A Sega – Corscia

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


A Sega - Corscia - Randonnée de Corte à l'île Rousse
Posté le :


Le refuge de la Sega se réveille, nous aussi. Le temps de prendre un petit déjeuner et de se rendre compte que Frida est aussi laide que bruyante, nous saluons déjà nos hôtes qui nous ont donné leur bénédiction pour la suite. D’après l’un des gardiens, le sentier est sale mais il est impossible de se perdre. De plus l’étape est une étape "normale" qu’on devrait pouvoir boucler en cinq heures. Par contre, pas moyen de prendre un lunch pack, nous allons donc déjà devoir consommer aujourd’hui l’unique repas de secours que nous avons prévu. Le plan est simple aujourd’hui : on rejoint le Col de l’Arinella, après quoi nous suivons la ligne de crête et nous redescendons, sur Corscia, notre prochaine étape.

Mais il n’y a qu’en théorie que le plan est simple car après avoir atteint Bocca Arinella (+400m) en une heure demie, nous quittons le sentier Mare a Mare Nord et entrons dans le vif du sujet. Le sentier Corte – Ile Rousse, que nous allons suivre les 5 prochains jours, montre son vrai visage : une progression qui ne peut se faire sans l’aide de la carte car le balisage est invisible ou inexistant, des sentiers pas tracés et peu de cairns pour s’orienter, la nature a repris ses droits à de nombreux endroits et les mollets sont bien souvent appelés à faire connaissance avec les ronces. Mais on ne se plaint pas, on l’a voulu. On est loin, très loin des embouteillages du GR20, de ses tour-opérateurs et de ses sentiers sur-balisés.

…mais on est très loin aussi de l’étape facile de 5h que nous avions cru attaquer. Après l’heure et demie pour accéder au premier col, on a donc navigué "à vue" pendant deux heures de plus, sur un terrain toutefois très praticable, avec un point de vue exceptionnel sur la vallée, ainsi que sur Corscia, sur le Monte Cintu et sur la Paglia Orba. La descente par contre fut plus délicate. Une première partie en forêt rendait l’orientation délicate, et une deuxième partie sous le soleil était plutôt agressive pour les mollets. Nous avons donc mis trois bonnes heures pour descendre (-1000) en comptant les quelques petites hésitations pour trouver le chemin. Et la petite montée (+200) vers Corscia qui ne devait être qu’une formalité ? Ce fut un calvaire pour un Sam, assoiffé, qui ne put y arriver qu’en s’arrêtant à de nombreuses reprises.

Nous avons donc atteint le gîte vers 17h, après 7 heures et demie de marche effective. Et c’est une étape bien étrange que nous avons faite ce jour-là. Après avoir regretté de ne rien trouver à boire alors que nous mourrions de soif, nous avons eu peur de ne rien avoir à manger car le gîte était vide ! Mais vers 20h, on nous apportait un sac de nourriture, et c’est en fin de compte à un véritable festin auquel nous avons eu droit : salade de tomates, riz aux légumes, yoghourts, flans, fruits, pain,… Nous nous sommes non seulement rassasiés et régalés mais nous avons aussi pu nous faire un lunch pack de seigneur pour la redoutable étape du lendemain !

  • Corscia Gîte communal 0495-48-02-04
  • Temps de marche : 7h35

15 − 9 =