Castro del Rio – Santa Cruz

Destination : Espagne | Activité : Randonnée  | 


17ème jour de marche de notre traversée de l'Andalousie entre Castro del Rio et Santa Cruz en Espagne : + 375 m / - 405 m / 22,2 km / 5h20.
Posté le :


Carnet : Traversée de l'Andalousie
0
(0)
 + 375 m / – 405 m  22,2 km  5h20

La pluie s’est invitée une bonne partie de la nuit perturbant un peu mon sommeil. Au réveil, une pluie fine persiste et la météo aperçue au bar durant le petit déjeuner n’est pas encourageante. Nous préparons donc l’équipement de protection complet, Goretex, housse pour le sac, casquette pour protéger les lunettes et nous partons en suivant les balises jaunes qui passent juste à côté de l’hôtel. L’ambiance est pour le moins humide et nous marchons le long de la route, pas encore trop fréquentée, sous une légère bruine. Quand nous quittons la route, après environ un kilomètre, le chemin détrempé recouvre instantanément nos semelles d’une boue lourde et collante.

Nous essayons de louvoyer entre rebords herbeux et cailloux. Nous sommes finalement satisfaits de retrouver un petit passage sur le bitume peu avant Espejo. La lumière est vraiment terne effaçant tout relief.

Les rues escarpées du village, accroché sur un piton rocheux, sont joliment décorées de pots de fleurs colorées et de belles grilles ornent les façades.

La citadelle massive couronne l’ensemble. Nous suivons les traces GPS enregistrées sur internet pour retrouver le camino ce qui nous entraîne au travers d’une oliveraie que nous traversons hors sentier…

Nous retrouverons ensuite rapidement le cheminement balisé sur une large piste qui circule entre les champs cultivés. La monoculture de l’olivier cède la place à des cultures variées et les couleurs diverses des champs sont d’un bel effet quand le soleil pointe le bout de son nez.

Nous aurons juste le temps d’un rapide pique-nique avant que la bruine ne recommence. Un panneau curieusement libellé nous informe que le chemin est impraticable pour cause de pluie et de boue mais sa position nous laisse douter de l’itinéraire à emprunter. Quelques dizaines de mètres sur un des chemins nous avertit bien vite lorsque nous nous enfonçons quasiment aux chevilles ! Nous retournons vers la « déviation » ce qui ne nous empêchera pas de lutter dans certains passages pour extraire nos chaussures de la gangue de boue. Toutes les flaques sont mises à profit pour tenter un nettoyage sommaire des chaussures. Quand nous apercevons Santa Cruz et les voitures sur la route nous pensons être rapidement sortis des difficultés. C’était sans compter avec un ruisseau grossi par les pluies et qu’il faut franchir par un gué : l’eau monte largement au dessus des chevilles tandis que le courant nettoie nos semelles avec une certaine efficacité.

Nous débouchons peu après sur la route et profitons d’un terre plein de carrefour pour ôter nos chaussures et les délivrer de l’eau transportée. Rapidement, nous arrivons à l’hostal réservé par l’office du tourisme de Cabra. Nous avons juste le temps de nettoyer nos chaussures sur la terrasse avant qu’une averse drue ne s’abatte à nouveau.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Jean Pierre
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr

La vidéo du Moment : Traversée du Massif Central à Pied