Bivouac au lac de Króskslón – Camp de Landmannalaugar

Destination : Islande » Europe | Activité : Randonnée  | 


Bivouac au lac de Króskslón - Camp de Landmannalaugar - Traversée de l'Islande à pied
Posté le :


Jour 12 – 2 août 2007 : Bivouac au lac de Króskslón – Camp de Landmannalaugar

Journée : 8h – 17h15
Temps : 7h15 (3h40+3h35)
Distance : 30 km
Dénivelé : +530m/-455m

Grand ciel bleu ce matin sur 360°, c’est la première fois, il a encore un peu de vent mais beaucoup moins que les jours précédents. Après avoir passé le pont qui permet de passer les eaux qui s’écoulent du lac de Króskslón pour alimenter une centrale hydro-électricité, nous regagnons la piste qui mène au camp de Landmannalaugar. Du coup la circulation de 4×4 est redevenue plus importante. Nous essayons de la quitter dès que nous le pouvons, mais le choix d’itinéraires qui s’offre à nous est limité, bloqué par les montagnes. Le soleil cogne et le vent est tombé. Couvert comme nous le sommes, nous avons vite très chaud. Ayant perdu l’habitude de transporter beaucoup d’eau, nos réserves s’épuisent vite. La soif se fait sentir.

Nous longeons la rivière de Tungnaà pour entrer dans la réserve de Fjallabak. Nous découvrons alors petit à petit le paysage et les
couleurs typiques tant attendues de Landmannalaugar. Nous pénétrons dans cette beauté naturelle avec d’un coté des cratères splendides comme celui de Norðurnámur et de l’autre le superbe lac de Frostastaðavatn au bleu vif. Nous empruntons la petite arête du
Frostastaðaháls qui longe le lac et qui nous fait découvrir en surplomb le camp de Landmannalaugar.

Dans la multitude de tentes, je reconnais celle des MULs croisés il y a  deux jours. Ce sont deux Californiens. Le mec nous reconnaît et vient nous voir :

– Bonjour, c’était bien vous dans la grange l’autre nuit ?
– Euh oui… Mais comment tu nous as reconnu, nous étions
emmitouflés dans nos duvets ?!
– C’est à la couleur jaune fluo de vos housses de sac à dos.
– Ca fait longtemps que vous êtes là ?
– Quelques heures déjà. On se repose avant de reprendre la route
ce soir, on aime bien marcher à la fraîche.
– Pourquoi les journées ne sont pas assez fraîches pour vous ?

La vache, qu’est-ce qu’ils nous ont mis ! Nous étions partis les premiers de la grange et ils sont arrivés depuis un bon moment déjà !
Ca leur réussit de marcher à la fraîche ! Puis, nous nous dépêchons d’installer notre tente, afin de passer au camion-épicerie du camp. Nous allons enfin manger à notre faim ce soir ! Les prix sont exorbitifs, mais nous ne résistons pas au pot de miel, aux biscuits… Une fois nos estomacs comblés, nous finissons la soirée dans les sources chaudes, dans ce cadre idyllique. L’eau est issue d’une petite rivière d’eau froide et d’une source chaude, nous permettant ainsi de mixer la température de l’eau et de trouver celle qui nous convient le mieux. La plus chaude !

Simon
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net