Chez les tibétains

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya ; Manaslu | Activité : Randonnée  | Agence : Huwans 


Avec l’altitude, nous entrons dans le royaume des népalais d’origine tibétaine. C’est aussi celui de la haute-montagne. Les vues sur le Manaslu se multiplient dont un magnifique lever de soleil à Shyala, et tout doucement, nous nous acclimatons pour passer le Larkya La.
Posté le :


Carnet : Tour du Manaslu

Namrung – Shyala

  • • 6h30 de marche
  • • D+ : +1245m
  • • D- : -340m
  • • Altitude arrivée : 3490m

Assez rapidement après la sortie du village de Namrung, les panoramas sur les montagnes et les glaciers s’ouvrent à nous. A Lihi (2939 m), un tibétain nous remet spontanément trois pommes à chacun. Une offrande que je prends comme un présage positif.

Ngadi Chuli

A l’entrée de Shyo, belles vues sur le Ngadi Chuli aussi connu sous les noms de Dakura et Peak 29 est le vingtième plus haut sommet du monde avec ses 7871 mètres d’altitude. A la sortie du village, nous passons la barre des 3000 m.
Monter toujours plus haut, admirer les paysages et commencer à écouter le corps s’adapter à l’altitude. Sandrine, qui a l’insouciance du premier trek en altitude, galope sans y penser. Fort heureusement, cela ne lui sera pas préjudiciable plus tard.

Il était prévu que nous dormions à Lho (3200 m) mais Bikas nous propose de continuer jusqu’à Shyala pour profiter selon lui du plus beau lever de soleil sur le Manaslu. Cela permettra aussi de raccourcir l’étape du lendemain et de mieux s’acclimater. Nous acceptons. Après le déjeuner, nous filons au monastère Ribung Gompa sur les hauteurs du village. Posé sur un éperon rocheux en contrebas du Manaslu, les moines ne pouvaient rêver meilleur emplacement pour la méditation. Les moinillons sont en classe sous un préau et lisent le « Kangyur », le canon tibétain en 108 volumes des paroles de Bouddha. Il doit être lu entièrement une fois par an dans le monastère. Chaque moine lisant sa partie à haute voix dans une jolie cacophonie ! Des avions en papier volent, ça chuchotent dans tous les sens. Quelques moinillons sont plus studieux. Comme par hasard, ce sont ceux qui sont au premier rang. Les nonnes qui font la classe n’ont pas l’air de trop se soucier de cette attention précaire.

Moinillons du monastère Ribung Gompa de Lho

Nous reprenons le chemin pour Shyala, 300 mètres plus haut. Bistare, bistare (doucement doucement) comme disent souvent les népalais.
Là haut, les nuages ont envahi le sommet du Manaslu lorsque nous entrons dans le village. La forêt autour du village a été en partie coupée. Des planches de bois sont posées sur de nombreuses maisons qui ont le projet d’étendre leur habitat en lodge pour accueillir les trekkeurs de passage. Le froid ne tarde pas à envahir l’atmosphère et c’est tout naturellement que tout le monde se retrouve autour du feu.

Shyala – Sama Gaon

  • 3h30 de marche (avec marche d’acclimatation)
  • D+ : +340m
  • D- : -310m
  • Altitude arrivée : 3524m

5h35. Je regarde ma montre et m’extirpe du sac de couchage pour affronter le froid. A peine la tête dehors, je scrute le ciel en quête de nuages. Rien à l’horizon. Le soleil n’est pas encore levé ni mes compagnons de trek. J’installe mon matériel. Je pose la caméra vidéo sur mon pied. Mes camarades de trek me rejoignent emmitouflés sous leur doudoune. On a tous l’air de bonhomme Michelin…

Lever de soleil sur le Manaslu

Face à nous, le Manaslu (8163 m), l’un des plus majestueux 8000 mètres de la planète. Appelé Kutang par les tibétains, en sanskrit son nom signifie « montagne de l’esprit ». C’est le 9 mai 1956 qu’une expédition japonaise atteint le sommet de la montagne pour la première fois. Nos pensées vont aux familles des neuf victimes décédés le 23 septembre, il n’y a même pas un mois, dans une avalanche qui détruit le camp III situé à 6 800 m d’altitude où dormaient une vingtaine d’alpinistes. Que la montagne est belle… et dangereuse.

Les premiers rayons du soleil me sortent de ces tristes pensées. Durant quelques minutes, nous sommes dans l’admiration du moindre changement de lumières et de couleurs du ciel. D’abord rosé, le panorama prend des teintes plus chaleureuse, puis c’est l’explosion de nuances. Les appareils photo crépitent face à la plus belle vue du Manaslu. Bikas a bien eu raison de nous monter jusqu’ici.

Les yeux pétillent lorsque le jour s’est installé. Ne compte que cet instant qui ne fut qu’à nous puisqu’aucun groupe n’est monté à Shyala et que les deux allemands qui partagent notre lodge ne se sont pas réveillés.

Samaryo

Courte marche d’1h30 pour rejoindre Samagaon à travers un paysage toujours plus montagneux. Sama(Ryo), perché à 3520 mètres, sous le Manaslu et son glacier, est un village typiquement tibétain avec ses maisons en pierre et son magnifique Kani à l’entrée du village. Dans les cours, les femmes battent l’orge fraîchement récolté. Elles utilisent encore le fléau que jadis nous utilisions en France jusqu’à la découverte de la vapeur au milieu du XIX siècle. Pendant ce temps là, les hommes construisent de nouveaux lodges plus en amont dans le village de Samagaon qui jouxte celui de Sama(Ryo).

L’après-midi, courte randonnée au lac Birendra Tal pour parfaire notre acclimatation. Le soir, nous fêtons l’anniversaire de Nirman. Un peu d’alcool mais pas trop en raison de l’altitude.

Samagaon

Sama Gaon – Samdo

  • 6h15 de marche (avec marche d’acclimatation)
  • D+ : +620m
  • D- : -265m
  • Altitude arrivée : 3826m

Le ciel est lourdement chargé dès le réveil. De gros nuages noirs ont envahi le fond de la vallée que nous remontons jusqu’au village tibétain de Samdo en aval de la source de la Buddhi Khola. La neige se met à tomber et le froid nous envahit.
Bistare bistare…

Dawa, Karma et Chiring Dorge, leur enfant, nous ont accueilli chez eux pour la nuit au village de Samdo

Au village de Samdo, le dernier avant de passer le Larkya pass, toutes les chambres des lodges sont occupées. Bim nous a trouvé un couple de népalais pour nous accueillir. Dawa (lune) et Karma (étoile) sont d’origines tibétaines. Leurs parents sont venus du Tibet après l’invasion chinoise dans les années 50. Agriculteur et éleveurs de yacks et de vaches, ils ont aussi une toute petite épicerie où l’on trouve le strict minimum. Ils ont l’ambition d’ouvrir un lodge dans les prochaines années s’ils amassent suffisamment d’argent d’ici là. Leur maison fait face à l’école construite par l’association Samdo Avenir qui aide à scolariser les enfants dans le village jusqu’au niveau 2 (CE1) puis à Katmandou.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com