Faut-il aller en Mauritanie ?



Le CETO, l’association des Tours Operateurs qui représente 80 % de la profession, a rappelé lundi 7 janvier dans un communiqué qu’elle avait suspendu tous les départs vers la Mauritanie jusqu’à nouvel avis. Cette décision a été prise après consultation des spécialistes de la randonnée présents sur le terrain, précise le texte, dont ceux de l’Association des tour-opérateurs thématiques (ATT), du groupe Voyageurs du monde (VDM) et de ses marques Terres d’aventure, Nomade Aventure, Déserts et comptoirs, ainsi que Club aventure, Allibert et Atalante.

Cette décision fait suite à une inquiétude croissante que suscite cette immense "zone grise" couvrant plusieurs milliers de kilomètres entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, théâtre d’une guerre larvée que livrent les groupes armés islamistes. Le 27 décembre 2007, trois militaires ont été tués au nord-est de la Mauritanie, trois jours après l’attaque, près de la ville d’Aleg, dans le sud-est, de cinq touristes français, dont quatre sont morts. Deux drames suivis de menaces sérieuses sur le Dakar 2008 qui ont conduit l’organisateur, ASO, à annuler l’épreuve, après des recommandations du gouvernement français.

Sur son site Conseils aux voyageurs (www.diplomatie.gouv.fr), les consignes du ministère des affaires étrangères sont claires : "Il est actuellement fortement déconseillé à tous les Français de se rendre en Mauritanie, quel que soit l’objet de leur déplacement." On ne peut être plus clair.

Pourtant d’autres tours opérateurs continuent de se rendre en Mauritanie et préfère laisser le choix à tous ses clients de partir ou non. Il s’agit de Point-AfriqueHommes et Montagnes, Matins du Monde, Acabao, Chemins de Sable, l’Ami du Vent, Croq’nature, La Balaguère, Zig-ZagTamera.

Pourquoi ? Dans un communiqué, les tour operateurs indiquent ne pas comprendre la prise de position du gouvernement français, étant donné qu’aucun élément supplémentaire quant à l’insécurité en Mauritanie ne nous est parvenu, que l’Adrar mauritanien est une zone où aucune exaction n’a pu être constatée, que nos partenaires mauritaniens nous rassurent quant au climat sur place et aux conditions sécuritaires. Ils rappellent également que cette décision n’est pas un choix économique, mais un choix éthique et de solidarité auprès des partenaires mauritaniens.

Les avis des tour operateurs divergent donc sur la manière d’appréhender le problème actuel de la Mauritanie. La destination n’est pas fermée mais déconseillée par les uns, pas par les autres. C’est finalement aux marcheurs à choisir… Alors irez-vous ou pas en Mauritanie ?

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

quinze + dix-sept =