Camp de Hvanngil – Camp de Skagfjörðsskáli (Þórsmörk)

Destination : Islande » Europe | Activité : Randonnée  | 


Camp de Hvanngil - Camp de Skagfjörðsskáli (Þórsmörk) - Traversée de l'Islande à pied
Posté le :


Jour 15 – 5 août 2007 : Camp de Hvanngil – Camp de Skagfjörðsskáli (Þórsmörk)

Journée : 8h25 – 17h35
Temps : 7h (2h50+4h10)
Distance : 30 km
Dénivelé : +650m/-1000m
Nb de Gué : 2 en 55 min

Après cette nuit difficile, le réveil l’est tout autant. Mais heureusement, la tente a tenu le coup et le vent à diminué.

Au bout de vingt minutes de marche, nous passons une nouvelle fois un gué. Cette fois, c’est à mon tour de passer le premier. Haaaaa !
Put*** que c’est froid ! Je ne m’habituerai jamais à cette eau glaciale.

Arrivé à la moitié, je m’aperçois que celui-ci est plus profond que les autres, ça ne passe pas, mince, je suis obligé faire demi-tour… Houhaa ça caille, je me sèche les pieds avant même d’expliquer mon demi-tour à Philippe…

– Qu’est ce qui ce passe ? Pourquoi tu fais demi-tour ?
– C’est plus profond que d’habitude, faut qu’on se désape.
– Même si on remonte au max le collant ?
– Oui, faut enlever le collant et le sur-pantalon.

C’est ainsi que nous nous retrouvons en caleçon au petit matin dans une eau à deux degrés. J’y retourne pour un deuxième passage, j’ai
les doigts de pieds en glaçons, j’ai l’impression que je les perds un par un… Quelle torture !

Nous continuons notre marche dans ce paysage de dessins animés durant toute la journée. A midi, nous répétons l’épisode d’hier matin, avec une sieste au soleil sur la terrasse du refuge de Botnar non loin du canyon de Markarfljót.

L’itinéraire de l’après midi nous offre une vue sur la langue glaciaire de Entujökull. La marche est longue sous un soleil qui cogne dès que le vent s’arrête de souffler. Petit à petit la nature revit, des arbustes apparaissent, puis des petits arbres, avant d’entrer dans une mini
forêt. Nous voyons enfin des arbres depuis notre départ. Ca sent bon, c’est vert, c’est vivant… Nous avons l’impression d’avoir changé de
pays. Mais les gués nous ramènent vite à la réalité. Nous passons le dernier de notre traversée. Cela devient presque une routine. Nous
sommes plus rapides, plus efficaces, mais les pieds ne s’habituent décidément pas au froid…

Nous arrivons à Þórsmörk sous le soleil, c’est un vrai havre de paix, un coin de paradis et de détente aux paysages sublimes. En plus, il fait si beau que nous restons dehors jusqu’à vingt heures, il fait bon.

Simon
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net