Entracte

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


Entracte - GR20 Nord
Posté le :


Entracte – Jeudi 14 et Vendredi 15 septembre : Verghju – Corte, Corte, Corte….

Mauvais réveil ! Un coucher plus tardif que d’habitude, un voisin de chambrée qui ronfle comme un ours, un autre hyperactif qui a un lit qui grince et le spectacle désolant de la pluie battante devant la fenêtre du dortoir. C’est le moral dans les chaussures et transi de froid que je vais prendre le petit déjeuner.

Dans le bar, les randonneurs essayent de s’informer sur l’évolution de la météo. Les bulletins météo de l’émission matinale de France 2 sont autant d’occasion d’observer un silence presque religieux, suivi d’un brouhaha dans lequel chacun y va de son commentaire ou de ses intentions. Les conditions météo et l’altitude de la station offre un spectacle saisissant pour ceux, dont je fais partie, qui n’y sont pas habitués: nous sommes au cœur du nuage, la visibilité est inférieure à cinq mètres. L’institut météorologique annonce une alerte orange aux orages sur la Corse pour les deux prochains jours. La solution de la sagesse s’impose assez vite à mes yeux : je m’arrête en attendant une amélioration.

Un bus passe dans l’après-midi vers Corte mais certains randonneurs s’organisent pour réserver un taxi en commun, c’est la solution que je choisirai et je descendrai à Corte (50km) pour 30 euros, réconforté par le récit terrifiant de deux couples de belges (encore !) qui ont morflé dans le cirque de la solitude l’avant-veille et qui débarquent comme des morts vivants et trempés jusqu’aux os malgré leurs bon équipement, dans la station ! Le vieux minibus qui sert de taxi me dépose à Francardo. Les 10 kilomètres me séparant de Corte sont fait en stop, grâce au lift offert par un vieux Corse qui a fait demi-tour pour venir me prendre ! L’hospitalité locale n’est pas une légende. Le moral est au plus bas, le temps ne se découvre pas, et aucune amélioration n’est prévue avant lundi matin. J’espère pouvoir remonter dimanche pour pouvoir boucler le parcours initial, même si je ne pourrai probablement pas monter à la Paglia Orba. Les deux jours de repos forcés me permettront de régler quelques petits détails et de combler des petites lacunes dans ma préparation. Il y a un petit trou dans ma chaussure et j’ai oublié ma serviette à Manganu.

Je retourne donc à l’hôtel qui m’avait accueilli quelques jours auparavant. Ces deux longues journées seront les plus pénibles de mon voyage. Mes activités se résumant à dormir le plus longtemps possible, surfer sur Internet au cybercafé et me promener dans le supermarché. Je m’achèterai un nouveau livre (une analyse du Da Vinci Code), je regarderai la casquette de Bastia à Montpellier et l’élimination de l’Île Rousse à Corte en coupe de France. Je retombe aussi par hasard sur la famille André à Corte (eux aussi sont bloqués). Quoi qu’il en soit voilà donc deux jours perdus par rapport à mon planning mais les titres de Corse Matin me donnent raison, pendant ma pause les titres étaient "Torrents et scènes de panique en Corse" et "Camping en détresse". Une fille est morte au volant dans les environs de Bastia. Je me félicite donc de m’être arrêté et suis soulagé de pouvoir repartir demain dimanche…

quatre × cinq =