Camp de Landmannalaugar – Camp de Hvanngil

Destination : Islande » Europe | Activité : Randonnée  | 


Camp de Landmannalaugar - Camp de Hvanngil - Traversée de l'Islande à pied
Posté le :


Jour 13 – 3 août 2007 – Camp de Landmannalaugar

Repos et petite balade.

Il a plu toute la nuit et le vent a bien soufflé. Une vraie tempête qui m’a un peu empêché de dormir. N’ayant pas pu faire ma maçonnerie,
j’étais là à surveiller que la tente ne s’envole pas pendant que Philippe dormait tranquillement avec ses boules quiès. Au réveil, la pluie tombe toujours et le ciel est bien gris. Du coup, nous ne sortons pas des duvets avant dix heures. Nous avons la flemme toute la journée, nous passons notre temps sous la tente à manger ce que nous avons acheté à la mini épicerie et à jouer au petit jeu que nous avons avec nous : le jeu des cochons.

Vers dix-huit heures il pleut moins, nous en profitons pour nous balader deux petites heures dans le Landmannalaugar. Puis nous
finissons la soirée dans la source chaude avec Marie et Vincent qui ont rejoint le camp. L’atmosphère est complètement différente : plongés
dans une eau à cinquante degrés avec la brume tout autour de nous, l’ambiance est féerique.

Jour 14 – 4 août 2007 : Camp de Landmannalaugar – Camp de Hvanngil

Journée : 9h – 17h40
Temps : 7h05 (2h50+4h15)
Distance : 24 km
Dénivelé : +1165m/-1200m
Nb de Gué : 2 en 25 min

Ce matin, nous avons comme qui dirait eu une panne de réveil. Mais ce n’est pas plus mal, car le ciel était bien couvert au petit matin. Le
temps de replier le campement, le bleu a envahi le ciel. Nous ne regrettons pas d’avoir attendu une journée à rien faire hier. Celle
d’aujourd’hui s’annonce magnifique.

Nous pénétrons dans le coeur du pays volcanique de Landmannalaugar et l’émerveillement est au rendez-vous. Le paysage
est de toute beauté et les couleurs impressionnantes. Philippe bat un record de photos, mitraillant sous tous les angles, il est comme un
enfant fou devant un nouveau jouet. Pour ma part, j’ai déjà eu l’occasion de voir pas mal de paysages de montagne à travers le monde, mais jamais comme celui-ci. C’est une explosion d’une fabuleuse palette de couleurs, une variété de paysages et de mystères géologiques. L’impression d’être sur une autre planète est totale.

Nous faisons une halte paisible au soleil sur la terrasse du refuge de Hrafntinnusker avant de reprendre la route. Après avoir passé deux
gués, toujours aussi froids, nous découvrons un nouveau paysage, plus vert, laissant dernière nous les couleurs ocres. Le vert est présent partout, d’une teinte exceptionnelle : tellement irréel, qu’il fait penser à des couleurs de dessins animés.

Nous arrivons au camp de Hvanngil avec le vent et le froid. Morts de faim, nous préparons rapidement les lyophilisés terrés dans un trou à l’abri du vent qui souffle. Cela fait à peine une heure que nous sommes au camp que nous nous mettons au chaud dans notre tente pour une longue soirée et une très longue nuit. Le vent soufflant de plus en plus fort, c’est maintenant une véritable tempête qui sévit à l’extérieur. Le haut de notre tente balance de gauche à droite, les parois s’enfoncent diminuant considérablement notre volume intérieur. Il est alors impossible pour nous de trouver le sommeil. Nous tenons comme nous le pouvons la tente, en appuyant avec jambes et bras la toile. Nous sommes là, à imaginer une solution de repli au cas où la tente céderait. Puis vers les trois heures du matin, nous nous laissons emporter par le sommeil en nous disant que si la tente a tenu jusqu’à maintenant, elle tiendra bien jusqu’au petit matin.

A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

quatre × quatre =