Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Actualités randonnées, trekkings et équipement du randonneur/Les bassesses de Pékin pour discréditer Rebiya Kadeer, la dissidente ouïgoure

Les bassesses de Pékin pour discréditer Rebiya Kadeer, la dissidente ouïgoure

Rédigé le 08/08/2009 - Lu 1402 fois

 Le Monde publie aujourd'hui un article extrêmement intéressant sur la manière dont les autorités chinoises organisent une campagne de dénigrement à l'encontre de Rebiya Kadeer, une dissidente ouïgoure exilée aux Etats-Unis depuis sa libération des geôles chinoises.

Les Ouïgours sont musulmans. Ils constituent l'ethnie majoritaire de l'immense état du Xinjiang, à l'extrême nord-ouest de la Chine, un fabuleux territoire de trek également appellé "turkestan oriental". Si le combat des tibétains pour la préservation de leur autonomie et de leur culture est très médiatisé, celui des Ouïgours, bien que méconnu, est néanmoins farouche depuis des décennies.

••• Extraits de l'article "Pékin veut discréditer Rebiya Kadeer, la dissidente ouïgoure", de Brice Pedroletti :
« Acusée par la Chine d'avoir fomenté les émeutes du 5 juillet à Urumqi, qui ont fait officiellement 197 morts, Rebiya Kadeer, la dissidente ouïgoure exilée aux Etats-Unis depuis sa libération des geôles chinoises en 2005, est l'objet d'une campagne de dénigrement menée dans la presse officielle par... sa propre famille.

Les accusations sont cousues de fil blanc : "(depuis ton départ) tu ne sais pas combien le Xinjiang a changé. Les gens vivent bien ici. Il n'y a pas de différence entre les groupes ethniques (...) C'est plein de millionnaires ouïgours et les gratte-ciel sont innombrables à Urumqi, et les Ouïgours bénéficient de nombreuses politiques préférentielles du gouvernement", peut-on lire dans la lettre écrite par deux de ses enfants, Kahar, un exploitant agricole, et Rushangul, une enseignante. Ceux-ci apparaissent en bonne santé dans les interviews télévisées, où ils présentent leurs excuses aux familles des victimes.

[...]

Mme Kadeer, qui est à Melbourne (Australie) pour la projection, samedi 8 août, d'un documentaire dont elle est le sujet, 10 Conditions of Love, a dénoncé "la torture psychologique" à laquelle devaient être soumis ses proches. "Quand j'étais en prison, j'ai été moi-même obligée de dire des choses face à la caméra contre mon gré, qui ont été utilisées sur un site internet. Ça ne me surprend pas du tout", a-t-elle dit. »

 

En savoir plus
Pour lire l'article du Monde en entier, cliquez ici.

Photo : Rebiya Kadeer et le Dalaï Lama 


 

 

clems

Clément Racineux
Membre
Envoyer un mail
www.clement-racineux.net
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs