Akev camp- Nahash camp

Destination : Moyen-Orient » Israël | Montagne : Neguev | Activité : Randonnée  | 


Akev camp- Nahash camp - Randonnée dans le Neguev
Posté le :


Lundi 8 mars
Akev camp- Nahash camp
18 km environ. eau à ein Akev

Au petit matin, je m’aperçois que le sac de victuailles achetées la veille, bien que presque posé contre moi, a disparu. Je suis désespérée, il me reste 2 jours de marche et quasiment rien à manger ; je commence à pesté contre l’animal indéterminé qui m’a volé mes précieuses marchandises. Que faire ? demi-tour ? certainement pas ! En désespoir de cause je franchis la bute jouxtant l’air de bivouac et là, ô miracle, j’aperçois posé au sol, mon sac plastique, je regarde à l’intérieur et trouve chocolat et fromage , c’est déjà ça ! il me manque le salami et le pain frais. Tans pis je mangerai le fromage avec du pain rassis, et pour le soir, il me reste encore des nouilles et de la soupe en sachet. Soulagée je me mets en route vers le sud et rencontre un américain, seul, à la recherche de son chemin, pour s’orienter il n’a qu’une carte en hébreu, langue qu’il ne lit pas. Je l’aide à trouver le droit chemin pour se rendre à Avdat ; Nous parlons en anglais et je m’étonne de sa nationalité car je ne lui reconnais pas l’accent américain, si péniblement intelligible. « j’ai l’habitude de voyager, me dit-il, et lorsque je discute avec des non anglophones, je m’efforce de perdre mon accent » Exemple à suivre…
J’arrive en vue du wadi zik, un oasis de verdure au milieu des montagnes arides.

Je descends dans l’oued vers Ein shaviv, où je rencontre un groupe de 7 jeunes israéliens qui, ayant fini leur service militaire, effectuent la totalité de l’Israël National Trail, du Sud au Nord. Ils m’invitent à partager leur repas, certains d’entre eux ont déposé, en 4X4 avant d’attaquer la randonnée, eau et nourriture en des points précis du trajet. L’un d’entre eux, Eran, est d’origine française, il vit à Haïfa, les autres vivent tous dans les colonies. Eran me confit que lors d’une visite chez un cousin en France, celui-ci, pensant lui faire plaisir avait invité également un français d’origine arabe ; Méfiant, Eran a alors dormi avec un couteau sous son lit…

Je quitte la joyeuse bande à regret et me lance dans une grimpette pour sortir de l’oued. Grimpette difficile car il fait très chaud. J’arrive sur un plateau où je suis une piste, itinéraire facile mais la fatigue et la lassitude me gagne, je progresse lentement. Je m’arrête pour bivouaquer, pour la première fois, je ne suis pas sûre de l’endroit où je me trouve. Il fait nuit tôt, à 18h je suis déjà au lit (façon de parler…). Le vent se lève, il fait froid, je n’ai presque plus d’eau, presque plus rien à manger et demain 28 km (inch’Allah) pour rejoindre Mitzpe Ramon, la fin de mon périple.

deux × 5 =