Tout savoir des chaussures de randonnée Sky Hoka One One avec Christophe Aubonnet

Rencontre avec Christophe Aubonnet, Responsable R&D chez HOKA One One, pour tout savoir de la nouvelle gamme de chaussures de randonnée SKY.
Posté le :


Bien connu des trailers et des runners, Hoka One One a lancé une gamme de chaussures de randonnée qu’elle a appelé SKY. J’ai été invité par la marque en Islande à découvrir et à tester les modèles de la gamme SKY : Toa, Arkali et Kaha en compagnie d’autres blogueurs et journalistes français, italiens, allemands et anglais.

Je ne vais pas faire ici de retour du modèle Toa que j’ai utilisé sur une utilisation courte. Les tests des trois modèles seront publiés plus tard après avoir été éprouvés sur le terrain. Je peux quand même vous dire que Hoka One One reste fidèle à son ADN : une semelle surdimensionnée, du confort, du dynamisme et de la légèreté.

Hoka One One Toa
Présentation du modèle Hoka One One Toa par Christophe Aubonnet

Histoire et concept d’Hoka One One

Hoka One One est une marque française créée en 2009. Elle se fait rapidement remarquée par ses imposantes semelles qui tranchent avec le marché des chaussures de running et de trail dans laquelle elle s’est lancée.

L’idée du concept Hoka One One est finalement résumée dans sa traduction maori « planer sur terre ». Partant du constat que les pratiquants à pied dans les raids aventures prenaient moins de plaisir à la descente qu’à la montée en raison de semelles lourdes et rigides, Hoka One One a pris le marché outdoor à contre-pied en proposant des chaussures souples, légères, avec un bon amorti.

En avril 2013, Hoka One One est racheté par le groupe américain Deckers qui détient aussi la marque Teva.

En mars 2019, Hoka One One lance sa première gamme de chaussures de randonnée.  Place maintenant à l’interview de Christophe Aubonnet, Responsable R&D chez Hoka One One, réalisée en Islande.

Prototype Hoka One One
Prototype Hoka One One

7 questions à Christophe Aubonnet, Responsable R&D chez HOKA One One

Quel est l’ADN commun à tous les modèles Hoka One One ?

Si on parle technique, il y a trois brevets. Le premier, c’est le concept lié aux chaussures surdimensionnées. C’est le principe de l’oversize, avec plus de matériaux et aussi des matériaux plus tendres et plus bas en densité, ce qui améliorent le confort et l’amorti. Le second, c’est le rocker des semelles incurvées qui fonctionne comme une chaise à bascule et qui vise à améliorer le déroulé du pied. C’est aussi d’autant moins d’effort et de mouvements imprimés par le corps. C’est vrai en running mais c’est complètement vrai également en randonnée. Le troisième brevet, c’est le berceau. Avec une chaussure Hoka One One, le pied est dans la semelle et non pas sur la semelle. Cette remontée tout autour de la semelle assure un bon maintien du pied.

Avant d’évoquer la gamme Sky, dédiée à la randonnée, peux-tu revenir sur les précédents modèles Hoka One One dédiés à la randonnée ?

C’est intéressant de savoir que lorsque nous recevons le premier prototype de chaussures le 8 février 2009, nous sommes persuadés que ce concept est autant percutant pour le running trail que pour la randonnée. Pourquoi ne pas s’être lancé tout de suite dans la randonnée ? Ça nous semblait difficile de nous engager à la fois dans le trail running et la randonnée trekking. Il a fallu faire des choix en lançant la marque.

On s’est tenu par notre héritage et la quête qu’on avait de faire émerger des modèles pour la randonnée. On a lancé en 2011 la Mauna Kea avec une version haute pour le trekking et une version basse pour la randonnée légère, peu de temps après le lancement officiel de notre première chaussure de trail. De manière régulière, tous les uns à deux ans, nous avons sorti des évolutions d’autres modèles pour la randonnée. Nous faisions des bons modèles mais ce n’était pas le bon moment. Le constat c’est vraiment ça : « right products but the wrong moment ». Nous avons donc été patients. Et le bon moment, c’est maintenant. C’est pour cela que nous lançons la gamme SKY et ses trois modèles.

Chaussures de randonnée Sky Hoka One One
Les trois semelles des chaussures de randonnée Sky de gauche à droite : Kaha, Toa et Arkali

Justement, peux-tu présenter les trois modèles Toa, Arkali et Kaha de la gamme SKY et nous dire à quel type de randonneur ils s’adressent ?

Le modèle Toa est un modèle de fast hiking pour des randonnées à la journée ou d’un week-end. Elle met la priorité sur la légèreté et le dynamisme du pas. C’est celle que tu as testé aujourd’hui et à titre exceptionnel, on est même allé sur glacier équipé avec des crampons. Elle dispose d’une doublure imperméable eVent® pour garder les pieds au sec, d’une semelle externe avec des crampons de 5 mm de hauteur en Vibram® Mega-Grip et d’une semelle intermédiaire en eva et caoutchouc pour améliorer le rebond et l’élasticité de la chaussure.

Ensuite, on a la Kaha, qui elle, est un cran plus robuste et plus technique. Elle se dédie aux randonnées plus longues et aux trekkings avec bivouacs, et donc avec des sacs à dos plus lourds.  Là aussi, la chaussure a une membrane eVent®, une semelle intermédiaire en eva et caoutchouc et une semelle externe en Vibram® Mega-Grip. Côté matériaux, on a du cuir pleine fleur, un enveloppement du pied plus robuste pour plus de durabilité.

Le troisième modèle, c’est l’Arkali. C’est un modèle très innovant et avant-gardiste paré pour tous les terrains sans limite de pratique, sur chemin et hors chemin, doucement, plus vite voire même en courant. Il s’adresse aux amateurs de scrambling, c’est-à-dire quand on commence à utiliser les mains en randonnée. L’idée est d’offrir aux pratiquants une liberté d’évolution sur des terrains variés allant de la randonnée à l’escalade facile. L’Arkali n’a pas de membrane. La tige utilise le tissu français MATRYX® qui provient de l’entreprise Chamatex en Ardèche. Ce matériau est très technique et intéressant parce qu’il intègre des fils de kevlar qui garantissent une tenue du textile dans le temps. Il est aussi hydrophobe et sèche très vite. L’Arkali intègre aussi une semelle intermédiaire PROFLY™ et une semelle externe avec des crampons en caoutchouc Vibram® Mega-Grip multidirectionnels de 5 mm.

Hoka One One Toa Modèle femme
Hoka One One Toa Modèle femme

Petite question de Lara, une lectrice, concernant ces trois modèles. Un ancien modèle en particulier a-t-il influencé la conception de ces trois modèles ?

Cette nouvelle gamme de chaussures de randonnée s’inscrit complètement dans la filiation de modèle Tor Ultra que nous avons sorti fin 2015 début 2016 qui était vraiment intéressant mais trop avant-gardiste. Toute cette nouvelle gamme s’est nourrie  de la Tor Ultra tout en se référant dans les codes du marché actuel. La gamme SKY propose des modèles hybrides entre tradition et innovation. Elles sont esthétiquement dans les codes du marché mais bénéficient aussi de toutes les innovations Hoka One One.

Autre question d’un lecteur suite à une storie Instagram à propos de vos semelles externes mappées en Vibram® Mega-Grip ?

Il faut savoir que dans le ratio du poids d’une chaussure, on a en général un tiers pour la tige, un petit tiers pour la semelle intermédiaire et les collages et un gros tiers pour la semelle externe.

Une semelle en caoutchouc a une densité qui va de 1 à 1,2. La partie en eva, même si aujourd’hui on utilise des eva sophistiqués, est dans des densités autour de 0,20. Cela signifie que nous sommes dans un rapport de 1 à 6 entre le caoutchouc et la semelle intermédiaire.

Le gain de poids est une priorité chez Hoka One One car ce poids tu le traînes pendant des heures en randonnée. Chaque pas est un effort à produire. Mais attention, la recherche de gain de poids ne se réalise pas à tout prix. La chaussure doit rester durable et doit accrocher. C’est pour cette raison que nos semelles combinent intelligemment eva et crampons en caoutchouc Vibram® Mega-Grip.  Sur la Toa et la Kaha, la composition de la semelle se compose d’environ 75% de caoutchouc et 25% d’eva. On retrouvera l’eva sous l’arche du pied et dans des zones internes moins exposées au contact du sol. De ce gain poids, il en découle aussi une plus grande flexibilité et un déroulé plus dynamique de la foulée du randonneur.

Après, il faut aussi accepter que des utilisateurs qui usent prématurément des semelles de chaussures se tournent vers des modèles avec semelle renforcée et auxquels cas aujourd’hui Hoka One One n’offre pas de réponse à ce type d’usagers. Mais ça va venir…

Hoka One One Toa
Hoka One One Toa modèle Homme

Comment est validée une paire de chaussure ?

Tous nos modèles sont soumis à une batterie de tests sur des terrains critiques par nos testeurs. Nos processus de validation se réalisent en trois temps : une évaluation sur le terrain, la correction du produit et un retour sur le terrain pour une nouvelle évaluation. Pour chaque produit, il y a 40 à 50 journées de test terrain.

On va parler un peu de l’avenir. Cela veut dire que la gamme de chaussures de randonnée Hoka One One n’en n’est qu’à ses débuts…

Potentiellement la gamme de chaussures de randonnée Hoka One One peut devenir aussi importante que celle du running dans la mesure où les tailles de marché mondial entre les deux pratiques sont à peu près équivalentes, 12 milliards pour le running et 15 milliards pour la randonnée.

Après, il faut aussi tenir compte des spécificités par pays et même par régions, des besoins des usagers qui font que nous allons faire plus ou moins de modèles. Le fait est qu’aujourd’hui la gamme SKY démarre avec trois modèles. Bien évidemment, c’est une base de travail. Demain, Hoka One One voudra répondre à des randonneurs qui ont des particularités des pieds en ajustant des chaussants. On va demain aussi amener des réponses différentes et plus fines sur des modèles femmes, des adaptations aux gabarits ou des utilisations pour traverser des névés avec des modèles cramponnables. Tout ça est dans les tuyaux et on y travaille avec passion.

10 photos de la randonnée sur le glacier Sólheimajökull avec les Hoka One One Toa

Réglage des crampons
En route pour la glacier Sólheimajökull
glacier Sólheimajökull
On met les crampons sur les Hoka One One Toa bien qu’elles ne soient pas destinées à être cramponnées puisque ceux sont des chaussures de fast-hiking
glacier Sólheimajökull
Sur le lacier Sólheimajökull
glacier Sólheimajökull
Il n’y a pas à dire, la vue est sympa !
glacier Sólheimajökull
L’hiver la glace du glacier Sólheimajökull est bleu, seulement l’hiver et par temps ensoleillé !
Gros plan des Hoka One One Toa dans le blizzard
glacier Sólheimajökull
L’Islande, c’est quand même des paysages de dingue !
glacier Sólheimajökull
De petites crevasses nous obligent à avancer en file indienne
glacier Sólheimajökull
Vu le paysage, pas étonnant que la série Game of Thrones soit venue tourner des scènes ici !

Plus d’infos : www.hokaoneone.eu

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com
2 Responses
  1. Trekker

    Merci pour le compte-rendu.

    Est ce que le modèle SKY TOA a une semelle aussi rigide que le modèle SKY KAHA ? J’ai besoin d’une semelle rigide suite à problème de cheville et je n’ai pu testé que le modèle KAHA en magasin qui m’a procuré des bonnes sensations mais que je trouve un peu gros…

    Merci à vous, j’attends les tests avec impatience 😉

seize − 10 =

La vidéo du Moment : Tour du val d’Hérens