Ascension à la Pointe de la Rechasse et de la Grande Casse

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Vanoise | Activité : Ski de Randonnée  | 


Ascension à la Pointe de la Rechasse et de la Grande Casse - Ski de randonnée en Vanoise
Posté le :


Ascension à la Pointe de la Rechasse 3 212 m depuis le refuge Felix Faure, 2 517 m

Horaire : 2h d’ascension, 35 min de descente
Dénivelé : +- 720 m
Parcours : 9 km
Difficulté : **

Cachant tout le paysage vers le Sud se trouve la Pointe de la Rechasse. Bien que nous soyons passés par là lors du troisième jour, c’est un itinéraire intéressant si on a suffisamment d’énergie pour grimper au sommet et ainsi jouir de la vue sur la Grande Casse, le plateau glacier et surtout de la descente à ski.

Nous sommes allés directement au Sud pour surmonter en zigzagant sur l’étendue bien visible depuis le refuge entre la même pointe qui se trouve juste à droite de la zone rocheuse du pic et le col de la droite près de la pointe rocheuse de Rochers du Genépy.

 © 1996-2008, Barrabes Ski Montaña S.L.U.

Nous atteignons cette sorte de col qui nous donne accès au grand plateau où il n’y a pratiquement pas de pente sur le glacier de la Roche Ferran. Par ce plateau, au Sud, nous longeons la Pointe de la Rechasse pour monter par l’étendue de neige directement au Nord et une fois gagnée la crête tourner à l’Est pour atteindre le sommet.

Pour descendre, nous suivons le même itinéraire mais après le plateau nous nous dirigeons vers le grand passage enneigé qui monte près des Rochers du Genépy mentionnés précédemment. Ici nous trouvons moins de traces qui gênent la descente et finalement, avant les zones plus plates près du refuge, nous enchaînons de nouveau le même parcours d’ascension.

Ascension à la Grande Casse, 3 855 m depuis le refuge Felix Faure, 2 517 m

Horaire : 4h40 d’ascension, 1h15 de descente
Dénivelé : +- 1 400 m
Parcours : 10,6 km
Difficulté : ****

Depuis le refuge on voit l’itinéraire complet. Nous allons en direction NE, en avançant sur le flanc descendant pour aller chercher au-dessus du lac un autre versant qui nous mène jusqu’à une gouttière. Selon l’envie, on peut faire ce tronçon avec ou sans peaux. Nous grimpons la gouttière qui est douce dans un premier temps et qui devient rapidement plus verticale. Avant d’attaquer cette première pente, selon l’état de la neige, il sera intéressant de mettre les couteaux (que l’on n’enlèvera pas avant le sommet) aux skis. Au-dessus de la gouttière, le terrain s’adoucit et la vaste étendue de neige du sommet s’ouvre devant nous. En surveillant la zone sur la droite, d’où pourraient venir d’éventuelles avalanches, nous grimpons par ce côté. Dans tous les cas, s’il y avait un risque, nous pourrions également grimper par l’autre côté jusqu’à une échine.

 © 1996-2008, Barrabes Ski Montaña S.L.U.

Nous surmontons ce Glacier des Grands Couloirs, en nous dirigeant sur notre gauche et en faisant des zigzags continus sur cette pente qui devient de plus en plus verticale. Selon l’état de la neige, beaucoup d’alpinistes grimpent avec les crampons et les skis sur le dos. Finalement, sur le pan le plus escarpé, nous laissons des séracs sur notre droite. A partir de là, la pente nous donne un peu de répit. Ce tronçon ne doit pas être effectué avec les skis si on ne domine pas certaines techniques de virages car la moindre erreur nous précipiterait tout en bas. Depuis le plateau, nous attaquons le dernier raidillon du sommet par la gauche et finalement nous flanquons jusqu’au même pic. Contrairement à ce qu’il ne paraît depuis en bas, ce dernier pan est également relativement escarpé. Glisser pourrait s’avérer fatal.

Pour la descente, nous reprenons le même itinéraire qu’à la montée, toujours en faisant le maximum pour ne pas commettre d’erreurs. En cas de neige très dure, nous pouvons effectivement être précipités jusqu’en bas sur des tronçons marqués S3 et S4, avec des pentes continues de 40 degrés.

deux + quatre =