Rechercher  |   Forum  |   Annuaire  |   Newsletter  |   Plan du site  |
Vous êtes ici >> Accueil/Actualités randonnées, trekkings et équipement du randonneur/L'Inde durcit son bras-de-fer avec les maoïstes

L'Inde durcit son bras-de-fer avec les maoïstes

Rédigé le 17/10/2009 - Lu 1920 fois

Le gouvernement indien fait pression sur les rebelles maoïstes, les mettant en garde contre une vaste offensive de l'armée après la multiplication de leurs exactions ces derniers mois et, pour la première fois, la décapitation d'un policier.

Le ministre indien de l'Intérieur, P. Chidambaram, a déclaré mercredi que les maoïstes devaient "prendre le chemin de la démocratie et du dialogue" sous peine d'une opération militaire d'envergure. "Aussi longtemps qu'ils ne renonceront pas à la violence, ils seront confrontés aux forces armées. Il y aura des réponses. Cette violence est tout simplement inacceptable dans une démocratie", a-t-il poursuivi.

Selon le quotidien Hindustan Times, une offensive pourrait avoir lieu après le 17 octobre, date de la fête de Diwali (fête des lumières) célébrée dans tout le pays.

Vingt des 29 Etats indiens sont confrontés depuis 1967 à des poches de rébellions maoïstes. Au total, 165 des 600 départements du pays seraient, à des degrés divers, sous l'influence de ces 10.000 à 20.000 guérilleros d'extrême gauche que les Indiens appellent les "naxalites" ou les "terroristes rouges". Leurs actions, de plus en plus violentes, ont franchi un degré supplémentaire avec la découverte d'un policier décapité par des rebelles présumés dans l'Etat du Jharkhand (est), la semaine dernière. 17 policiers avaient ensuite été tués dans une attaque maoïste au Maharashtra, quelques jours plus tard.

Les principaux quotidiens indiens faisaient leur Une avec la décapitation, comparée dans The Times Of India à une "exécution sur le modèle taliban".

Les maoïstes affirment mener la lutte armée contre de grands propriétaires terriens et les sociétés minières, pour la défense des paysans sans terre et des tribus dans des Etats indiens où la puissance publique (éducation, santé, infrastrustures) est quasiment inexistante. Mais les autorités les accusent d'intimidation et d'extorsion de fonds pour prendre le contrôle de villages reculés. La semaine dernière, seize personnes ont été tuées au cours de l'attaque d'un village par des maoïstes dans l'Etat du Bihar (est), après un différend sur la propriété de terres agricoles.

Mi-septembre, le Premier ministre indien, Manmohan Singh, a reconnu que le pays n'arrivait pas à juguler l'insurrection des maoïstes et que les rebelles représentaient la plus grande menace pour la sécurité du pays. Le Parti communiste de l'Inde-Maoïste (PCI-Maoïste), né en 2004 de la fusion de deux organisations clandestines, est classé parmi les organisations terroristes par News Delhi.

Environ 800 personnes ont trouvé la mort en 2007 dans des violences liées aux maoïstes et l'on compte déjà 580 morts cette année.

 

Image © AFP

clems

Clément Racineux
Membre
Envoyer un mail
www.clement-racineux.net
Summits année : 0 | Summits mois : 0 | Summits total : 0
     > Classement des I-Trekkeurs