Des occupations anciennes

Destination : Moyen-Orient » Egypte | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | 


Des occupations anciennes - Traversée du Désert Libyque
Posté le :


Nous trouverons quelques outils ou reste d’occupation humaine dans les vallées et dépressions marquant la sortie de la cellule hyperaride au nord et la vallée d’Obeyied à l’ouest de Farafra. En suivant la Vallée d’Obeyied, l’occupation humaine à laisser quelques traces sur les parois de grottes, quelques objets paléolithiques (choppers, galets aménages et bifaces …), rares silexites façonnées, quelques maigres tessons de poterie. Les grottes sont ornées principalement de mains aux pochoirs, avec une très curieuse ou l’auriculaire est manquant sur une première représentation puis ensuite repris en ajoutant le doigt manquant.

De grands ongulés (antilopes) et une girafe (?) sont gravés ainsi qu’une suite de barques (funéraires). Omniprésent, les coquilles marines forment des dépôts pouvant être très impressionnant comme ces dépôts de nummulites qui sont des fossiles caractéristique de l’ère tertiaire qui réfléchissent a lumière et miroitent comme un lac salé. Très présent autour de Siwa, nous trouvons ces petites coquilles semblable à des pièces de monnaies associés. Quelques curiosités fossiles très localisées nous ont laissées perplexes tels que ces amas très compact de vers ou semblable à des poulpes géants roulés sur eux même enfouie dans les couches sédimentaires et maintenant déposés sur la matrice de la terre mise à nu par l’érosion.

Crédit photo : Pascal Lluch

Au nord de multiples cailloux aux formes très précises et similaire à des vertébrés, à des dents puis au bassin de animal vertébré marin (probable). L’absence quasi total de matériel lithique sur toute la zone orientale de la grande mer de sable atteste de l’aridité de la zone est bien antérieur à l’occupation humaine et qu’elle a été une constante dans cette partie du Sahara durant les millénaires. La période de l’holocène, des grands lacs sahariens propice à l’art des bovidiens, n’a visiblement que très peu affecté le désert Libyque.

La lisière nord du Désert Libyque est jalonné de dépression qui avoisinent le niveau de la mer, la dépression de Katara, quant a elle, est largement au dessous du niveau de la mer (-145 m) De large source géothermie alimentent ces tout un ensemble de lacs qui seraient inconcevable dans ce pays, les lacs de Sitra, Nuwemisa, Bahrein, Areg, et Siwa. Ces lacs peu profonds proviennent des profondeur de la terre et remontent par géothermie. Le lessivage des divers roches traversées en font des eaux très minéralisées et la très faible profondeur des lacs soumis à une évaporation intense due à l’activité solaire, éolienne sous ses latitudes concentre la teneur en minéraux, en font des eaux impropres à la consommation bien évidemment, et peut-être impropre à la vie ? Sur les berges du lac de Bahrein, une importante nécropole probablement romaine ainsi qu’un petit édifice semblable à un temple atteste de l’occupation des lieux à l’époque romaines car ces vestiges ressemblent fortement aux divers témoignages de leur présence sur le sol égyptien et sur ces axes caravaniers partant des oasis de l’ouest égyptiens vers Siwa par le chapelet des lacs du quaternaires, en direction de la Cyrénaïque.

A l’ouest d’Aïn Dalla se déroule la « Grande Mer de Sable » (Great Sea Sand). Cette immense pièce de sable est composée de lourd cordons sableux orientés Nord-Nord-est / Sud-Sud-Ouest courant d’un seul tenant sur des distances très importantes. Elles sont orientées suivants l’axe d’écoulement des vents dominants dans cette zone au nord du tropique du Cancer. Ces dunes sont d’énormes amoncellements de sable rondes comme des dos de baleine. Sur leurs flancs orientaux se développent très souvent tout un ensemble de dunes vives aux arêtes continues festonnant en courbe gracieuses. Ce genre d’organisation dunaire est très semblable aux lourds massifs sablonneux de l’ouest saharien qui se développent en direction de l’océan atlantique. Ces ergs majestueux sont la Maqteir et sa continuité l’Akchar, l’erg Cheche. Chaque cordon s’individualise de son prochaine en se séparant par bassin interdunaire pouvant être très large. Là le plateau apparaît dans toute sa nudité. De temps en temps, sur le socle terrestre.


Cette traversée du désert Libyque a été confectionnée par Hommes et Montagnes, spécialiste du Tourisme d’Aventure et des Explorations dans les déserts et les montagnes du monde.

20 + 13 =