Du camp los Perros au refuge Grey

Destination : Chili » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 


Du camp los Perros au refuge Grey - Torres del Paine
Posté le :


0
(0)

Jour 3 – 05/12/09 : Du camp los Perros au refuge Grey
Départ : 7h40 – Arrivée : 15h30 | +1165/-1675m – 16km – 6h45

Aujourd’hui nous avons donc à franchir le col John Gardner culminant à 1241 mètres d’altitude. Pour cela nous nous sommes levés tôt. C’est le seul col sur le circuit…
Dans la tente commune, nous sommes encore titillés par les odeurs alléchantes du petit déjeuner que les Chiliens préparent pour leur groupe.

A peine démarré, nous nous retrouvons rapidement sur un sentier enneigé, et balayé par les vents. Je m’enfonce jusqu’à mi-cuisse… Mais comme il fait grand beau, c’est une vraie partie de plaisir. En plus la montée est vraiment superbe. En se rapprochant du sommet, le vent souffle de plus en plus fort, nous sommes obligés de revêtir toutes nos protections vestimentaires.
Une fois là haut, vers les 10 heures, le spectacle est impressionnant. Le panorama exceptionnel depuis le col sur le glacier Grey qui se trouve en contrebas de l’autre versant est renversant. C’est certainement l’un des plus beaux points de vue sur un glacier que j’ai eu l’occasion d’admirer en rando. L’immense glacier Grey mesure 25 kilomètres de long pour 3,6 kilomètres de large. Il est issu de l’imposant glacier Hielo Continental. Le Campo de Hielo Continental est un glacier aux dimensions démesurées, long de 550 kilomètres. Il constitue avec ses 21000 kilomètres carrés, la troisième masse glaciaire terrestre de la planète.
Nous ne restons guère au col, car si une altitude de 1241 mètres n’est pas considérée habituellement comme très élevée, ici en Patagonie, c’est une autre histoire. C’est un climat de haute montagne qui y règne.

Comment bien souvent, au sommet se trouve comme très souvent un cairn. Mais celui-ci se retrouve, par les foules qui le franchissent, enguirlandé avec des t-shirts, chaussettes, gants, culottes… multicolores. Un simulacre des beaux cols Himalayens colorés par des drapeaux à prières.

SOLDES ETE 2020

Les 2èmes démarques des soldes d’été ont commencé. Il y a d’excellentes occasions de faire de bonnes affaires voire même de très bonnes affaires. Afin de ne pas céder aux tentations déraisonnables des soldes, voici quelques règles à suivre pour acheter responsable :

  • Acheter des produits et vêtements dont vous avez besoin
  • Acheter des produits et des vêtements qui durent
  • Préférer les marques qui s’engagent pour l’environnement
  • Préférer les produits et les vêtements qui favorisent les circuits courts de production (made in France, made in Europe)

Voici quelques offres de nos partenaires :

Et si vous vous demandez comment soutenir I-Trekkings, lisez ceci.

Nous effectuons une bonne partie de la descente dans la neige, en glissades, en luges… Je suis trempé, mais c’est l’éclate totale. Heureusement, après avoir perdu un peu d’altitude, la température est plus clémente et le ciel est toujours aussi beau.
Nous faisons notre pause déjeuner au camp John Gardner avec quelques autres personnes, avant de reprendre le sentier qui surplombe le glacier. Il le longe jusqu’à son extrémité où ce dernier vient s’échouer dans le lago Grey.
Avant de rejoindre le refuge Grey, nous faisons un petit détour sur la petite péninsule qui offre un merveilleux panorama face au front du glacier. Un glacier que nous aurons pu admirer sous toute les coutures, entre le point de vue au col, ceux se trouvant sur son flanc tout au long du sentier, et maintenant celui-ci.

Après avoir installé notre camp au refuge Grey, non loin du bord de l’eau, nous nous installons sur la petite plage de sable noir pour une séance de bronzage ! Une plage où de petits icebergs viennent s’échouer. La température est des plus clémente, nous restons dehors jusqu’à 22 heures et le baromètre de ma montre affiche 1030 hectopascals, la pressions la plus haute depuis notre départ.

Depuis notre arrivée en Patagonie, je passe mon temps à réajuster l’altitude de l’altimètre de ma montre, la pression n’arrêtant pas de se prendre pour un yoyo. Alors qu’habituellement, je règle mon altimètre seulement une à deux fois par semaine, ici c’est une à deux fois par jour !

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link