Col de Verde – Capanelle

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


Col de Verde - Capanelle - Corse : GR20 ® Sud
Posté le :


La pluie n’a pas stoppé de la nuit, mais ce matin, le ciel est à peu prés bleu, des rayons de soleil apparaissent. Pendant que nous déjeunons, Pascal est en pleine discussion avec Jojo et le propriétaire du gîte. Il est décidé que les deux groupes voyageront de concert, car une incertitude règne sur les franchissements de ruisseaux normalement prévus. Nous devrons peut-être prendre une déviation.

Le refuge étant encore à l’ombre, nous partons chaudement habillés. Rapidement, c’est la séance strip-tease.

Patricia et Pascal qui dormaient dans le dortoir, nous raconte leur nuit mouvementée, la pluie incessante a fini par rentrer dans le bâtiment, et voila, qu’en pleine nuit tout le monde est réveillé pour mettre à l’abri ses affaires. Tout compte fait, nos bungalows pas finis, ce sont avérés sûrs et secs.

Le chemin est détrempé, les pieds sont mouillés, mais le soleil qui brille nous tient chaud. Un premier ruisseau est traversé sur un pont, et voila un franchissement d’effectué. Le ciel clément nous donne l’occasion de profiter pleinement des magnifiques paysages. Nous arrivons au premier franchissement de ruisseau, avec les pluies torrentielles le courant est important, Jojo a tendu une corde pour pouvoir franchir le ruisseau. Tout le monde passe sans souci, sauf Florence, voulait-elle être secourue par ces nobles et beaux guides ou a-t-elle seulement glissée ? Nous ne le saurons jamais.

Pascal part un peu devant pour aller câbler le second franchissement. Finalement facile. Mais le plus dur reste à venir. Jojo et Pascal installent deux cordes sur ce troisième et dernier franchissement. Tout le monde passe sans encombre malgré l’eau glaciale. Guls profite d’un caillou au milieu pour remettre ses lunettes de soleil. Coralie profite du même caillou pour faire la bise à Jojo qui lui tendait la main, il y a des jalouses. Après séchages des pieds, et quelques centaines de mètres, nous faisons la pause pique-nique dans les ruines d’une bergerie au bord du chemin.

L’après-midi nous offre de magnifiques paysages et un joli parcours au milieu des pins ou des champs d’asphodèles.

A l’arrivée à Capanelle, petite station de ski, nous apprenons que nos sacs ne sont pas arrivés, le taxi qui les transporte est bloqué par un effondrement dû aux gros orages de la veille. Les propriétaires nous apprennent aussi qu’Ajaccio est inondé. En attendant nos sacs, nous buvons un verre, puis nous prenons notre douche, grâce aux franchissements des ruisseaux, tout le monde avait pris sa serviette.

A l’occasion de l’anniversaire de Pascal qui est le lendemain, nous lui offrons un apéro amélioré: foie gras, vin blanc. Cela devient une habitude. Excellent gâteau à la châtaigne fait maison.

un × 5 =