Adeldoule – Imidre

Destination : Maroc » Afrique | Montagne : Haut-Atlas | Activité : Randonnée  | Agence : Huwans 


Adeldoule – Imidre - Vallées secrètes du Haut Atlas
Posté le :


Carnet : Vallées secrètes du Haut Atlas
  • D+ : 1075 m
  • D- : 50 m
  • Altitude maxi : 2600 m
  • Temps de marche : 6h30

Départ à la fraîche par la belle montée d’Ougrara à travers une forêt de genévriers. Passage le long de gros blocs rocheux en calcaire dur avant de déboucher sur un col. Au delà, le sentier devient plus raide et le paysage se transforme en vallon jonché de genêts scorpions.

Au loin, quelques bergeries supplantent les djebels. Sur le bord du sentier, rencontre avec Aïcha, jeune femme de la tribu Aït Abdi de 17 ans. Elle garde un troupeau de chèvres tout en filant de la laine. Elle ne parle pas le français. Ici, l’école obligatoire, n’a pas de raison d’être aux yeux des nomades. Quel professeur voudrait d’ailleurs enseigner ici ? Souvent issus des villes, les enseignants peinent à s’imposer dans les écoles nomades ; la culture est si différente.

Nous débouchons sur le plateau de Cousre habité par de nombreux nomades. Ceux-ci vivent d’élevage et de culture. Des femmes et des enfants font le plein d’eau au puits en remplissant de petits bidons jaunes transportés par des ânes. Nous attendons notre tour pour y remplir nos gourdes et poches à eau.

La halte du midi, à l’ombre des genévriers thurifères, prend des allures étonnantes. Des dizaines d’enfants, d’hommes et de femmes viennent à notre rencontre pour recueillir des nouvelles du Maroc et du reste du monde. On nous invite à boire le thé dans une maison de pierre. Ici vit deux frères, leur femme et leurs dix enfants. Un des deux hommes y reste même l’hiver ; l’autre s’en va rejoindre des pâturages au sud plus cléments.

De nouveau sur le plateau de Cousre, nous rejoignons un col d’où s’extirpe du sol des arbustes ras (armoise, thym) et quelques fleurs dont l’érinassé, un des cinq coussinets de l’Atlas.

En contrebas, le plateau d’Immidre est envahi de chèvres et de moutons venus s’abreuver au puits. Les nomades Aït Abdi, que l’on rencontre depuis Batli, passent sur le campement, non pas pour discuter mais pour nous mettre dehors. Des tensions surviennent mais l’équipe locale saura faire preuve de sang froid et résoudre le conflit. Les muletiers passeront tout de même la nuit à faire le guet au cas où.

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com