Du refuge Los Cuernos au refuge Chileno

Destination : Chili » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 


Jour 3 sur le trek du W dans le parc national Torres del Paine : Du refuge Los Cuernos au refuge Chileno.
Posté le :


  • Temps de marche : 5h00
  • Distance : 16 km
  • Dénivelés : +300 m

Au réveil, le vent semble avoir faibli pour ce troisième jour de randonnée. Nous faisons un détour pour passer voir une cascade derrière le refuge au pied des Cuernos. Etrange, il ne semble plus y avoir de vent aujourd’hui… le ciel est bleu, aucun nuage, il y a toujours du vent, mais si peu comparé aux autres jours. Toute la journée, nous traverserons la forêt qui longe le lac Nordenskjöld ; la vue sur les Cuernos évoluera tout au long de la journée, nous découvrons les différentes Cuernos (Nord, Principale, la Chico – petite corne, seule, devant la corne principale – et la corne Est) le spectacle est superbe.

La marche continue à travers bois, buisson de firebush. Depuis quelques jours, nous voyons régulièrement des condors, planant dans les airs, très haut, profitant des courants d’airs chauds ; aujourd’hui, nous en apercevons un au-dessus de nous, puis deux, puis trois volant à basse altitude… ce n’est pas le moment de se fouler une cheville !

Plus nous avançons et plus les Cuernos disparaissent, l’Amiral Nieto se dévoile avec son pic penché, nous le suivrons et le contournerons par le Sud jusque dans la vallée des Torres.

Le ciel est d’un bleu profond, il fait chaud et nous sommes rafraichis par la brise ou le vent, mais les 4 derniers jours nous ont fait perdre nos repères en terme de force du vent.

Nous profitons de ce temps superbe pour un déjeuner sur un promontoire rocheux, face aux eaux turquoises du lac Nordenskjold que nous quitterons en fin de journée. Nous reprenons notre marche en direction des Torres, nous entrons dans la vallée Ascencio (célèbre bandit Argentin qui d’après la légende serait mort dans cette vallée) et nous suivons la rivière du même nom jusqu’au chalet. Nous sommes rattrapés au cours de la marche par deux cavaliers et qutre chevaux chargés de provisions, seul moyen d’alimenter les refuges.

Les derniers kilomètres se font à flanc de montagnes, sur un chemin pierreux et sableux.

Journée courte, fin d’après-midi repos pour la journée de demain.

AlexRLille
A propos de l'auteur

Passionné par les voyages, et la découverte des pays, des capitales, des populations et de la cuisine étrangère, j'ai découvert le plaisir de la marche d'abord dans le Connemara, en Jordanie puis dans les parcs Américains (Bryce, Zion, Canyonland, etc...) Aprés 3 voyages quasi consécutifs de randonnées aux USA, j'ai franchi la ligne pour ...



http://AlexRLille