Asco – Olmi Capella

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


Asco - Olmi Capella - Randonnée de Corte à l'île Rousse
Posté le :


On quitte Asco, en faisant un crochet par le bar pour s’acheter un sandwich pour midi. On part relativement tard car on a profité de la nuit pour recharger les batteries après la longue étape de la veille. L’étape semble mieux balisée et le relief est plus clément mais les étapes précédentes ont laissé des traces, notamment sur les pieds de Sam. Des ampoules un peu inquiétantes ont fait leur apparition mais après avoir dépassé la moitié du parcours total, abandonner serait vraiment dommage. Le profil de l’étape est simple, il ressemble à une version light des étapes précédentes : on monte puis on descend. Sauf que cette fois on monte moins haut et moins fort.

L’entrée en matière est donc très délicate pour Sam, qui souffre des pieds, mais qui digère également assez mal les étapes des jours précédents. Les 600 mètres d’ascension se font donc à un petit rythme pour arriver au Bocca Laggiarello vers 13h. Comme lors des étapes précédentes, l’arrivée au col propose un nouveau tableau composé de la fin de l’étape du jour mais aussi d’une partie de l’étape du lendemain. Cette fois nous avons en plus la satisfaction de nous dire que le col que nous voyons tout au loin est le dernier à franchir. La descente vers la maison forestière de Tartagine (-500) est très mal balisée et nous décidons assez rapidement de ne plus suivre aveuglément le sentier mais d’emprunter des pistes 4×4 afin de perdre moins de temps (nous avons perdu 45 minutes après le repas pour retrouver le chemin). La descente est donc (kilométriquement) un peu plus longue mais permet à Yannick de prendre sa foulée et de mettre quelques minutes dans la vue de Sam.

C’est donc avec un peu d’avance qu’il arrivera à destination (17h30) après avoir emprunté une belle piste traversant une non moins belle forêt de pins. L’anecdote du jour ? Elle est portée sur le compte de Yannick qui a oublié ses lunettes solaires quelques kilomètres avant l’arrivée. Il décide après avoir un peu hésiter de s’offrir une heure de rab pour aller les rechercher, provoquant la curiosité et l’hilarité du papy du coin (super sympa). La soirée se passe très bien, le repas est à la hauteur de l’accueil et des infrastructures : excellent ! On sent doucement la fin arriver car le profil des étapes s’adoucit. C’est heureux car les ampoules de Sam ne guérissent pas, que du contraire.

4 × un =