Camp de base

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | Agence : Allibert Trekking 


Camp de base - Ascension de l'Everest
Posté le :


J18 Lundi 21.04.08 – CB (5350m)

Ne jamais plaisanter avec les militaires, ils ne connaissent qu’un degré, le premier.

T° : -9° Pression : 531mb Saturation : 95/99
Aujourd’hui, repos et préparation du matériel. La première cuisine construite par les pionniers du camp est envahie par les eaux. Notre équipe va refaire un terrassement à cet endroit pour remonter le niveau et y placer la tente mess plus proche ainsi de la nouvelle cuisine. Vérification et mise au point du matériel : crampons, baudriers, longes, chargement, réglage et distribution des radios. Attention ! il ne faut pas plaisanter avec l’armée népalaise : un utilisateur de tél satellite et des Américains pas très malins exhibant une banderole "Free Tibet fuck chineses" se sont fait renvoyer dans leurs foyers. Anne Garance pas très bien aujourd’hui passe son temps dans la tente. Il faut bien dire que les agressions à la fois du froid, de l’altitude et les changements alimentaires (mon cher Watson) sont difficiles à encaisser pour l’organisme quand, à cela, s’ajoute la solitude, le moral fait des hauts et des bas… Pendant ce temps, je fais une petite reconnaissance jusqu’au départ de l’icefall. Toujours impressionné par la forêt de tentes et de drapeaux à prières jusqu’à l’infini, au milieu d’un dédale de rochers, de glace de lacs gelés et ces montagnes démesurées qui nous entourent éclairées par les soleils du matin et du soir, écrasées de lumière la journée, tout cela contribue à créer un climat surnaturel et on se demande parfois ce que l’on vit. Etre empêché de communiquer sur l’extérieur pendant 20 jours accentue encore cette sensation d’isolement au milieu de la foule. Anne Garance très mal au dîner finit par tout vomir et se sent mieux après.

  • M : 118m – 270m/h
  • D : 189m – 240m/h
  • Tps : 2h10
  • Pouls : 82/119/142

J19 Mardi 22.04.08 – CB (5350m)

J’ai pas d’apôtre, j’ai pas de croix, je crois en l’autre, je crois en toi… (Claude Nougaro)

Sat matin: 95 T° : -9° Pression : 532mb
Aujourd’hui c’est la puja. Chaque expédition construit son autel en pierre et un lama vient pour la cérémonie. Offrandes et bénédiction du matériel, ensuite sont installés les drapeaux à prière en étoile tout autour du mat central de l’autel si bien que l’on pourrait compter les expéditions en comptant les autels. Tout un tas de friandises on été regroupées, l’autel est entouré de canettes de bière San Miguel. Mais quel est donc ce saint Miguel qu’on vénère tant ? Le dieu du houblon peut-être. Le lama qui est aussi sherpa à ses heures – il faut bien vivre – psalmodie les textes sacrés qu’il lit sur ses feuillets et de temps à autre on fait tourner les friandises et les boissons, on lance du riz vers l’autel au signal du dévot. La farine d’orge bénit chaussures et crampons, nous héritons tous d’une poignée de riz béni et les bières et les victuailles tournent pendant que les drapeaux à prière sont installés. Les nourritures terrestres auront été équitablement partagées entre hommes et dieux et la cérémonie se termine en fête. Le bouddhisme n’est pas une religion de la souffrance. Ma contribution 1500 Rpies pour le lama et 2000 Rpies pour les victuailles.
Je conclurai par la parole de Georges : "je ne crois pas un mot de toutes ces histoires, mais j’envie les simples d’esprit pouvant y croire".

J20 Mercredi 23.04.08 – CB (5350m) C1 (5950m) CB (5350m)

L’enfer est voisin du paradis.

A 4h du matin lorsque je me rends en cuisine pour mon rituel café au lait, l’ambiance est presque rassurante, le temps est superbe, la pleine lune éclaire le camp bercé par le ronron régulier des groupes électrogènes et une chenille de lucioles s’étire dans la cascade de glace. Là je fais pour les allergiques au franglais, mais c’est impropre de traduire icefall par cascade de glace, ce n’est pas une cascade de glace, mais une chute de séracs bien que je sois plus sensible habituellement aux chutes de reins, celles-ci, malgré les apparence ne me laissent pas… de glace. Anne Garance a dû avoir une panne d’oreiller ce matin il faut que j’aille la réveiller ! Nous démarrons avec Maïla le cook du camp 2 et très vite Anne Garance ne se sent pas bien, elle couve depuis 2 jours des problèmes de foie, je la raccompagne un petit bout et elle me laisse repartir seul pour une reconnaissance. Alors là les amis ! l’icefall c’est fou, je n’aurai qu’un mot, fantasmagorique, orgasmotitanic, giganticimesque, alucinogex ,enormicime, delirantex, chaotrique, fantasteque, majix Babas arrêtez le pétard venez dans l’icefall ! Cadres arrêtez repas d’affaire whiskys et prozac montez dans l’oxygène rare ! Je suis transporté par cette idée je suis dans cette mythique icefall du non moins mythique Everest. J’en ai tellement rêvé et en pensant aux êtres chers, aux clients fidèles aux potes alpinistes il me vient souvent des larmes de joie. C’est comme une femme longtemps refusée qui s’offrirait, il y faut beaucoup de séduction, de patiente et de chance. Je préfère la séduction à la conquête, oui c’est cela nous allons tenter de séduire l’Everest. Pété aux endorphines (la morphine gratuite : on devrai interdire le sport !) je me chante doucement : "je me voyais déjà en haut de la déesse mère". Mais toute euphorie a ses chutes… Le C1 se fait attendre, il est loin le bougre et le soleil cogne fort et les forces s’épuisent, puis tout bascule la mécanique s’essouffle et je reste les yeux rivés sur le compteur : "ne pas dépasser 140 au pouls ! ". Ce pouls ne veut pas redescendre même à la descente ! Je paye la dette d’oxygène. J’ai un peu violenté cette bonne vieille carcasse, celle qui supporte depuis 62 ans le tyran qui la gouverne et qui s’est toujours montré à la hauteur de la situation. Carcasse c’est juré, l’heure de la sagesse arrive, plus que du bien pour toi pour toutes ces années de bons et loyaux services. C’est trop long en aller et retour, dommage après une acclimatation aussi bien commencée, la descente est interminable, la pompe ne veut pas se calmer et voilà la gorge et les bronches brûlées par cet air froid. Paradis et enfer dans la même journée c’est la dure condition de l’Homo alpinus.

  • M / D :800m
  • Tps : 10h20 !
  • Pls : 94/132/151…125< 9h <165 – 1h<125
A propos de l'auteur

Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trouvé un débouché tout naturel à une passion tenace...



http://www.guidexpe.com/

deux + dix-huit =