1ère nuit au camp 2

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | 


1ère nuit au camp 2 - Ascension du Makalu
Posté le :


Dimanche 2 mai : montée puis 1ère nuit au camp 2 (6800 m)

notre position GPS : N27°54m57s E87°03m22s

Nous attendons le soleil qui vient lécher nos tentes de ses rayons dans cet endroit glacial balayé par les vents. Préparation lente avant de monter 400 mètres plus haut au camp 2 dans le but de porter du matériel dont nous aurons besoin pour la suite de l’expédition.

C’est dans une neige poudreuse, à peine tracée que nous poursuivons notre ascension, et on voit déjà les différences de forme physique et d’acclimatation au sein même de notre petit groupe.
Le parcours est superbe, et change d’allure avec les lumières d’aujourd’hui. Le soleil vient parfois percer les nuages et éclairer les séracs géants autour de nous. La distance à parcourir pour rallier le camp 2 peut paraître courte, mais il n’en est rien, et avec des sacs pour la plupart bien chargés, l’effort est de taille. En nous retournant de temps en temps, et quand les nuages le permettent, nous pouvons admirer le tandem de deux 8000 qui paraissent si près de nous, le Lhotse et l’Everest.

Chargés comme nous le sommes, avec notre matériel pour dormir en altitude, nous mettrons un peu plus de deux heures trente pour rallier le camp 2 à 6800 mètres. Nous nous organisons pour passer cette première nuit aussi haut en altitude, qui sera un record pour trois d’entre nous (Philippe, Yeti, et Michael). Le froid et l’altitude sont nos pires ennemis à cet endroit, et même si nous ne connaissons pas (plus) ces inévitables maux de tête, nous ne dormirons pas aussi facilement que l’on pourrait l’imaginer (insomnies, difficultés respiratoires, …).

Lundi 3 mai : descente du camp 2 au camp de base avancé (5580 m)

notre position GPS : N27°54m47s E87°04m01s

Le but de cette journée est atteint, il est en fait d’avoir passé une nuit au camp 2. Cependant, une première nuit à cette altitude a marqué les organismes et la nuit a été difficile pour la plupart d’entre nous. Nous attendons l’apparition du soleil pour nous réchauffer et pour nous décider à bouger et à sortir de nos confortables sacs de couchages en duvet. Les minutes passent, et, allongés dans nos tentes nous entendons Chhiring en grande discussion avec le team américain évoquant les différents points de vue en fonction de la météo qui est très changeante ce matin. Nous devrions descendre à l’ABC au vu des prévisions, mais cela semble se dégager et il est question de faire une tentative de monter en direction du Makalu La.

Après maintes discussions, nous décidons finalement de descendre, et nous avons raison car la neige et les gros nuages se font connaître assez rapidement. C’est même dans le mauvais temps que nous progressons en suivant scrupuleusement les petites balises posées pas l’équipe de Chhiring, faites de morceaux de bambous et de rubans rouges. Il ne s’agit pas de tomber dans une crevasse que nous n’aurions pas vue.
Bien inspirés, donc, pour cette redescente délicate à l’ABC (surtout sur la portion de moraine où toutes les pierres sont recouvertes de neige et donc glissantes)…

un × 4 =