Arrivée au camp de base

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | Agence : Allibert Trekking 


Arrivée au camp de base - Ascension de l'Everest
Posté le :


J16 Samedi 19.04.08 – Gorashep(5100) Kalapatar(5550m) Gorashep

La butte en terre la plus fréquentée …

T° sous la tente : -8°C Pression : 543mb
Tous les matins 1/2h avant qu’on apporte le thé, je me rends en cuisine pour mon café au lait. Ce sont de froides cabanes en pierres au sol de terre battue ouvertes à tous les vents, l’air est froid, mais le climat est chaleureux. Ils sont tous là, serrés les uns contre les autres, recherchant la chaleur pour ceux qui dorment encore, les autres s’affairent au milieu d’un désordre incroyable où chaque chose est à sa place. Montée progressive au Kalapatar d’où l’on a une vue sur le véritable village de tentes qu’est le CB et sur la non moins impressionnante cascade de glace où l’on voit aux jumelles des cordées évoluer dans un labyrinthe inimaginable. Pression atmosphérique au sommet du Kalapatar à 5550m : 513mb, 500 de moins qu’au niveau de la mer !

  • M / D :400m
  • Tps : 4h
  • Pls : 65/111/144

J17 Dimanche 20.04.08 – Gorashep (5100m) CB(5300m)

On se retrouve… seuls.

T° plus clémente : +8° Pouls de repos : 56
Première nuit en lodge, les tentes ont été portées au CB.
Aujourd’hui nous quittons les trekkeurs qui redescendent en 3 jours à Lukla et nous allons nous installer au CB. Au lodge c’est les préparatifs, un dernier souffle de chaleur humaine autour du poêle avec mes amis sherpas et kitchen boys que je ne vais plus revoir, toujours là pour vous renvoyer une image positive et une amitié sincère sans se connaître vraiment.

Ce trekking d’acclimatation est proche de la perfection pour ce qui est de la progression en altitude pour une personne qui s’acclimate facilement (cf. graphique à réaliser avec Excel) A l’aube de se frotter à la plus haute des montagnes, tout est en ordre… Excepté cependant les télécommunications : après avoir buté sur des échecs successifs pour envoyer des courriels avec mon téléphone satellite, je me trouve privé de toute possibilité de communiquer avec ma carte SIM Orange après avoir rechargé la carte SIM Thuraya achetée par l’organisation de l’expédition. Conclusion : je vais payer mon forfait pro Orange (46€) pendant 2 mois sans pouvoir l’utiliser, être empêché de communiquer avec famille et amis pendant 2 mois et ne plus avoir les messages de ceux qui essayent de me joindre en France, tout ça pour avoir gracieusement prêté mon téléphone… Il y a de quoi être un peu fâché non ? Passons !

Tout finit par arriver et l’heure des adieux aussi, dans la cour du lodge, étreintes, accolades, larmes, chacun poursuit sa route et un grand vide se crée. Trek fini, direction le camp de base de l’Everest. Pascal m’a gentiment laissé deux romans sud-américains qui ont l’air très bons, c’est une future réserve de plaisir et je me trouve avec une belle pile de bouquins dans ma nouvelle maison, la tente du camp de base.

En route vers le camp de base, petite balade de 2h à travers les montagnes de cailloux. Arrivés là, le spectacle est saisissant, nous trouvons un véritable village de toiles avec ses chemins, ses murs en pierre, ses chortens et ses drapeaux à prière. Nous sommes tout au bout du camp près du départ de la cascade de glace et pour donner une idée des dimensions du camp, il nous faut 15 mn pour le traverser. Et nous voilà en tête à tête avec Anne Garance, ça fait bizarre…
Il faut dire que l’on est de vrais coqs en pâte dans un camp 3 étoiles à + de 5000m d’altitude sur un monceau de pierres et de glace. Un cuisinier, un sherpa et un kitchen sont là depuis 40 jours et ont préparé un camp tout confort : grande tente, salle à manger chauffée au gaz et éclairée au groupe électrogène, chacun notre tente, copie chinoise de la north face VE 25 avec isolant mousse au sol + matelas mousse, petite cuisine en pierres, tente toilette, tente douche, etc. Enfin, nous voilà bien installés pour quelques temps dans des conditions optimales, il faut ça car le CB est haut et assez dur à vivre même si j’ai pu aller y faire ma toilette en cassant la glace en pleine journée. Dès notre arrivée la consigne est passée : téléphones satellite interdits jusqu’au 10 mai. Le comble ! Je ne peux pas utiliser le mien comme je voudrais et je risque de me faire prendre. Je ne peux même pas envoyer de SMS avec le système Thuraya… Pas content mais cocu ! A mon arrivée, je me retrouve sous la tente cuisine à siroter le thé avec les sherpas d’altitude tous mieux fringués que des guides, c’est vite devenu la caste de l’Everest business. Le calendrier tibétain est consulté pour la « puja » cérémonie pour inspirer la clémence des dieux, des offrandes sont prévues sous forme de bières, biscuits et chocolat. Ang Tsering a même tapé dans mes vivres d’altitude. Juste retour des choses je me suis payé en tapant sans le savoir dans la réserve de bières des dieux ! On verra si ça porte malheur ! Dans l’après-midi je me familiarise avec l’oxymètre, engin délicat à utiliser avec des valeurs très fluctuantes, prendre la mesure sur le même doigt et de la même façon.

  • M : 278m – 240m/h
  • D : 83m – 300m/h
  • Tps : 2h10
  • Pls : 82/119/142

 

petraud
A propos de l'auteur

Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trouvé un débouché tout naturel à une passion tenace...



http://www.guidexpe.com/