Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Actualités randonnées, trekkings et équipement du randonneur/Le blocus de l'essence ralentit la reconstruction du Népal après le séisme

Le blocus de l'essence ralentit la reconstruction du Népal après le séisme

Rédigé le 21/12/2015 - Lu 3905 fois

Le 25 avril 2015, un premier séisme de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter frappait le Népal suivi d’un second le lendemain et d’un autre le 12 mai pour ne parler que des phénomènes les plus importants.

De retour de 15 jours de trek au Népal, j’ai pu constater que les Annapurna et la région de Katmandou sont tout à fait ouvertes au tourisme et aux trekkeurs. Les Annapurna n’ont pas été touchés par le séisme et la vallée de Katmandou tente bien que mal de se reconstruire.

Une maison en cours de reconstruction dans le village de Bhirkot

Le blocus de l'essence ralentit la reconstruction

A peine arrivé à Katmandou, je constate que les voitures sont bien moins nombreuses que d’habitude. « C’est à cause du blocus » m’explique Saila, guide chez Allibert Trekking. Le prix de l’essence a plus que triplé passant à 350 roupies le litre au marché noir (toutes les pompes à essence sont fermées), le prix du gaz a été multiplié par 4 et l’huile domestique par 3. La faute à qui ? On entend un peu vite que c’est l’Inde qui fait le blocus. C’est un peu plus compliqué que cela selon mes informations.

Après la fin de la guerre avec les maoïstes, le projet d’une nouvelle constitution était à l’étude sans pouvoir être amendée. Le 21 septembre 2015, le pays adopte sa première constitution démocratique, qui instaure une république divisée en sept provinces fédérales. Le découpage n’est pas au goût de tous. Particulièrement mécontents, les populations du Teraï le long de la frontière avec l’Inde, en particulier les communautés Tharu et Madhesi, se voient scindées et perdre proportionnellement du poids sur le plan politique. Il y a déjà eu plus de 40 morts.

L’essence n’entre plus au Népal alors que l’Inde fournissait la totalité du carburant au Népal. Le blocus réalisé par les populations du Teraï, avec l’aide officieuse de l’Inde, ralentit la reconstruction des villages dévastés par le séisme. Au regard du coût des transports, peu d’aide arrive dans les villages.

Plus d’informations sur le blocus (en anglais)

Chandra Bahadur Khatri, 72 ans, devant sa maison détruite

Le point sur la reconstruction : l’exemple du village de Bhirkot

Bhirkot est un petit village Tamang perché à 6 kilomètres à l’ouest de Katmandou. 35 familles y vivent. Le 26 avril 2015, toutes les maisons ont été détruites. Heureusement, aucun mort n’a été à déplorer parmi les villageois même si beaucoup d’animaux ont péri par l’effondrement des maisons.

« Chaque maison a reçu une aide de 15 000 roupies par l’Etat » me confie Ujjul Tamang, le maire du village, soit environ 140 €. L’Etat vient d’accorder une aide supplémentaire de 2000 € au 500 000 familles reconnues comme sinistrées. Une déclaration qui doit encore se confirmer par les actes. Les villageois de Bhirkot devraient en bénéficier aussi mais cela reste toujours insuffisant pour reconstruire une maison en pierre dont le coût est estimé à 1120000 roupies.

Aujourd’hui, toutes les familles de Bhirkot ont un toit. Mais elles n’ont pas reconstruit leur maison. Elles dorment sous des tôles. Alors pour pallier au plus urgent, Allibert Trekking et l’association Regards sur l’Himalaya ont offert 70 couvertures au village, deux par familles. Pas de quoi reconstruire une maison mais au moins les habitants pourront se tenir au chaud pendant l’hiver.

Distribution de couvertures pour les villageois de Bhirkot

Les actions d’Allibert Trekking au Népal

Allibert Trekking, via son association Globetrekkeurs, a récolté 69 800 € de dons qu’elle a reversé à la fondation Pasang Lhamu au Népal.

26 000 € ont été affectés à une aide d’urgence après le séisme : nourriture, lampes solaires, matelas et couvertures...

26 000 € ont été consacrés à la réparation des maisons et appartements.

17 800 € sont destinés à la remise en en état des nombreuses écoles ayant subi de lourds dégâts et à l’achat de fournitures scolaires.

Consulter le rapport complet

Peut-on trekker au Népal ?

95% des sentiers du Népal sont actuellement ouverts. Seules les régions du Manaslu et du Langtang n'étaient plus fréquentées par les agences de trekking. Didier Mille, responsable de la destination Asie chez Allibert Trekking m'a confirmé que tous les itinéraires au Népal étaient maintenus, y compris dans le Manaslu où le trek pourra être réalisé en tente si la reconstruction des lodges prend plus de temps que prévu. Les circuits dans la région du Langtang réouvriront chez Allibert à l'automne 2016.

Le Népal a reçu en 2015 50% de trekkeurs en moins par rapport à l'année 2014. Les équipes locales n'ont quasiment pas travaillé au cours de l'année. Ne laissons pas tomber les Népalais. La photo qui suit a été prise il y 10 jours à Mohare Danda dans les Annapurna. J'espère qu'elle vous donnera envie de trekker au Népal en 2016. Nous, il se pourrait bien qu'on y retourne...

Lever de soleil sur les Annapurna depuis Mohare Danda

itrekkings

Grégory Rohart
Administrateur
Envoyer un mail
Grégory Rohart Photographies
Summits année : 968 | Summits mois : 0 | Summits total : 10252
     > Classement des I-Trekkeurs
Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences f...
 


Articles de l'univers Voyage

Sanctuaire des Annapurnas
Carnet d’un trekking de 7 jours menant au Camp de base de l’Annapurna au cœur du sanctuaire des Annapurnas, véritables chapelets de sommets enneigés de 6000 à 8...

Trekking de l'Helambu et du Langtang
Carnet d'un trekking au Népal d’une quinzaine de jours dans la région de l’Hélambu et du Langtang, riche en cultures en terrasse et en villages d'ethnies différ...

Mustang : à pied au royaume interdit
Carnet d’un trekking de 15 jours au Mustang dans le nord du Népal à la frontière du Tibet. Longtemps interdit aux étrangers, le Mustang s’ouvre peu à peu aux vo...

Camp de base de l'Everest
Fin mars 2004, je suis parti à destination du Népal pour un mois, afin d'y effectuer mon trek. J'ai fait l'ascension de l'Everest jusqu'à son Camp de Base à 538...

Tour du Manaslu
Trekking de 13 jours chez l’habitant et en lodge sur le Tour du Manaslu, incontestablement l’un des plus beaux treks du Népal. Depuis le village de Baluwa, nous...

Langtang, Gosainkund et Helambu
Carnet d'un trekking de deux semaines dans les régions du Langtang et d'Helambu que nous joignons par les lacs sacrés de Gosainkund, lieu de pèlerinage hindou. ...