Cerro Fitz Roy

Destination : Amérique » Argentine | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 

Le cerro Fitz Roy (3405 m), également connu sous le nom de cerro Chaltén est une des montagnes les plus emblématiques de Patagonie. Situé dans le parc national Los Glaciares dans la province de Santa Cruz, nous avons gravi autour pendant 5 jours.


Carnet : Cerro Fitz Roy


Afficher Patagonie sur une carte plus grande

Jour 1 – 27/11/09 : De El Chaltén à la lagune Torres
Départ : 16h30 – Arrivée : 19h05 | +420/-180m – 9km – 2h35

En milieu d’après-midi, nous arrivons enfin, après des milliers de kilomètres, à El Chaltén. Ce village reconstruit pour accueillir les touristes est notre point de départ pour notre première marche en Patagonie. C’est d’ici que partent les sentiers qui mènent au pied du Cerro Fitz Roy. Ce sommet, situé dans le Parc des Glaciers en Argentine, culmine à 3405 mètres d’altitude.

A notre arrivée dans le parc, nous avons eu droit au passage obligé à la Maison du Parc des Glaciers, afin d’écouter le petit discours sur la protection et le respect de la faune et de la flore. Ce qui est, je trouve, une bonne initiative, vu le nombre de personnes de tout horizon qui débarquent ici. En plus, nous récupérons un petit plan du parc, avec les temps de marche.

Nous tournons un peu en rond à la sortie du village pendant vingt bonnes minutes avant de trouver le départ du sentier… Il faut dire que nous ne sommes pas gâtés. Entre Ricou qui a perdu le Nord depuis notre entrée dans l’hémisphère Sud, il était complètement déboussolé lors de notre journée à Buenos Aires et moi qui lis une carte d’El Chaltén sur là-quelle les maisons sont moins vite représentées qu’elles ne sont construites.
Une fois celui-ci trouvé, nous montons au moment où toutes les personnes qui étaient parties à la journée redescendent. Et comme bien souvent sur ces sentiers de randonnée touristique et fréquentés, une personne sur deux ne répond pas nos salutations…

Nous marchons d’un bon pas, la fin de journée n’est plus très loin. Le paysage est superbe et la météo exceptionnelle. Nous sommes enchantés d’être là, nous avions tous les deux hâte d’arriver. Le sentier remonte la vallée, un peu à l’écart du rio Fitz Roy, par les forêts. C’est une surprise pour moi, je ne m’attendais pas à voir de telles forêts verdoyantes aux arbres si grands en Patagonie. Nous avons la chance également d’apercevoir au loin le Cerro Torre, dégagé des nuages.

Nous arrivons au lago Torres pour le dernier rayon de soleil. Derrière le lac se trouve le glacier Torres sur lequel nous aimerions bien aller crapahuter un peu. Pour cela, nous avions embarqué avec nous les crampons. Mais une chose que nous n’avions pas prévue, il y a une tyrolienne à passer pour accéder au glacier… et malheureusement, nous avons laissé nos baudriers à El Calafate.

L’aire de bivouac se situe non loin, dans une petite forêt afin de protéger les campeurs, où plutôt leurs tentes, des vents violents qui font rage ici. Une dizaine de tentes sont déjà installées, mais le camp est grand et confortable, il y a de la place pour tout le monde.
Nous nous y installons et prenons notre premier souper en pleine nature. Au moment de faire la vaisselle dans le cours d’eau qui borde le camp, je pose maladroitement le pied sur une pierre qui roule. Plouf ! La poisse, me voilà avec ma chaussure mouillée à 21 heures, par 10°C. Si j’ai bien une paire de chaussettes de rechange, je sens venir le coup, que je vais devoir chausser demain matin une chaussure froide et humide, ce n’est pas ce que j’appelle le pied !

Pour finir la soirée, avant de nous coucher, nous prenons un peu de hauteur sur un rocher pour admirer le lago Torres illuminé par un ciel étoilé. C’est là que nous apercevons un renard roux, apparemment habitué à roder autour du camp en espérant trouver quelques restes à se mettre sous la dent.

A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

4 × 1 =