12 applications GPS pour randonner

12 applications GPS pour randonner pour ne plus se perdre en montagne. 9 critères d'évaluation sont passées au crible : UX, routage, cartographie, navigation...
Posté le :


4.9
(845)

On pourrait écrire un livre entier tant il y a de choses à dire sur les applications smartphones pour l’outdoor. Dans cet article, je présente, évalue et compare 10 applications GPS pour randonner selon 9 critères.

Ma pratique outdoor est très fréquente, je sors en pleine nature pratiquement toutes les semaines, souvent plusieurs fois. En hiver, je pratique essentiellement le splitboard pendant les weekends et le trail en semaine, alors que l’été je fais beaucoup de vélo en bikepacking, de VTT, de randonnée, de plongée, et aussi un peu de paddle et d’alpinisme. Pour la majorité de ces activités, j’utilise donc des applications GPS qui me permettent soit de m’orienter sur le terrain, soit d’enregistrer ma trace. Après un test de nombre de ces applications dans la pratique de la randonnée en toutes saisons, voici ce que je pense de chacune d’entre elles.

Vous trouverez dans cet article mon avis sur 10 applications que j’ai choisies de classer en deux catégories :

  • Les applications communautaires, c’est-à-dire celles qui sont liées à une communauté qui propose des idées de randonnées, avec la possibilité d’un partage des activités auprès de cette communauté ou sur d’autres réseaux sociaux plus classiques.
  • Les applications pure cartographie, qui ne permettent pas de trouver des traces directement dans l’application.

Les critères d’évaluation des applications GPS

J’ai évalué, arbitrairement, les applications selon les critères suivants :

  1. UX : Expérience utilisateur en fonction de la clarté de l’interface, de son ergonomie et son design, de l’accessibilité claire et simple aux différentes fonctions, de la facilité d’utilisation de l’app, de la compréhension des fonctions en standard et celles avec abonnement.
  2. Cartographie : Cartes disponibles en standard en ligne et hors ligne, ainsi que celles disponibles gratuitement, en achat unique, ou par abonnement.
    Les cartes OSM (OpenStreetMap), OTM (OpenTopoMap), ou OCM (OpenCycleMap) sont des cartes relativement simples à lire, souvent suffisantes, mais pouvant manquer de précision pour sortir des sentiers battus. Les falaises ou rochers n’y sont que peu voire pas notés et les courbes de niveaux ne sont pas précises. Ces cartes couvrent le monde entier et sont souvent celles fournies en standard. Attention toutefois ces cartes peuvent avoir une précision et un design différents en fonction des applications.
    Les cartes topographiques (type IGN, Swisstopo, etc.) sont beaucoup plus précises, mais elles sont différentes pour chaque pays, et il n’en existe pas pour tous les pays. Elles sont la plupart du temps disponibles en abonnement payant.
  3. Gestion des traces : Arborescence, classement des activités (traces) / itinéraires planifiés (routes). Import des GPX dans l’application, ainsi que leur export ou leur partage.
  4. Routage : Possibilité et manière de tracer un itinéraire dans l’application.
  5. Édition de trace : Possibilité de modifier une trace, et comment.
  6. Navigation : Guidage, manière de transmettre les directions à prendre en temps réel.
  7. Fonctions intégrées : Fonctions intégrées en standard et celles avec abonnement ou en pack en paiement unique.
  8. Communauté : Possibilité d’avoir un réseau social, et de trouver des idées de randonnées avec leur trace associée.
  9. Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Les fonctions en standard permettent-elles de profiter de l’application ? Qu’apporte un abonnement et où se place son tarif face à la concurrence ?

I. Les applications communautaires

1. OutdoorActive (iOS / Android)

L’application OutdoorActive (fusionnée avec ViewRanger depuis février 2022) est une des applications de randonnée des plus complètes. La communauté est active et de nombreuses idées de randonnées y sont proposées. Les cartes sont diversifiées, et des fonctionnalités comme l’accès aux webcams sont intéressantes. Enfin, le site web est très bien fait pour travailler sur grand écran, et l’application peut être liée à de nombreuses montres de sport, l’application Apple Watch est très bien faite.

UX : Il est très difficile de proposer une application extrêmement complète tout en ayant une ergonomie de qualité, et OutdoorActive ne déroge pas à la règle. Certaines parties de l’application sont confuses et il y a tellement de possibilités qu’il est difficile de se l’approprier. Elle demande d’y passer du temps.

Cartographie : Seule la carte OSM est fournie en standard. Par contre, de nombreuses autres cartes OSM et topographiques viendront avec les abonnements Pro ou Pro+ ; ainsi que des couches supplémentaires mais, dommage, ces dernières ne sont applicables que sur la carte OSM standard.

Gestion des traces : Aucune arborescence ne permet un classement des traces ou des itinéraires planifiés, cela se fait dans des collections (abonnement Pro). Par contre, une recherche par filtre est disponible. L’import et l’export GPX sont hyper simples.

Routage : La fonction de création d’itinéraire est très bonne et très facile d’utilisation. Il suffit de choisir son activité et avec des appuis longs sur la carte pour le point de départ et les points de passage, la fonction routage automatique de l’application s’occupe du reste.

Édition de trace : Éditer une trace est très facile dans OutdoorActive, le principe est le même que pour le routage. On peut ajouter ou supprimer des points intermédiaires, et créer des liaisons. Il est aussi possible de raccourcir une trace effectuée si l’on a oublié d’arrêter l’enregistrement avant de repartir en voiture.

Navigation : L’application GPS notifie toutes les intersections par des flèches et vocalement (que l’on peut rendre muet). Ces indications de directions à prendre sont également notifiées sur les montres liées.

Fonctions intégrées : Hors abonnement, l’application pourra être testée mais manquera de fonctionnalités : seule la carte OSM standard est fournie, et OutdoorActive sera pourvue de publicités. Avec l’abonnement Pro à 29,99€/an, exit les publicités et les cartes fournies sont nombreuses ainsi que d’autres fonctionnalités intéressantes. Cet abonnement me semble indispensable pour profiter de l’application. Enfin, un abonnement Pro+ à 59,99€/an est également disponible et permet surtout d’avoir accès à des cartes spécialisées supplémentaires, mais pas indispensables.

Communauté : La communauté est bien active sur OutdoorActive, si bien que de nombreuses randonnées sont disponibles. Par contre, pas de possibilité de se créer un réseau d’amis ou de suivre certains sportifs.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Avec OutdoorActive, on n’aura pratiquement pas le choix : il faudra prendre un abonnement. Le Pro à 29,99€/an est largement suffisant pour profiter pleinement de la randonnée.

👍🏻 Fonction routage hyper facile à utiliser. Accès à de nombreuses webcams.

👎🏻 Abonnement payant quasi obligatoire. Ergonomie pas hyper simple, et l’application manque parfois de lisibilité. Couches par types d’activités disponibles que sur la carte OSM standard.

Plus d’infos sur OutdoorActive

2. Visorando (iOS / Android)

Ne vous fiez pas à l’icône des années 2000 de Visorando, l’application renferme une ergonomie et des fonctionnalités modernes. Visorando prend un peu la contre-partie d’autres applications en offrant des cartes avancées (cartes rando, vélo) généralement payantes, mais par contre certaines options comme le routage qui est généralement inclus est ici payant. Elle saura donc peut-être répondre de manière gratuite aux besoins de certains. Le site web, aussi au design un brin obsolète, fait bien le job. Aucun lien avec les montres de sport autre qu’une application Apple Watch de qualité moyenne.

UX : Une ergonomie atypique mais l’essentiel y est, et parfaitement accessible via un menu déroulant latéral. Ensuite chaque partie (Recherche de rando, Carte, Routage, etc.) a juste les boutons nécessaires pour être au plus simple.

Cartographie : On trouve en standard la carte OSM mais aussi les cartes OSM rando et OSM vélo gratuitement et téléchargeables en masse pour les avoir hors ligne. L’abonnement Club permet d’avoir les cartes topographiques de nombreux pays. Attention toutefois, en vue large c’est la carte OSM qui reste affichée même lorsqu’on sélectionne la carte IGN. Cette dernière ne s’affiche que pour les deux niveaux de zoom les plus proches.

Gestion des traces : L’arborescence est simple à gérer avec autant de répertoires que l’on souhaite, mais elle nécessite l’abonnement Club. Importer un GPX est hyper simple et gratuit, par contre pas d’export possible dans une autre application que dans Fichiers. Il faut donc exporter le GPX dans ses fichiers, puis ensuite le partager par mail ou autre.

Routage : La fonction routage n’est accessible qu’avec l’abonnement Club et elle ne route pas automatiquement. Bien que la fonctionnalité soit ergonomique, il faut néanmoins tracer point par point, ce qui rend l’opération assez longue.

Édition de trace : On ne peut qu’éditer les traces que l’on a importées. Donc pour éditer une trace qu’on a trouvée dans les suggestions, il faudra l’exporter puis l’importer. Ensuite, cela fonctionne comme la fonction de routage.

Navigation : Aucune indication de direction à prendre. Toutefois, l’application GPS Visorando indique lorsqu’on sort de la trace (donnée qui est aussi envoyée sur l’Apple Watch).

Fonctions intégrées : L’application contient les fonctions principales d’une application de randonnée, avec en plus la possibilité de suivi de position en temps réel.

Communauté : Chaque personne peut agrémenter la base de donnée de Visorando, et cette dernière est plutôt bien fournie. Par contre, pas de possibilité de se créer un réseau social ou de suivre des sportifs.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : En fonction de ses besoins, il peut être possible d’utiliser l’application sans abonnement. Sinon pour 5,99€/mois ou 24,99€/an, l’abonnement Club apportera cartes et fonctionnalités supplémentaires.

👍🏻 Cartes OSM enrichies fournies en standard sans abonnement. Abonnement mensuel possible, pratique pour les personnes qui ne randonnent qu’occasionnellement ou pour essayer.

👎🏻 Fonction routage avec abonnement alors qu’elle n’est même pas automatisée, ça n’apporte pas grand chose au final.

Plus d’infos sur Visorando

3. IGNrando’ (iOS / Android)

L’application IGNrando’ fonctionne en lien étroit avec son site web, notamment pour la communauté et donc pour les suggestions de randonnées. IGNrando’ est donc à mi-chemin entre une application communautaire et une application pure cartographie. Il est aussi possible de lier son compte IGNrando’ avec une autre application partenaire comme Iphigénie, iWalk, ou TwoNav. Aucun lien avec les montres de sport n’est possible.

UX : L’application est réduite aux fonctions principales, elle est donc très simple à lire et à utiliser. J’aime aussi particulièrement l’échelle de la carte affichée en continu, alors que d’autres applications ne l’affichent même pas pendant le zoom/dézoom.

Cartographie : En standard, une belle carte OSM est disponible ainsi que les cartes OCM et Plan IGN, sur lesquelles il est possible d’appliquer des filtres. Avec l’abonnement Carte IGN Liberté, les TOP 25 IGN ainsi que leur multi-échelles seront ajoutées, et elles seront téléchargeables.

Gestion des traces : L’import et l’export GPX sont très simples, et on peut les classer dans des répertoires.

Routage : La création d’une route est extrêmement simple, il suffit de donner un point de départ et d’arriver et l’application se charge de créer automatiquement l’itinéraire en fonction de l’activité choisie. On peut aussi insérer des points intermédiaires.

Édition de trace : Il n’est pas possible d’éditer une trace IGNrando’ que ce soit avec l’application ou sur le site web, il ne faut donc pas se tromper lors du routage.

Navigation : Aucune indication de direction, il faut suivre l’itinéraire en regardant la carte, mais il y a tout de même une alerte sonore et haptique lorsqu’on sort de la trace.

Fonctions intégrées : Au niveau des fonctions, on retrouve les fonctions basiques d’une application de randonnée telles l’enregistrement d’un parcours ou encore le partage de position. L’abonnement apportera les cartes IGN en supplément, les cartes hors ligne, et la fonction de routage.

Communauté : De nombreuses randonnées sont disponibles sur le site web d’IGNrando’, que l’on pourra synchroniser aisément avec l’application smartphone. Par contre, pas de possibilité de suivre en particulier l’activité d’un membre, mais on peut s’abonner à des communautés et suivre leurs parcours.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : L’abonnement Carte IGN Liberté au prix de 16,99€/an donne accès aux cartes IGN TOP25 et multi-échelles, avec la possibilité de les télécharger pour les avoir hors ligne. Ainsi, pour moins cher, IGNrando’ peut remplacer Iphigénie et son ergonomie plus qu’archaïque.

👍🏻 Ergonomie hyper simple, cartographie bien lisible avec l’essentiel rapidement accessible.

👎🏻 Devoir passer par le site pour l’accès à la communauté, ce qui en fait pour moi davantage une application GPS pure cartographie. Indicateur de téléchargement des cartes sans jauge.

Plus d’infos sur IGNRando’

4. Komoot (iOS / Android)

Komoot a à la base été créée pour la pratique du vélo, cette activité est d’ailleurs la plus détaillée dans l’application, et également subdivisée en différentes catégories de pratiques cyclistes. Mais grâce au succès rapide de l’application, d’autres activités outdoor se sont également développées si bien qu’on y trouve de très nombreuses traces et idées de randonnées. Komoot est également accessible depuis son site web qui permet de travailler sur grand écran en préparation à la maison, et l’application peut aussi être liée aux montres de sport connectées, avec une très bonne app Apple Watch.

UX : S’il y a 2 ou 3 détails qui pourraient être améliorés, l’ergonomie de Komoot est excellente. Pour ma part, c’est celle que je préfère. Tout est simple, facile à comprendre, et rapide d’accès.

Cartographie : Alors que la philosophie de Komoot est l’exploration, pourquoi ne pas proposer de cartes plus détaillées que les OSM ? La cartographie OSM de Komoot est belle et fluide, et avec l’abonnement on a accès à des cartes OSM spécifiques rando, vélo et VTT, mais il est dommage de ne pas pouvoir avoir de cartes topographiques comme les cartes IGN. Le téléchargement des cartes est payant en achat unique par ‘région’ à 3,99€ qui ne sont pas des régions mais des zones que je trouve petites pour leur tarif, multi-régions à 8,99€ qui sont toujours petites pour leur tarif, ou sinon le pack Monde à 29,99€ qui lui pour le coup est à moindre coût.

Gestion des traces : Pas de classement dans des répertoires dans Komoot, on retrouve seulement deux catégories : les tours effectués et ceux planifiés. Il est aussi possible avec l’abonnement de créer des Collections pour réunir ensemble plusieurs traces du même thème ou du même trip. Côté import / export de trace GPX, c’est un jeu d’enfant, et c’est inclus dans les fonctionnalités de base sans abonnement.

Routage : Le routage, que ce soit dans l’application ou sur le site web, est extrêmement simple. Il suffit de définir un point de départ et d’arrivée ainsi que le type d’activité et Komoot se charge du reste. Il est ensuite possible de facilement intégrer des points de passage afin de faire des détours ou de prendre un autre itinéraire que celui tracé par l’application GPS. Il est important de bien choisir l’activité lors du routage car Komoot ne choisira pas le même itinéraire en randonnée qu’en VTT par exemple. De plus, Komoot fournit de nombreuses informations telles le revêtement (bitume, gravier, etc.) ou la largeur (sentier, route, chemin, piste cyclable, etc.), un gros plus.

Édition de trace : Il est très simple de modifier une trace dans l’application, l’outil fonctionne de la même manière que le routage. Aussi, il est possible de raccourcir une trace effectuée au cas où on aurait oublier d’arrêter l’enregistrement avant de reprendre sa voiture par exemple.

Navigation : Les flèches des directions à prendre sont affichées en temps réel à l’avance avec notification de distance, et sont également transmises sur les montres connectées, très pratique. Un guidage vocal est aussi présent (on peut le désactiver).

Fonctions intégrées : L’application sans abonnement est déjà très complète et permet d’être très largement exploitée. Si on ne souhaite pas payer un abonnement, il est très intéressant d’acheter le pack Monde pour avoir les cartes OSM hors ligne partout dans le monde, c’est ce que j’avais fait avant de prendre un abonnement pour tester l’application en profondeur et ça me suffisait largement. Les fonctions Premium répondent à des besoins très spécifiques et on pourra très largement faire sans, mais contiennent notamment le live tracking, les cartes spécifiques par sport, ou encore les cartes hors ligne si on n’avait pas pris le pack monde.

Communauté : La communauté de Komoot est très étendue, et surtout elle n’est pas centrée sur la performance (pour ça Strava fait très bien le job) mais sur l’exploration. Plus on met des photos et des incontournables dans les traces et plus on gagne des points afin de devenir Expert ou Pionnier de sa région. Ainsi les traces des experts de régions sont excellentes, bien détaillées, illustrées et commentées, et on peut suivre leur activité.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Komoot est parfaitement utilisable sans abonnement, ou avec le pack Monde à 29,99€ une seule fois à vie, c’est top ! L’abonnement Komoot Premium est à 59,99€/an, ce qui est un des tarifs les plus élevés. Alors certes l’abonnement contient une assurance (qui aurait pu être dissociée afin de réduire la facture), et les autres fonctionnalités sont tellement spécifiques qu’on pourrait parfaitement s’en passer. Personnellement je ne me sers que des fonctions Collections et Multi-jours, et encore je pourrai me passer de cette dernière en passant du temps à découper moi-même la trace. Enfin, à ce prix, il aurait été bien de pouvoir avoir des cartes topographiques.

👍🏻 Komoot est personnellement mon application préférée, son design et son ergonomie sont léchés, elle dispose de nombreuses idées de randonnées et j’aime beaucoup l’idée de partager des incontournables pour agrémenter les traces de photos. Le côté communautaire basé sur l’exploration me plait beaucoup, contrairement aux applications basées sur la performance sportive. J’en profite au passage pour vous inviter à suivre mon compte 😉

👎🏻 Je trouve dommage qu’il n’y ait pas de cartographie plus détaillée comme les cartes IGN, également le manque de données tel le dénivelé positif effectué en temps réel pendant l’enregistrement d’une trace, voire de pouvoir choisir quelles données on souhaite afficher comme le font les montres de sport (Komoot devrait s’inspirer d’OutdoorActive ou de Visorando sur ce coup là).

Plus d’infos sur Komoot

5. FatMap (iOS / Android)

FatMap est surtout une application de sports d’hiver, mais la randonnée y est correctement représentée. Attention toutefois, les suggestions sont souvent de longues ou difficiles randos, peu d’entre elles sont des sorties à la journée ou pour débutant. La force de Fatmap se trouve dans sa visualisation des cartes en 3 dimensions, qui bizarrement se retrouvent plus fluides qu’en 2D. Un site web lié au compte est disponible, mais mis à part le grand écran il n’est pas plus pratique que l’application. Enfin, l’application peut être liée à certaines montres connectées.

UX : L’ergonomie est plutôt bonne malgré une application chargée, il faut quand même s’y habituer. Je regrette que l’écran ne fasse jamais la part belle à la carte, il y a toujours de nombreux icônes ou boutons de filtres qui viennent prendre de la place. D’autre part, il n’y a pas d’icône pour représenter les itinéraires sur la carte, seules les traces y sont visibles de manière un peu plus fluo que le reste.

Cartographie : Fatmap contient la cartographie la plus étendue de ce comparatif. Une seule carte, l’OSM, vient en standard mais on peut la visualiser en mode été ou hiver. Avec abonnement, les cartes topographiques sont extrêmement nombreuses et de multiples filtres peuvent y être appliqués. Il y a même un filtre personnalisable (selon altitude, degré de pente, et orientation).

Gestion des traces : L’import GPX n’est pas disponible depuis d’autres applications, donc pas possible d’ouvrir un GPX depuis un mail. Il faut le faire dans l’application en allant dans un cloud (les principaux clouds s’y trouvent) et cette option d’import n’est disponible qu’avec l’abonnement Explore. L’export GPX est quant à lui très simple à réaliser et disponible avec la version gratuite. Les itinéraires sont seulement séparés entre ceux réalisés et ceux en prévision. Les traces peuvent être organisées dans des ‘Guides’, terme Fatmap pour désigner les répertoires.

Routage : La fonction de routage est très bien faite, il suffit de toucher la carte aux points de départ, intermédiaires, et d’arrivée, et l’application se charge de créer le parcours automatiquement en fonction de l’activité choisie. Juste un bémol, encore une fois l’application est faite pour les pratiquants de haut niveau, par exemple les itinéraires VTT choisis par le routage automatique sont très costauds.

Édition de trace : Aucune possibilité d’éditer une trace avec Fatmap, pas même avec le site web.

Navigation : Aucune indication de direction à prendre, il faut suivre l’itinéraire sur la carte.

Fonctions intégrées : Pratiquement tout y est, mais n’est pas toujours pratique. Fatmap est une application très complète tant en terme de fonctions que de cartes disponibles. L’abonnement Explore permet d’avoir les cartes topographiques de nombreux pays, de nombreuses couches sur les cartes, le téléchargement des cartes, ainsi que de nombreuses données actualisées en temps réel telles la météo, ou le risque avalanche.

Communauté : De nombreuses randonnées sont disponibles dans l’application, mais la communauté étant constituée de sportifs aguerris, elles ne seront pas destinées aux débutants.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : La version sans abonnement permet de pouvoir déjà bien profiter de l’application et de sa 3D. Elle permet de se faire une bonne idée des fonctionnalités et de l’ergonomie. La version payante Explore à 29,99€/an apportera de nombreux outils et cartes supplémentaires, et fera de Fatmap une des applications de randonnées des plus complètes.

👍🏻 Application ultra fournie. Fluidité de la 3D.

👎🏻 Pas d’import possible depuis d’autres apps telles les applications de mail. Lenteur de la carte OSM global topo.

Plus d’infos sur Fatmap

6. Whympr (iOS / Android)

Whympr est une application avec de nombreux itinéraires de haute montagne (alpinisme, escalade, ski de randonnée) mais la randonnée y est aussi très représentée. Whympr se distingue par sa collaboration avec les meilleurs acteurs de la montagne, notamment avec le site web et la communauté Camp2Camp, et avec de nombreux professionnels de l’escalade, pour fournir à ses utilisateurs des topos de grande qualité. Également une collaboration avec la météo meteoblue, une référence dans la communauté montagnarde. Par contre, tout se passe dans l’application : pas de site web lié au compte de l’application pour travailler sur grand écran et aucun lien avec les montres de sport.

UX : L’application Whympr est superbement réalisée. Son design et son ergonomie donne envie de l’explorer et de sortir en montagne.

Cartographie : La carte OSM fournie en standard est agréable à utiliser. Avec l’abonnement, de nombreuses cartes topographiques viennent compléter l’application. Attention dans Whympr, les cartes IGN ne sont pas téléchargeables, et ne sont même pas utilisables en ligne en suivi de trace.

Gestion des traces : L’import GPX est très simple, par contre pas d’export possible depuis l’application. Le rangement des itinéraires est seulement séparé entre réalisés et à faire.

Routage : Fonction non disponible.

Édition de trace : Aucune édition de trace n’est possible avec Whympr.

Navigation : Aucune indication de direction à prendre, il faut suivre l’itinéraire en regardant la carte. Carte qui est réduite à la moitié de l’écran en suivi de trace.

Fonctions intégrées : Whympr est une application faite de partenariats. On retrouve donc des fonctionnalités très intéressantes comme les topos C2C ou les topos d’escalade, ou encore la météo et les bulletins avalanches, pratiquement toutes en version payante. Par contre, certaines fonctionnalités classiques comme le routage ou l’export GPX ne s’y trouve pas.

Communauté : Entre la communauté Whympr et celle de C2C, les idées de rando ne manquent pas ! Toutes les informations liées s’y trouvent et cela fait de Whympr un très bon outil de préparation de sortie.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : L’abonnement Premium pour 3 mois à 14,99€ ou pour une année à 24,99€. Cet abonnement Premium donne accès aux fonctionnalités d’enregistrement de trace, de téléchargement de cartes hors ligne (sauf IGN, et c’est bien dommage), ainsi qu’à de nombreuses données en temps réel.

SOLDES D'HIVER !

Il y a d’excellentes occasions de faire de bonnes affaires voire même de très bonnes affaires pendant cette période de soldes (11 janvier au 7 février 2023). Afin de ne pas céder aux tentations déraisonnables des soldes, voici quelques règles à suivre pour acheter responsable :

  • Acheter des produits et vêtements dont vous avez besoin
  • Acheter des produits et des vêtements qui durent
  • Préférer les marques qui s’engagent pour l’environnement
  • Préférer les produits et les vêtements qui favorisent les circuits courts de production (made in France, made in Europe)

Voici quelques offres de nos partenaires :

👍🏻 App ‘1% for the planet’. Abonnement court possible pour une utilisation occasionnelle ou un test de l’application en version complète.

👎🏻 Pas d’export GPX possible. Carte IGN non disponible hors ligne même avec abonnement.

En complément de ce retour, allez aussi lire notre article qui vous explique comment préparer vos sorties à ski de randonnée avec Whympr ?

Plus d’infos sur Whympr

7. VisuGPX (WebApp)

VisuGPX est une webapp et est donc disponible et identique quelque soit le navigateur web qu’il soit sur un ordinateur ou un smartphone.

UX : Lorsque comme moi vous avez été habitué à utiliser VisuGPX sur un ordinateur et que vous passez au smartphone, c’est un peu déroutant au début. Mais avec le temps on s’y fait. Mise à part 2 ou 3 défauts, globalement l’ergonomie est plutôt correct. Enfin, en mode Carte le menu disparait pour laisser la carte pleine page et il faut aller dans les paramètres pour quitter la carte et revenir sur la homepage.

Cartographie : Sans abonnement, on a droit aux cartes OSM et OTM, et IGN plan, IGN Sat, et ESRI. La OTM étant relativement lente au chargement. En souscrivant à l’abonnement Premium, les filtres rando et vélo pourront être utilisés, et les cartes topographiques IGN TOP25 et multi-échelles seront disponibles, ainsi que celles de nombreux autres pays. Enfin, l’abonnement Premium IGN permet de pouvoir avoir les cartes IGN hors ligne.

Gestion des traces : Il est possible en créant un compte, même gratuit de créer autant de répertoire qu’on souhaite pour organiser ses traces. Il est aussi possible d’ajouter des hashtags aux traces pour ensuite les retrouver plus facilement en recherchant par mot-clé. L’export et l’import GPX sont très faciles dès lors qu’on a accès à un cloud.

Routage : Sans abonnement, VisuGPX propose seulement un outil de routage point par point. Par contre, l’abonnement Premium donne accès à une fonction de routage automatique d’excellent qualité, dont on peut même choisir l’organisme de routage. D’autre part, des fonctionnalités avancés telles que les cartes des pentes, les cartes de chaleur ou encore les types de revêtements sont disponibles et très pratiques.

Édition de trace : L’outil d’édition de trace fonctionne exactement comme le routage. Les fonctionnalités d’édition sont nombreuses.

Navigation : Aucune notification de direction, il faut suivre la trace sur la carte. Aussi, VisuGPX ne permet pas d’enregistrer sa trace.

Fonctions intégrées : Les outils classiques de création et d’édition sont fournis en standard. Un abonnement Premium apporte surtout la fonction de routage automatique, en plus d’une cartographie plus étoffée.

Communauté : Si la communauté de VisuGPX n’est pas aussi étendue que celle d’autres applications, elle est néanmoins plutôt bonne. Par contre, elle est répartie en deux parties sur le site, on trouve des idées de randonnées dans la bibliothèque de traces mais aussi dans les topos de la communauté. Cette division est finalement peu pratique.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Pour 12€/an, l’abonnement Premium sera une très bonne option pour un outil de préparation d’itinéraire. En itinérance, si l’on souhaite avoir les cartes IGN hors ligne, il faudra se tourner vers l’abonnement Premium IGN à 25€/an.

👍🏻 Interface identique quelque soit le support. Fonction routage automatique très perfectionnée.

👎🏻 Pas de filtre drone. Ergonomie moyenne.

Plus d’info sur VisuGPX

8. Decathlon Outdoor  (iOS / Android)

L’application Decathlon Outdoor réalisée par l’enseigne Decathlon est l’une des dernières arrivées sur le marché des apps. Entièrement gratuite, elle regroupe plus de 25 000 balades en France. Elle se veut très simple à utiliser, trop peut-être pour certains pratiquants outdoor experts. Elle conviendra parfaitement aux randonneurs débutants. Decathlon Outdoor dispose aussi d’un site internet qui vient parfois combler des fonctionnalités inexistantes dans l’application mobile.

UX : Decathlon Outdoor est une application extrêmement simple à utiliser. Son ergonomie se divise en quatre onglets : l’exploration pour trouver son itinéraire de randonnée parmi plus de 25 000 possibilités, les randonnées mises en favori et dont la trace a été chargée pour utiliser la navigation, la création d’une trace gps et le profil. Dommage qu’il faille se rendre sur le site web pour ajouter un avatar ou importer une trace GPS. L’application donne aussi des informations naturalistes ou culturelles le long des parcours avec un petit quizz. Un bouton d’urgence permet de contacter les secours très rapidement.

Cartographie : Elle est très limitée puisqu’on ne trouve que les cartes OSM. On aurait apprécié trouver également des cartes OTM ou OCM voire même des cartes topographiques (type IGN, Swisstopo, etc.) en version premium.

Gestion des traces : Les traces GPS peuvent être mises en favori afin de les retrouver facilement avant de partir en randonnée. Des filtres permettent de trouver facilement un parcours adapté à soi. On peut trier par activités, difficulté et durée tout en définissant une zone géographique à l’aide de la carte. Il est nécessaire de charger la trace sur son smartphone pour pouvoir démarrer le mode navigation et partir en rando, ce qui permet d’utiliser l’application même sans réseau. Il n’est par contre pas possible d’importer des traces GPS depuis l’application. Cela est par contre possible depuis le site web. Depuis l’application, on peut enregistrer une trace. Pas d’export possible des traces GPS.

Routage : Cette fonctionnalité pour tracer un itinéraire dans l’application n’est pas disponible.

Édition de trace : Fonctionnalité non disponible.

Navigation : La navigation guide le randonneur de façon visuelle et vocale (peut-être désactivé dans les paramètres). Des alertes sont envoyées selon le souhait de l’utilisateur de 0 à 100 m (peut aussi être désactivées).

Fonctions intégrées : L’application est entièrement gratuite. Il n’existe pas de version premium. Elle permet de partir en balade en France. Les fonctionnalités de base y sont : trouver un itinéraire et le réaliser facilement grâce à la navigation.

Communauté : Malgré son arrivée récente, l’application Decathlon Outdoor dispose déjà de plus de 25 000 traces GPS de balades en France, à pied, à vélo et en raquettes. Plus on fait de balades, plus on gagne des points sur son compte. Points que l’on pourra utiliser ultérieurement en les convertissant en carte cadeau Decathlon ou auprès de partenaires de l’enseigne.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Le prix est imbattable puisque tout est gratuit. Mais on ne retrouve pas les fonctionnalités des applications payantes. On aimerait voir dans le futur plus de possibilité pour gérer les traces, permettre l’export des traces GPS ainsi que voir l’arrivée du routage pour préparer ses sorties. Côté cartographie, avoir d’autres cartes à disposition seraient un plus.

👍🏻 Decathlon Outdoor est une application 100% gratuite et très simple à utiliser. Elle dispose d’un catalogue de balades déjà bien fourni pour la France. Excellente idée que de permettre aux pratiquants de gagner des points sur son compte. L’application conviendra parfaitement aux pratiquants cherchant à partir en randonnée en France à la journée ainsi qu’aux débutants ou à ceux qui rebutent la complexité technologique.

👎🏻 Il manque des fonctionnalités très utiles aux randonneurs comme l’import/l’export de traces GPS depuis l’application ou encore le routage. On aimerait voir plus de fond de carte ainsi qu’un catalogue de traces GPS pour les randonnées itinérantes.

En complément de ce retour, lisez notre test complet de l’application Decathlon Outdoor.

Plus d’infos sur Decathlon Outdoor

II. Les applications pure cartographie

9. Iphigénie (iOS / Android)

On ne présente plus Iphigénie que tout le monde connait et a déjà utilisée. Cette application a de nombreuses fonctionnalités mais son ergonomie est tellement déplorable que de nombreuses personnes (et j’en fais partie) ne l’utilisent finalement pratiquement que comme une carte numérique. J’ai dû me pencher davantage dessus pour passer mon instructeur Cartographie & Orientation et ça n’a pas été un plaisir d’approfondir son utilisation. Iphigénie a récemment été rachetée par Whympr : vont-ils l’abandonner, la simplifier, ou revoir profondément son ergonomie ? Seul l’avenir nous le dira. Enfin, il existe une version logiciel sur ordinateur et une application Apple Watch mais pas d’application pour d’autres montres sportives.

UX : Comme vous l’aurez compris en lisant l’introduction, Iphigénie n’est pas du tout plaisante à utiliser dans ses fonctions autres que lecture de carte. Ses menus sont nombreux et chargés, avec parfois des icônes identiques aux mêmes noms pour des fonctions différentes, les menus complémentaires manquent de logique, et les icônes ne sont pas toujours explicites.

Cartographie : La cartographie de base est l’IGN en ligne, ou en OSM ou OTM (courbes de niveaux), avec aussi beaucoup d’autres cartes spécialisées qui peuvent être gratuites ou payantes dans l’abonnement. Il est donc possible de souscrire un abonnement proposant des cartes topographiques type IGN en hors ligne, et il est possible d’y appliquer des filtres (cartes des pentes, restriction de vol des drones, etc.). L’offre cartographique d’Iphigénie est extrêmement complète.

Gestion des traces : L’import / export ou le partage de GPX via mail ou d’autres applications de cartographie est très simple, et on peut tout organiser dans les répertoires de son choix, en créer autant qu’on souhaite.

Routage : S’il est possible de créer une route dans l’application, il vous faudra probablement un tuto pour comprendre comment ça marche tant ce n’est pas intuitif. D’autre part, il n’y a pas de routage automatique, il faut entrer tous les points un à un, et ça prend donc beaucoup de temps à tel point que peu de personnes utilisent cette fonction. Il est préférable de créer sa route dans le logiciel d’ordinateur, ou mieux dans une autre application, et d’ensuite l’importer dans Iphigénie si on tient vraiment à l’utiliser.

Édition de trace : L’outil d’édition fonctionne exactement de la même manière que pour le routage, c’est-à-dire en point par point. Donc pour une modification simple ça ira, sinon l’opération risque d’être longue et fastidieuse.

Fonctions intégrées : Elles sont nombreuses, mais encore une fois compliquées à utiliser. Personnellement la seule dont je me sers est la superposition des cartes avec gestion de la transparence pour les pentes et les zones de vol en drone. Pour le reste, ce n’est tellement pas ergonomique qu’il est préférable d’utiliser une autre application.

Rapport prix / fonctions de l’abonnement : Plus qu’une seule offre d’abonnement est maintenant disponible sur Iphigénie, à 24,99€/an pour les cartes topographiques de France Suisse Espagne Belgique ainsi que d’autres cartes spécialisées), surtout qu’il est possible de télécharger celles-ci et pas seulement les zones liées à une trace mais pourquoi pas tout un massif. Chacun est libre de choisir en fonction de l’espace disque disponible sur son smartphone. Quand on sait qu’une carte papier coûte autour de 12€ et s’abime extrêmement vite avec la pluie, ce n’est vraiment pas cher. C’est le gros point fort d’Iphigénie. Aussi, pour 4,99€ une seule fois, les fonctions Vmax apportent notamment la 3D sur les cartes IGN, hyper pratiques !

👍🏻 Cartographie très complète d’Iphigénie qui en font une application quasi indispensable, en complément d’une autre application.

👎🏻 Par contre, à cause de son ergonomie complexe, elle ne se suffira pas à elle-même.

Plus d’infos sur iPhiGénie

10. MapOut (iOS)

Voici une petite application GPS montante qui mérite de faire parler d’elle, surtout pour son routage au doigt. Si vous ne sortez pas des sentiers battus et qu’une carte OSM vous suffit, alors sa simplicité vous ravira. Une seule offre : l’application est payante au prix de 4,99€ (aucun abonnement) et on peut télécharger les morceaux de cartes qui nous intéressent pour les avoir hors ligne.

UX : Peu de fonctions, toutes accessibles en deux clics, l’ergonomie est simple.

Cartographie : Une seule carte disponible : l’OSM, mais c’est une OSM précise et du plus bel effet. De plus, on peut lui appliquer de la 3D en lien avec les capteurs gyroscopiques du téléphone.

Gestion des traces : L’import / export des traces est extrêmement simple, ainsi que leur partage. Leur organisation dans l’application est dans un seul espace (pas d’arborescence possible) par date d’ajout.

Routage : C’est là la nouveauté que propose cette application et qui en fait son principal atout : pour tracer une route il suffit de laisser glisser son doigt sur la carte. Il y a un coup de main à prendre mais il vient en moins de deux minutes, et hop voilà un itinéraire tout tracé ! Personnellement j’adore !

Édition de trace : L’outil d’édition de trace fonctionne comme le routage, en faisant glisser le doigt, c’est donc d’une simplicité enfantine.

Fonctions intégrées : Il y en a très peu, mais elles sont toutes faciles à utiliser. Enregistrer une trace, tracer une route, superposer des informations sur la cartes, ou encore utiliser les perspectives 3D et on a fait le tour. L’essentiel y est.

Rapport prix / fonctions de l’app : Pour 4,99€ une seule fois sans abonnement, on a une application qu’on aura plaisir à utiliser. Malheureusement, aucune autre carte que l’OSM n’est disponible.

👍🏻 Ergonomie de l’app en général mais aussi et surtout celle du routage au doigt qui font la singularité de cette application.

👎🏻 Pas de carte type IGN disponible. Peu d’information pendant l’enregistrement d’une trace, notamment pas de cumul du dénivelé positif.

Plus d’infos sur MapOut

11. TwoNav (iOS / Android)

L’application TwoNav fait partie intégrante de l’écosystème TwoNav. Pour en savoir plus sur cet écosystème vous pouvez lire mon article sur le logiciel Land 9. L’application a été construite davantage comme une copie du software de leurs GPS que comme une application à part entière.

UX : L’ergonomie d’un GPS n’est pas tout à fait la même logique que sur un smartphone, ce qui confère à l’application une ergonomie surprenante. De plus, tout comme sur leur logiciel ou leurs GPS, les cartes manquent de fluidité.

Cartographie : Mise à part les cartes OSM et quelques autres qui sont gratuites, la plupart sont payantes. Par contre, TwoNav trouve sa force dans sa cartographie mondiale hyper complète, probablement la plus complète de ce comparatif.

Gestion des traces : L’import dans l’application est très simple. Par contre pour l’export et le partage des GPX c’est plus compliqué, pas d’outils pour le faire directement dans l’application : il faut sauvegarder le fichier sur le cloud de TwoNav en créant un compte Cloud Go (gratuit pour 30Mo), puis ensuite grâce à la synchronisation de Cloud Go il est possible de récupérer le GPX en le téléchargeant depuis son compte. Enfin, il faut aller dans les fichiers pour le partager. Une manipulation dont on se passerait bien. Pour l’arborescence gérée dans l’application, elle se fait automatiquement dans des répertoires mensuels.

Routage : La fonction existe ! Mais il faut la trouver. Pas de menu contextuel indiquant de créer une route quelque part dans l’app, la fonction est pourtant toute simple mais elle ne s’invente pas, j’ai dû lire le manuel pour la trouver. Je vous laisse fouiller par vous-même… et lire la suite si vous ne trouvez pas pour savoir qu’il suffit d’un appui long sur la carte pour faire apparaitre le bouton qui mène au menu qui permettra de commencer une nouvelle RTE. Ensuite c’est du point par point, donc pas génial.

Édition de trace : Là encore, même en sachant que la fonction existe, j’ai dû chercher pour la trouver, et c’est également du point par point.

Fonctions intégrées : Toute seule, l’application n’est pas la meilleure à utiliser. Elle prend du sens si l’on adhère à tout l’écosystème TwoNav avec une synchronisation dans Cloud Go.

Rapport prix / fonctions de l’app : L’application existe en version gratuite et est très bien pour un test. Ensuite si l’application plait, pour 5,99€ une seule fois à vie, l’application Premium permet de supprimer les publicités et de pouvoir télécharger les cartes afin de les avoir en hors ligne.

 

👍🏻 Bibliothèque de cartes la plus complète, si on en a l’utilité. Écosystème TwoNav si on adhère à tout.

👎🏻 Manque de fluidité de l’app et des cartes. Export et partage des GPX pas directement dans l’application.

Plus d’infos sur l’app TwoNav

12. GPX viewer (iOS)

J’ai mis GPX viewer en bonus car elle est une application différente des autres dans le sens où comme son nom l’indique elle ne sert qu’à visualiser des traces, et à les stocker. GPX viewer conviendra donc aux personnes qui n’ont pas besoin des fonctions de routage, d’enregistrement de trace, de navigation, et qui ne se servent pas de la communauté outdoor intégrée pour trouver des idées de randonnées (bien que Jonathan, son éditeur, en ait partagées quelques-une). Cette app peut donc être un bon backup à une carte papier.

UX : Le nombre de fonctions réduites de l’application en fait par conséquent une interface très simplifiée. Toutes les fonctions principales sont rapidement accessibles et les pictogrammes sont clairs.

Cartographie : On trouve une cartographie OSM standard en ligne. En version payante on peut ajouter les cartes OTM, SwissTopo, ou plan IGN (attention ce ne n’est pas une carte topographique), ainsi que la possibilité d’avoir les cartes en hors ligne. Pour d’autres types de cartes, la manip est plus complexe et tout ne sera pas disponible (pas de carte topographique IGN TOP25 par exemple).

Gestion des traces : Importer une trace dans l’application GPS ou en ouvrir une depuis un site web directement dans l’app est très simple. L’arborescence est un classement par date, et il est aussi possible de voir tous ses GPX sur la carte. L’export et le partage des GPX sont possibles uniquement en version Pro.

Routage : Fonction non présente.

Édition de trace : Fonction non présente.

Fonctions intégrées : L’application est réduite à son minimum et mise à part pour visualiser et classer des GPX, on ne pourra pas faire grand chose d’autre avec GPX viewer, mais cela peut être suffisant pour de nombreuses personnes. Les fonctionnalités de l’application en version Pro permettent essentiellement de pouvoir importer des GPX sans limite de nombre et de pouvoir avoir les cartes en mode hors ligne.

Rapport prix / fonctions de l’application : J’aime tout particulièrement la mentalité de Jonathan : il permet d’acheter l’application Pro pour un paiement unique et c’est à l’acheteur de choisir combien il souhaite donner entre le prix d’un café (3,99€), d’un burger (7,99€), ou d’un matos outdoor (19,99€).

👍🏻 Principe de paiement de la version Pro qui est plus amical. Simplicité de l’application qui ne fait pas de chichi.

👎🏻 Pas de possibilité d’avoir une carte topographique IGN, même en abonnement.

Mon bilan

On a chacun un rêve d’application parfaite, et il existerait autant d’applications GPS que de randonneurs si on écoutait tout le monde 😉

Personnellement, je n’utilise donc pas qu’une seule application car je trouve cela parfois trop limitant. Par contre, je pense qu’utiliser une application communautaire et une application pure cartographie est une bonne solution, relativement complète.

Pour ma part, j’utilise Komoot par habitude et celles-ci ont la vie dure. Je l’adore pour son ergonomie mais je regrette le manque de la carte IGN. Les autres applications communautaires de ce comparatif sont également très bonnes et ont toutes leurs particularités. Si Komoot n’existait pas, j’utiliserai très probablement Whympr qui m’a aussi beaucoup plu, mais à chacun de trouver chaussure à son pied. J’espère vous avoir dégrossi le travail avec ce comparatif, maintenant à vous d’essayer celles qui vous semblent les plus à même de répondre à vos besoins, la plupart des applications proposant leur version payante en essai pour quelques jours.

J’utilise aussi depuis longtemps (trop?) Iphigénie comme application pure cartographie pour les cartes IGN téléchargeables en masse, mais son ergonomie m’exaspère. À quand une ergonomie à la MapOut avec des cartes IGN et des masques pentes et drone ? Ce serait le rêve ! Enfin le mien 😉

Et vous, qu’utilisez-vous ? Pourquoi ? Et quelle serait votre application GPS de rêve pour randonner ?

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes : 845

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

kosmikrider
A propos de l'auteur

Photo-reporter outdoor, c'est dans les Alpes autour d'Annecy que je passe mon hiver en splitboard ; l'été mon côté globe-trotter m'amène à pratiquer la plongée sous-marine à travers le monde. Aux inter-saisons, trekking, VTT, bikepacking, paddle, alpinisme et via ferrata viennent compléter ma passion pour les grands espaces !...



http://www.guillaume.one
42 Responses
  1. ROLLIN-GOBERT

    Pour moi, et ce depuis des années, la principale application utilisée reste Openrunner. Parfois d’autres mais finalement assez rarement.
    Sans doute votre choix a t’il écarté celle-ci mais j’aurais aimé lire votre retour.
    Merci pour votre article.

    1. Poupardin

      Totalement d’accord, pour moi, la meilleure appli pour tracer ses itinéraires.
      De plus, très facile de transférer ses parcours sur une montre Garmin..

  2. Ktiper

    Merci beaucoup pour ces éclairages. J’ai iPhiGénie et je confirme sa non convivialité. Savez-vous où trouver un tuto pour son utilisation car aujourd’hui j’utilise juste les cartes. Merci.

  3. Grégory Rohart

    De mon côté, j’utilise deux apps :

    – Outdooractive pour la préparation et sur le terrain
    – VisuGPX pour l’édition de trace. Je trouve l’outil assez puissant et en plus c’est gratuit. Il m’arrive aussi d’utiliser e routage pour la préparation des itinéraires.

    Et de temps en temps Land 9 de Twonav pour l’édition de trace (mais de moins en moins car VisuGPX sait faire presque tout)

    1. kosmikrider

      Salut Greg,
      oui j’aime bien aussi OutdoorActive, mais il faut faire un choix pour ne pas s’éparpiller sur plusieurs apps 😉
      J’utilise aussi parfois VisuGPX pour les manips simples et rapides de retouche de trace, mais pas pour tracer pleinement.
      ++

  4. Aubert

    Bonjour

    Il n’y a que moi qui utilise oruxmap? Il est gratuit, permet de lire des bases sqlite faites à partir de mobac. Il peut aussi générer des cartes en local à partir de plusieurs sources (otm par ex). Il y a aussi des notions de calques que je ne maîtrise pas

  5. bruyas

    J’utilise également la version gratuite de Openrunner pour mes randos – avec en complément WaffApp pour les points “durs” ou les points d’eau potable

    1. kosmikrider

      Bonjour Gérald,
      oui je connais wikiloc qui a aussi ses avantages et inconvénients, il a seulement fallu faire une sélection pour l’article, on ne pouvait pas mettre toutes les apps de carto outdoor 😉
      Au plaisir.

  6. Sergent

    J’utilise essentiellement iphigenie abonnement Android en carthographie sur le terrain qui a cet énorme avantage de la qualité et des détails des cartes IGN. Mais quelle ergonomie et de plus en plus de bugs malgré mise à jour récente !! Vraiment nul, quel dommage ! Et l’assistance pas terrible également !
    Puisse l’association avec whympr (et non whymper !) être profitable. Je choisis mes sorties surtout à partir de Visorando (pédestre) et Komoot (vélo)… et mes idées (principalement en montagne, et surtout Pyrénées).
    Bravo et merci pour ce comparatif !

    1. Hello Sergent,
      Ici Tim le créateur de Whympr et maintenant gérant d’Iphigénie. Désolé si l’expérience ne donne pas complète satisfaction, nous travaillons sur pas mal de points pour améliorer l’expérience globale sans dénaturer l’âme de l’app. Pour le support ça m’étonne, nous répondons normalement à toutes les questions dans les 48h max. Quel canal avez vous utilisé ? Vous pouvez maintenant envoyer vos questions directement sur notre site http://www.iphigen.ie (en bas à droite de l’écran) et nous reviendrons vers vous dès que possible.
      Tim

      1. Cyril

        J’utilise pour ma part
        l appli Alpinequest sous Android que je trouve assez géniale ( bien que peu ergonomique). La gestion gps est bonne. Prise en charge de l’altitude barometrique qui est essentielle en montagne.Sauvegarde de Map offline, lecture et enregistrement de trace GPX, Profil altimètrique. Très bonne gestion de la batterie. J’arrive à tenir 3 jours avec pixel 6 en offline.

  7. Sylvain

    Je (re)visite régulièrement pas mal d’applis de ce type moi aussi (sous Android seulement), et je suis donc plutôt surpris qu’il n’y soit fait aucune mention de Locus Map, de très très loin ma préférée dans la vraie vie.
    M’enfin…

  8. Nico

    Moi j’utilise l’appli suunto, avec carte de chaleur gratuite pour les sports qu’on veut, très pratique pour faire des traces en VTT. J’utilisais Komoot avant, mais trop de chemin n’existe en fait plus et je me suis souvent retrouvé en galère au milieu d’un endroit ou plus aucun chemin n’existe, à porter mon VTT entre les rochers et autres arbres couchés… Bref, pour moi c’est Suunto maintenant !

    1. kosmikrider

      Salut Nico,
      effectivement les cartes de chaleur de Suunto sont très bien, je les utilise de temps en temps quand je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment un chemin.
      Merci pour ta suggestion 🙂
      ++

  9. Jean-Louis

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce super article de revue.
    J’utilise pour la lecture des cartes uniquement AlpineQuest qui est pour moi la meilleure application sous Android (plus facile à utiliser Qu’Oruxmap). On a accès via le logiciel MOBAC a un grand nombre de fond de cartes même aux cartes IGN (en toute légalité) si on cherche un peu sur internet.

  10. Claude-Alain

    Bonjour,
    Il y a une alternative encore méconnue en Europe : Gaia GPS. L’appli existe depuis une dizaine d’années. Carto mondiale multiple (vectorielle, satellite, OSM, etc.) gratuite avec abonnement Premium, arborescence pour traces et routes, portions de cartes telechargeables pour usage offline, etc. Une super appli pour laquelle je n’ai pas encore trouvé d’équivalent.

  11. Simon Dubuis

    Bonjour,
    P’tite question, les essais d’import ont été fait avec un fichier GPX simple (contenant juste une trace, et peut-être des waypoints) ou un fichier GPX plus complexe (plusieurs traces et waypoints) ? Toutes les applications ne savent pas gérer l’import d’un GPX complexe, et/ou n’offrent pas ensuite un interface pour gérer les traces individuellement.
    Merci !

    1. kosmikrider

      Salut Simon,
      excellent question !
      J’ai fait les tests avec une trace simple. Je peux simplement dire par expérience que VisuGPX ouvre les traces complexes en une fois ; et que Komoot n’ouvre pas les traces complexes mais qu’il est possible d’y choisir le morceau de trace à ouvrir. Il est donc possible d’ouvrir tous les composants d’une trace complexe mais en plusieurs fois et donc plusieurs morceaux en trace simple.
      Pour les autres apps, je ne sais pas.
      ++

  12. Lambdha

    Bonjour, excellent article.
    Aujourd’hui j’utilise principalement deux applications non présentes dans les tests, sitytrail et alltrail.
    Orphelin de viewrangers je recherche une application qui aurait les mêmes fonctionnalités et un coût premium semblable avec cartes IGN (<30€). Ce que je n'ai pas retrouvé avec l'usine à gaz d'outdooractive à commencer par une précision douteuse.
    Sitytrail est la meilleure en ergonomie et propose l'IGN, mais n'offre pas la possibilité de stats cumulées (km, dénivelé, temps…). Ce qui pour moi est très motivant, suis je le seul que cela intéresse (hors performance). Je ne l'utilise finalement que pour l'IGN et les routes.
    Alltrails a une bonne ergonomie, des stats, mais pas l'IGN. Je l'utilise principalement pour les stats.
    Les deux sont précises avec une communauté active mais ne sont donc pas parfaites.
    Cela illustre bien que chaque utilisateur cherche son mouton à 5 pattes, surtout lorsqu'il l'a déjà rencontré.

  13. Sylvain

    Les cartes IGN sont belles et bien sympa, oui, et pas seulement cocorico 🙂 pour les avoir utilisé un temps avec Sitytrail également, dans leur version Topo v1. Cela vient de me donner l’idée de m’y abonner un an à nouveau dans Locus Map (Topo v2 + satellite), et d’employer ainsi fort utilement mes quelques “LoPoints” d’avance… 😉

  14. durand

    Jean pierre
    Oruxmaps est tres bien pour moi tu te fabrique des cartes ou tu veux avec mobac des petites des grandes
    tu as des tas de réglages par exemple
    précision du traçage de 20 a 100 mètres le datum pour recaler ta trace quand elle est un peu décalé sur la carte télécharger des cartes que tu utilise sans connexion donc économie créer toi même ta rando

  15. Benoît

    Bjr Guillaume,
    Merci pour ce comparatif très complet et instructif.
    Il manque cependant une grande App de rando qui existe depuis plus de 10ans et qui compte de nombreux adeptes : SITYTRAIL.
    Je l’utilise depuis plus de 10 ans tant en VTT qu’en randonnée pédestre.
    Elle mériterait de figurer dans ton comparatif.
    Belle journée.

    1. kosmikrider

      Salut Benoît,
      Oui la sélection a été rude et nous ne pouvons pas tester toutes les apps, il y en a trop. D’autre part, l’article serait bien trop long pour qu’il reste agréable.
      Mais n’hésite pas à nous faire une synthèse en commentaire si tu veux 😉
      ++

  16. Bonjour et Grand merci pour le comparatif exemplaire.
    Mon amie et moi sommes fans de grandes sorties vélo sur piste cyclable fluvial exclusivement.
    Nous faisons aussi beaucoup de randonnées et de trek.
    Je viens de récupérer un vieux GPS TwoNav anima+ et j’aimerais avoir une appli complémentaire sur mon phone
    Mes impératifs serait de pouvoir faire des tracés clairs en toute simplicité et rapidité (car pas alèse en informatique) de pouvoir être guidé sans avoir le nez sur la carte !
    Je pense à komoot avec si j’ai bien compris un complément topographique TwoNav ios
    Merci d’avance et bonne année à tous

    1. kosmikrider

      Salut Alain,
      pour les cyclistes effectivement Komoot est tout indiquée, et elle va très bien aussi pour la rando.
      En complément, l’app TwoNav ne t’apportera pas grand chose car elle est une copie de ton GPS. Perso je m’orienterais vers MapOut qui est hyper simple, et si tu veux les cartes IGN alors Iphigénie reste une référence malgré son ergonomie moyenne mais qui va évoluer.
      Très bonne année également 🙂

  17. Pour ma part, j’utilise komoot.fr car c’est celle qui offre les cartes les plus détaillées.
    L’inconvénient, c’est que la communauté francophone est encore restreinte sur cette application allemande. Tant pis.

    Sa facilité d’utilisation et le fait qu’avec la version premium les GR et les GR de pays soient intégrés est pour moi un atout majeur.

    Je recommande sans hésiter!

  18. Poupardin Pierre

    J’apprécie Komoot pour le vélo.
    Sinon, je suis un « fan » d’Openrunner, pour moi la meilleur appli pour tracer ses parcours( c’est, j’en conviens, tout à fait subjectif).
    De plus ,c’est une appli développée par des «  Frenchies » basés à Annecy( ce qui ne gâte rien)
    Merci Itreking

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
Copy link