La Via Alta : une nouvelle itinérance entre France et Italie



De Arles, aux portes de la Camargue, jusqu’à Vercelli, en Italie, la Via Alta égrène ses 636 kilomètres le long d’un chemin à la fois historique et touristique qui relie entre elles quelques-unes des grandes villes de Provence, des Alpes et de la Province de Turin. C’est une aventure qui se veut sportive, mais également culturelle et spirituelle. Aux portes des tracés des chemins de Saint-Jacques et de la Via Francigena, la Via Alta, valorisée aujourd’hui par les efforts conjugués du Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Città Metropolitana di Torino et de l’Agence Départementale de Développement Économique et Touristique des Hautes-Alpes, est un véritable trait d’union entre le passé et le présent.

Sur le tracé de l’historique Via Domitia

La Via Alta reprend en partie le tracé de la Voie Domitienne, créée de toutes pièces par l’Empire Romain dès le IIème siècle avant JC. Ainsi, bien avant d’attirer les voyageurs en quête de paix, elle fut un moyen d’assurer la domination militaire de l’armée romaine sur les provinces gauloises. Elle fut en premier lieu une véritable artère de diffusion de la culture romaine : en atteste les vestiges flamboyants de la cité d’Arles, pour beaucoup figurant au patrimoine mondial de l’humanité. Y cheminer permet de prendre conscience de son importance dans la diffusion passée du pouvoir politique, du culte religieux, des échanges commerciaux ou encore de la puissance militaire.

La voie du tourisme itinérant

La Via Alta se veut adaptée aux randonneurs en recherche d’effort, de contemplation ou de ressourcement. C’est un itinéraire à composer à la carte avec, sur la route, des offres variées entre confort, découverte de patrimoine, gastronomie, etc. De la Sacra San Michele ou encore l’Abbaye de Novalesa, aux fortifications de Vauban, en passant par la citadelle de Sisteron jusqu’à la cité d’Arles Antique, 5 sites patrimoine mondial de l’UNESCO, 11 parcs naturels (5 sur le territoire français et 6 sur le territoire italien, menant le touriste des berges du Pô aux rizières de Camargue en passant par le massif des Écrins ou encore les forêts du Queyras). Arrêt et plusieurs villes au label «Art et Histoire» accompagnent touristes et pèlerins sur cette Via Alta.

Partir en quête de spiritualité

Historiquement très marquée par le christianisme, la Via Alta propose au touriste-pèlerin de découvrir des chefs-d’œuvre architecturaux de l’art sacré en bordure de chemin. Sur son parcours, celui-ci pourra s’émerveiller dans la Cité des Papes, capitale de la chrétienté au XIIème siècle, visiter de nombreuses basiliques, 5 cathédrales, des musées d’art sacré et même des abbayes toujours en activité conventuelle. Arrêt dans les Alpes-de-Haute-Provence au Prieuré de Ganagobie, dans les Hautes-Alpes à Embrun à la Cathédrale Notre-Dame-du-Réal où se cache le 4ème trésor religieux de France, à l’Abbaye de Boscodon pour comprendre les secrets du Nombre d’Or…

Plus d’infos : site de la Via Alta

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

18 + douze =