le sens du poil à l'envers et vert, le pécari, sorte de petit sanglier, se détecte plus à l'odeur qu'à la vue, redouté ou redoutable, il vit en grandes meutes sans craindre grand chose, sauf les hommes, à qui il montre les dents. Quant au kinkajou, ce petit fantôme de la forêt pousse son cri la nuit, mange des fruits alors qu’il est carnivore peut laisser apercevoir ses grands yeux à la lumière des frontales .

• Pour rire aussi, du côté des singes visibles, bien nommé le singe hurleur, ce Pavarotti des forêts à tendance rugissante donne concert tous les jours à l'aube, le singe araignée ou atèle, acrobate de haut vol du genre susceptible peut brandir le bâton pour mettre en déroute ces admirateurs, ou bien encore le capucin à tête blanche, cet ecclésiaste intelligent capable d'utiliser des outils à l'égal des primates plus"évolués" !

• Pour un vrai délire, il faut se pencher vers les insectes puisqu’on dénombre plus de 500 000 espèces au Costa Rica. Entre les fourmis parasols, capables de découper toutes les feuilles d'un arbre respectable en une nuit, les fourmis soldats, insecticide irrésistible et bruyant, qui nettoient les forêts, et les habitations en opérant en colonnes militaires pour capturer tout ce qui traîne au sol inférieur à la taille d'un scorpion, le morpho, ce grand papillon bleu métallisé qui ondule négligemment dans l'air mais disparaît au regard dès qu’il se pose en repliant ses ailes, l'esperanza, cette sauterelle imite à la perfection une feuille posée à terre ou bien le chapulin qu’il convient de traduire “ tracteur ” en français, énorme cricket mesurant jusqu'à 25 cm

• 850 espèces d’oiseaux recensés, très faciles à voir dans un territoire à peine plus grand que la Belgique comme le motmot, très coloré avec une queue en forme de raquette de tennis, les oiseaux fourmis, insectivores forestiers et paresseux qui escortent les fourmis soldats pour capturer tout ce qui dépasse, ou bien les toucans surnommés ici les " bananes volantes " aux couleurs et à l’allure très spectaculaires dans leur vol un peu déséquilibré par le poids de leur bec, au demeurant creux et très léger, ou bien encore l'oropendole, cet oiseau massif brun au bec noir, orange, bleu qui construit des nids tissés en forme de longues chaussettes qui pendent des arbres ou le toledo en calotte rouge, robe noire et bleu céleste avec deux longs filets du plus bel effet capable d'énoncer 5 000 fois par jour les syllabes magiques de son nom : to-le-do ! And last but not least, le quetzal dans son vol onduleux avec ses longues plumes vert iridescent (pour le mâle en saison amoureuse), symbole des rois Aztèques, qui vit en altitude, n'aime pas être dérangé, et ne chante qu'en présence de son avocat ! Il migre en fonction de la maturité de son fruit favori, l'avocatillo. Il suffit donc d'identifier l'arbre pour voir l'oiseau !

• A la richesse envoûtante de ces beautés naturelles, il faut ajouter la gentillesse et la chaleur des habitants, les Ticos pour succomber au charme de ce voyage "pleine nature".

 

Les points forts :

- Les plus beaux sites, des trois volcans actifs aux deux océans.
- Des modes de transport adaptés pour découvrir au mieux le pays : randonnée, skywalk, et mini bus privatisé

- L'encadrement par un guide naturaliste, spécialiste en ornithologie et botanique.
- L'observation nocturne de l'Arenal en éruption.

 

Départ quasiment toute l’année sauf janvier, mai, juin, à partir de 2295 € tout compris / 15 jours* en hôtel, lodge, ferme-auberge, avec guide francophone naturaliste

 

> www.labalaguere.com

> Qui est La Balaguère ?

> Tous les treks La Balaguère

 

 

audrey

Audrey
Administrateur
Envoyer un mail
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 3648
     > Classement des I-Trekkeurs
Audrey, graphiste et photographe, je suis passionnée de voyages et d'art !