Entre Provence et Drôme

Destination : Provence Alpes Côte d'Azur » France | Activité : Alpinisme Randonnée  | 


Les premiers kilomètres... entre Provence et Drôme sur des chemins connus. Nous sommes à la fois impatients de partir et plein d'interrogations sur ce long périple devant nous.
Posté le :


Carnet : Voyage à pied de la Provence à l'Alsace

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

GPX SANS NOM   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Télécharger la "" (Téléchargement :26 fois)

8 avril: Jouques – Grambois

  • Distance: 31,3 kms, dénivellation positive 850 m

A 8 heures précisément nous fermons la maison à clé, heureux. Nous sommes heureux après toutes ces journées de préparation, de concrétiser ce rêve et émus, aussi, à l’idée d’abandonner notre cocon douillet pour plusieurs semaines. Le soleil nous fait la fête avec du ciel bleu. Un bref arrêt à la boulangerie, un rapide salut à un passant qui nous imagine partant pour quelques courtes heures de randonnée et nous voilà enfin en route sur ce sentier de grande randonnée qui passe à 50 mètres de notre maison et qui sera notre fil conducteur jusqu’aux plateaux du Jura. Nous apprécions tout particulièrement ces premiers kilomètres sur des chemins bien souvent parcourus mais qui, aujourd’hui, prennent une saveur toute particulière. Le plateau de Bèdes traversé, un bref retour à la civilisation nous est imposé avec la proximité de l’autoroute et la traversée de la Durance sur le pont de Mirabeau. Mais, bien vite, le calme revient et, par une petite route paisible, nous atteignons le village de Mirabeau bien endormi à l’heure de la pause dominicale. Les abords de la fontaine, abrités du Mistral, nous accueillent pour le premier pique-nique. En quittant le village nous constatons bien que le balisage est différent des indications de la carte mais faisons confiance aux marques du terrain en pensant que la modification ne concerne qu’un tronçon réduit. Après quelques kilomètres nous prenons conscience que ce tracé nous éloigne de notre but à Grambois et, après quelques tentatives sur des sentiers de traverse qui butent sur des clôtures, nous prenons donc la décision de revenir en arrière pour retrouver l’itinéraire initialement prévu. celui-ci parcourt une large crête offrant un vaste panorama circulaire depuis la vallée d’Aigues jusqu’aux massifs des Alpes du Sud encore bien enneigés. Ainsi, à vouloir suivre aveuglément les balises d’un GR dont l’itinéraire a été détourné nous avons ajouté 4 kilomètres et demi à une étape initialement prévue à 27 kilomètres: pour une première étape, c’est une bonne mise en jambe…

 

9 avril: Grambois -Céreste

  • Distance: 13,5 kms, dénivellation positive 420 m

Bien reposés, nous repartons dans la fraîcheur du matin par de petites routes vers Vitrolles bien abrité sous le Luberon. Nous y rencontrons quelques randonneurs et, surtout, beaucoup de cyclistes. Au dessus du village une piste remonte tranquillement pour franchir la crête d’où les monts du Vaucluse semblent comme un appel à poursuivre et nous dictent l’itinéraire des prochains jours. La descente raide et caillouteuse est rapidement avalée et, dès le début de l’après midi, nous nous installons dans le confortable gîte communal de Céreste. Aujourd’hui, l’étape a été « cool » et nous nous reposons en déambulant tranquillement au milieu du vide grenier animé!!! Qu’on se rassure, on n’a rien trouvé à rajouter dans notre sac à dos.

10 avril: Céreste – Chaloux

  • Distance: 17,3 kms, dénivellation positive 700 m

Avec l’étape Céreste, Oppédette, Chaloux nous entrons véritablement dans le voyage car, même si les paysages nous sont encore familiers, nous les découvrons par de nouveaux itinéraires et sous des points de vue différents. C’est d’abord le prieuré de Carluc, autrefois étape des pèlerins sur le chemin de Rome, puis le minuscule village de Sainte Croix à Lauze où les chiens, sans doute peu habitués à croiser des randonneurs, semblent bien agressifs. Enfin, le village d’Oppédette apparaît comme perdu au milieu de nulle part. L’impression d’isolement et de solitude est encore accentuée par un ciel bas et peu lumineux qui nous incite à presser le pas.

Bien nous en prend car, à peine arrivés au gîte de Chaloux, les nuages accumulés dans la journée et de plus en plus menaçants lâchent leurs trombes d’eau sur la campagne.

 

11 avril: Chaloux – Sault

  • Distance: 35 kms, dénivellation positive 1000 m

En sortant du dortoir ce matin, nous découvrons un ciel pur, lavé par la pluie et le vent du nord revenu. Par contre une mauvaise surprise nous attend en préparant notre petit déjeuner car nous constatons que nos sacs de provisions sont déchirés et nous trouvons notre fromage plus qu’à moitié rongé! Notre pique nique sera frugal car la seule épicerie de Simiane est justement fermée le mercredi.

Après avoir franchi quelques gués grossis des pluies de la veille dans les gorges de Vaumale nous remontons vers le village de Simiane la Rotonde éblouissant sous le soleil matinal. Une montée en pente douce dans la hêtraie conduit sur les hauteurs des plateaux d’Albion et de Sault, paysage immense et mamelonné, ouvert sur Lure et les Alpes blanchies de neige fraîche, les massifs du Verdon, le Luberon déjà loin et le Ventoux de plus en plus proche. La longue traversée de ces vastes horizons sauvages sur de larges espaces dégage une impression de grande solitude mais n’est jamais ennuyeuse car elle est agrémentée par la vision de champs de lavande et de massives fermes en pierre aux proportions harmonieuses caractéristiques de la Haute Provence .

Une lumière intense éclaire les cumulus joufflus et leur donne presque l’aspect des ciels patagons.

 Plateau de Sault

 12 avril: Sault – Vergol

  • Distance: 19,8 kms, dénivellation positive 500 m

Une étape « courte » nous attend et nous prenons notre temps pour nous préparer et faire quelques courses en prévision des prochaines journées sans ravitaillement possible. Manquant sans doute de vigilance nous commençons par emprunter une mauvaise direction mais détectant rapidement notre erreur nous retournons vers le centre du village pour y trouver facilement le bon chemin. C’est, ensuite, d’un pas paisible que nous cheminons à travers la forêt jusqu’à dominer le village d’Aurel perché sur un versant ensoleillé. Le cheminement se poursuit, ensuite, dans un paysage vallonné jusqu’à Montbrun les Bains dont les maisons étalées sur une vaste pente apparaissent soudainement au détour d’un collet. La traversée du village par des ruelles et des escaliers pavés est jalonnée de nombreuses fontaines . Après avoir remonté le Toulourenc une courte grimpette sur un bon sentier en lacets nous amène à un minuscule hameau isolé où notre carte situe le gîte. Nous tentons d’ouvrir toutes les portes des maisons du lieu, mais nous devons bien admettre qu’il n’y a pas de gîte à cet endroit: la carte est erronée, ces bâtiments ne sont pas ceux du gîte et, après une consultation attentive de la description de l’étape suivante dans le topo guide, nous constatons que le gîte qui nous attend est situé 2 kilomètres plus loin… Nous y sommes aimablement accueillis dans une bâtisse bien ancrée sur la pente dominant la vallée et les contreforts du Ventoux.

jpg
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr