De la dune d’Ourty à Tigui Piton

Destination : Tchad » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | 


De la dune d'Ourty à Tigui Piton - Tibesti : de l'Émi-Koussi aux lacs d'Ounianga Kébir
Posté le :


Nous arrivons dans la région de la dune d’Ourty où nous allons démarrer (enfin !) notre randonnée à pied. Ça fait quand même dix jours que nous sommes partis et nous ne nous sommes pas trop fatigués jusqu’ici. La dune d’Ourty est situé au cœur d’un magnifique paysage tassilien, digne du Sud algérien (où je ne mettrai les pieds qu’à la fin de 2004). Camper dans un tel endroit est un véritable délice.

Paysage tassilien à Ourty (13 février 1998)

Nous avons marché pendant deux jours dans ces paysages de rêve, près de la brèche de Laoua :

Et voici enfin le bivouac de Tigui Piton. C’est là que nous allons quitter pour une semaine nos véhicules (que nous retrouvions jusqu’ici chaque soir) pour commencer la randonnée chamelière. Chamelière qui ne veut pas dire à dos de chameau : seuls nos bagages sont sur les chameaux. En effet la topographie particulière des lieux nécessite d’avoir recours à une race de chameaux « de montagne », qui passent (presque) partout mais qui portent moins lourd que les chameaux de plaine.

Au bivouac de Tigui Piton, le 15 février 1998

Pour cette randonnée chamelière nous serons accompagnés de chameliers qui ont été recrutés parmi les tribus touboues du coin. Le rendez-vous a été fixé plusieurs semaines à l’avance et de très nombreux chameliers et chameaux sont venus. Nos guides commencent pas sélectionner les chameaux valides, puis, afin de ne pas faire de jaloux, organisent un tirage au sort pour sélectionner les heureux élus.

Au départ de la randonnée le lendemain, nous visitons la grotte de Tigui Cocoïna qui contient des peintures rupestres.

On trouve des peintures rupestres sur tous les voyages au Sahara. Il y a des gens qui s’extasient devant, j’avoue que personnellement ça ne m’a jamais fait sauter au plafond.

La guelta Mouzri, ou nous nous arrêtons le soir (et nous lavons un peu, si si ça arrive !) est une enfractuosité naturelle qui conserve les eaux de pluie pendant plusieurs années (du fait du relief la région est un peu plus arrosée que le reste du Sahara).