Du camp rio Blanco au refuge Piedra del Frail

Destination : Argentine » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 


Du camp rio Blanco au refuge Piedra del Frail - Cerro Fitz Roy
Posté le :


Jour 3 – 29/11/09 : Du camp rio Blanco au refuge Piedra del Frail
Départ : 8h30 – Arrivée : 17h00 | +540/-745m – 25km – 7h30

Après un réveil frisquet par 1°C, nous prenons la route du glacier Blanco en remontant la rivière du même nom. Nous croisons déjà beaucoup moins de monde sur cet itinéraire. En réalité, personne à l’aller, et juste un petit groupe au retour. Il faut dire que l’itinéraire est déjà bien moins tracé par ici. Mais il suffit de suivre la rive du rio Blanco, puis de remonter la moraine débouchant sur le lago. La moraine est constituée d’énormes blocs rocheux assez impressionnants. Quant au lago Blanco, avec son glacier qui s’y jette, il est de toute beauté. Avec quelques blocs de glace qui flottent en prime à la surface de l’eau.
Le lac est entouré d’éboulis de part et d’autre empêchant l’approche du glacier. Cependant avec Ricou, nous partons chacun sur une rive pour s’en approcher d’un peu plus prés.

La météo est des plus invraisemblables. Il fait à la fois beau, et à la fois moche ! Et pour cause, j’ai la joue gauche qui se dore au soleil, alors que la droite essuie un vent violent et la neige. Je n’ai jamais vu une telle météo ! Je ne sais si je dois sortir de mon sac-à-dos ma cagoule ou ma crème solaire…

De retour au camp, nous plions notre barda avant de rejoindre le camp suivant, celui de Poincenot, pour casser la croute. Nous renouvelons notre petite sieste au soleil, mais avec toutes nos couches de vêtements sur nous, le vent souffle et il ne fait pas très chaud.

A la sortie du camp, nous croisons deux Argentins qui replient le campement d’un groupe. Ils chargent leurs lamas de tout leur matériel pour rentrer à El Chaltén. Leur trek est fini. Comme il leur reste de la nourriture, ils nous demandent si cela nous intéresse. Oh que oui ! Moi qui suis affamé, nous voilà avec un rab de trois sandwichs, un paquet de céréales, un gros sachet de fromage râpé (miam !) et sept soupes. C’est la fête !

Nous faisons route vers le Nord, pour rejoindre la vallée du rio Eléctrico. Cette vallée, que nous apercevons de loin depuis notre arrivée dans le parc, semble être un véritable congélateur. Même lorsqu’il fait beau ici, nous la voyons toujours dans un brouillard permanent. Ca ne manque pas d’être différent lorsque nous y pénétrons. Nous plongeons alors dans une vallée froide et humide. Le vent y souffle fort. Nous remontons la vallée à travers une forêt bien verte jusqu’au refuge Piedra del Fraile.
Ce refuge est extrêmement bien placé, en plein milieu de la vallée, car abrité derrière un énorme bloc rocheux pour se protéger du vent. Le gardien nous indique qu’il est préférable de faire de même avec notre tente, de la coller le plus possible du rocher.
Malgré la présence du refuge, cette partie du parc est peu fréquentée, car un peu à l’écart. Nous ne sommes que trois tentes et une personne dort dans le petit dortoir.

Nous passons le reste de l’après midi au chaud dans le refuge, à côté du poêle en dégustant un chocolat chaud fait maison et une bonne portion de gâteau au chocolat ! C’est vraiment la fête côté bouffe aujourd’hui. Par la fenêtre, j’observe le temps qui se dégrade, le ciel devient de plus en plus gris, la neige tombe, bienvenue dans le frigo !

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net

dix-neuf − 15 =