Bivouac au dessus de Photoksar – Skyumpata

Destination : Asie » Inde | Montagne : Himalaya ; Ladakh | Activité : Randonnée  | 

Bivouac au dessus de Photoksar - Skyumpata - Traversée du Zanskar


Jour 5

D+ : 900 m
D- : 1050 m
Temps de marche : 7h30
Altitude arrivée : 4160 m

Lever 5h. Nicolas est motivé mais malheureusement il ne fait pas beau, de sombres nuages cachent les montagnes. Il réessaye tout même d’allumer un feu de bouses, sans plus de succès. La marche commence par une descente vers une vallée. Nous croisons des campeurs près d’une stupa. C’est la montée vers Singi-La qui commence.

Vers le milieu de la montée, une tente est installée faisant office de restaurant et boutique de ravitaillement basique (nouilles instantanées et biscuits). Nous en croiserons presque une chaque jour, il s’agit de grandes tentes utilisant un parachute des stocks de l’armée indienne tendu par dessus un muret de pierres. Elles sont montées et occupées juste pour la saison d’été (juillet-aôut). Cette tente ci se trouve au milieu d’un endroit charmant et la famille l’occupant est très aimable et souriante, les deux petits enfants sont assez craquants. Nicolas est bien content de pouvoir filmer librement ces ladakhis et leur environnement de vie si sobre. Nous essayons de discuter un peu car l’homme semble en avoir l’envie, ce qui nous réjouit, même si ce n’est pas aisé avec le peu de vocabulaire anglais qu’il connaît, il faut utiliser les gestes et des questions simples.

Après un bon ‘tchaï’, nous repartons vers le col. Pour Anthony, c’est dur, il avance très lentement, plus de carburant et de forces dans les jambes, avec un mal de tête qui ne passe pas. Mais on y arrive finalement, à ce col du Singi-La, à 4900m. Il y a beaucoup de vent et la vue est phénoménale. Comme à chaque col, claquent des drapeaux à prière accrochés à des cairns ou des ‘chortens’.

De l’autre côté du défilé, le terrain est sec et poussiéreux, plus que d’habitude. Vers l’est, des falaises incroyables au pendage régulier vont se terminer en crêtes très inhospitalières au loin vers le sud. Les couleurs sont stupéfiantes. Toutes ces nuances d’ocre rappellent l’Afrique du Nord avec ses semblables poussière et sécheresse. Vers la fin de la descente, nous essayons de récupérer un ancien chemin à flanc sur la droite pour éviter une petite descente et la remontée associée inutiles. Cela s’avère un peu périlleux pour atteindre cette variante, mais ça passe. Ce sentier, constitué d’un assemblage de pierres à flanc de la pente, n’est apparemment plus utilisé car de nombreux éboulis l’ont détérioré. Après un bref déjeuner des habituels carotte, chapati et tranche de saucisson, nous continuons notre route par l’itinéraire normal. Ici, il y a moins de marmottes, c’est que nous en avions vu de nombreuses, plutôt énormes, au pied de l’autre versant du col franchi. Par contre, on observe toujours autant d’oiseaux que nous essayons de photographier, sans y parvenir.

Sur la route vers Khyupu La, nous croisons un groupe d’une vingtaine de Français qui se dirigent vers le camp de base du Singi-La. Certains ont l’air bien fatigués. Nous comprenons un peu pourquoi lorsque nous arrivons au Khyupa La (4450m) avec ensuite une longue descente amenant au pied de Skyumpata. Dans l’autre sens, elle semble plutôt pénible. Un peu au-dessus de Skyumpata, avant d’arriver à un chorten, nous trouvons un endroit assez plat bien que sec. Nous nous arrêtons là, profitant du soleil qui brille encore généreusement. La journée a été chaude. Vers 18h15, de petits groupes de travailleurs descendent regagner Skyumpata. Nous les saluons et offrons un peu d’eau à certains, avant de rentrer définitivement au chaud sous la tente, où une portion de purée et de polenta nous attend. Ce soir nous nous couchons tôt, à 20h.

A propos de l'auteur

Sportif, contemplatif et amoureux des voyages, a la recherche de paysages inedits et de rencontres d'autres cultures...



http://nroirand.free.fr/

6 + 9 =